Comment être en forme et motivé pour la reprise ?

C'est l'heure de la reprise !

Les vacances sont terminées et l’heure de la rentrée a sonné ! Pour aborder la reprise du bon pied, mieux vaut être en forme et reposé !

Découvrez quelques conseils et astuces pour attaquer sereinement ce mois de septembre :

  • Retrouvez un rythme de sommeil !

 

Souvent perturbé pendant les vacances où les horaires sont décalés, le sommeil est pourtant essentiel pour l’organisme ! Si vous ne voulez pas finir sur les rotules dès la reprise, la première solution est de faire de bonnes nuits de sommeil, y compris le week-end !

Comment y parvenir sans difficulté ? Avancez de 15 minutes votre heure du coucher et du réveil jusqu’à ce que vous retrouviez votre rythme de sommeil habituel. Cela permettra à votre organisme de se réhabituer progressivement et la reprise sera nettement moins difficile.

Si, malgré cela, vous ne parvenez pas à reprendre vos habitudes de sommeil, vous pouvez opter pour des compléments alimentaires à base de mélatonine, qui vous aideront à vous endormir plus facilement. Demandez-nous conseil en pharmacie !

 

  • Reprenez de bonnes habitudes alimentaires !

 

S’il est important de se faire plaisir de temps à autre, il est tout de même essentiel d’aider votre organisme à retrouver un bon équilibre alimentaire si vous voulez être en forme en cette rentrée !

Consommez sans modération les aliments qui vous permettront de faire le plein de vitamines, tels que les fruits et légumes qui vous aideront à retrouver toute votre énergie. Privilégiez également les protéines et les aliments sources de fibres, comme les légumineuses qui contribuent au bon fonctionnement de votre organisme.

En cas de carence, vous pouvez également penser aux compléments alimentaires qui vous aideront à booster votre système immunitaire. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

 

  • Retrouvez une activité physique régulière !

 

Si la reprise peut être une source de stress et de fatigue, essayez tout de même de garder certains moments pour vous détendre. Pour vous vider la tête, rien de mieux que de faire du sport !

Yoga, natation ou encore course à pied… Qu’elle soit intense, modérée ou légère, l’activité physique que vous pratiquez sera positive pour votre corps, votre esprit et vous permettra de garder la forme ! 

Pratiquer une activité physique contribuera également à réduire vos douleurs musculaires et articulaires ! Vous pouvez, par ailleurs, prendre l’habitude de réaliser quelques étirements plusieurs fois chaque jour. Prévenez les douleurs aux cervicales en tournant votre tête 5 fois dans le sens des aiguilles d’une montre, puis 5 fois dans l’autre sens. 

Pour limiter les maux de dos, pensez à vous tenir bien droit et réalisez ces quelques mouvements : entrelacez vos doigts, placez-les au-dessus de votre tête et étirez-les vers le haut pendant 1 minute. Cela détendra les muscles de votre dos tels que les lombaires ou les dorsaux ainsi que vos cervicales.

Vous avez désormais les clés pour affronter le mois de septembre et la reprise en toute sérénité ! 

Retrouvez de bonnes habitudes alimentaires pour la rentrée !

 

Sources :

https://bit.ly/3t2f4R0 

https://bit.ly/3kGpi5P 

https://bit.ly/2WuptsV

Cet été, attention aux coups de chaleur !

Attention aux températures élevées !

Si profiter du soleil est bon pour le moral, gare à la combinaison de températures élevées et d’humidité qui peuvent provoquer des coups de chaleur !

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur et comment le reconnaître ?

Le coup de chaleur (ou hyperthermie) intervient lorsque la régulation de la température de notre corps se révèle insuffisante. Cela se produit généralement à la suite d’une longue exposition à la chaleur ou en cas d’effort physique prolongé dans un environnement chaud et humide. Ces conditions provoquent une déshydratation du corps et l’augmentation de sa température.

Les symptômes les plus fréquents sont des maux de tête, des vertiges, des nausées, des crampes musculaires, un pouls trop rapide et une tension trop élevée ou trop basse. L’hyperthermie peut également entraîner une perte de connaissance et, dans les cas les plus graves, le décès.

En effet, si les coups de chaleur peuvent concerner tout le monde, les personnes âgées, obèses, les bébés et les jeunes enfants sont les plus susceptibles d’être touchés. 

Comment prévenir les coups de chaleur ?

  • Hydratez-vous en quantité suffisante ! Plus la température est élevée, plus nous transpirons. Pour pallier ce manque d’eau, il est indispensable de boire au minimum 2 litres en été !

  • Adaptez votre tenue ! Privilégiez des vêtements clairs, amples et en matières légères telles que le lin ou le coton, qui facilitent la circulation de l’air. Pensez à prendre un chapeau ou une casquette dès que vous sortez pour vous protéger du soleil !

  • Limitez vos activités physiques ! Pendant les périodes de canicule, privilégiez les heures les plus fraîches de la journée si vous souhaitez faire du sport.
  • Restez dans un endroit frais et aéré et évitez de sortir aux heures les plus chaudes de la journée (entre 12h et 16h) !

  • Ne laissez jamais une personne seule (ou un animal) dans une voiture au soleil !  Sachez que la température corporelle des enfants peut augmenter trois à cinq fois plus vite que celle des adultes. Pour éviter tout drame, ne laissez personne dans la voiture, même pour un court laps de temps et même si les fenêtres sont ouvertes !

Que faire si vous êtes témoin d’un coup de chaleur ?

Si la victime est consciente, appelez les secours puis placez-la au plus vite à l’ombre ou dans un endroit frais. Enlevez-lui ses habits, recouvrez-la de linge humide pour la rafraîchir et donnez-lui à boire.

Si la personne est inconsciente, prévenez immédiatement les secours et allongez-la en position latérale de sécurité dans un endroit frais. Rafraîchissez-la avec du linge humide en attendant l’arrivée des secours.

Hydratez-vous pour éviter les coups de chaleur !

Sources :

https://bit.ly/3lp2VDR 

https://bit.ly/3lqY8lp 

https://bit.ly/3ji4xMV

Faites le plein de vitamine D en été !

Emmagasinez de la vitamine D grâce au soleil !

L’été est arrivé, c’est le moment de faire le plein de vitamine D ! Cette substance vitale, aussi connue sous le nom de “vitamine du soleil”, est indispensable au bon fonctionnement du corps humain.

En effet, les missions principales de la vitamine D sont de contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire, d’assurer un certain taux de calcium dans le sang et de rendre les os plus résistants. C’est pourquoi les carences en vitamine D se manifestent généralement par des sensations de fatigue, d’épuisement, mais aussi l’apparition de crampes ou de douleurs articulaires.

Où trouve-t-on de la vitamine D ?

S’il est possible de retrouver de la vitamine D en très faible quantité dans certains aliments (tels que le saumon, la truite ou le foie de veau), la première source de production de cette substance reste la lumière du soleil : elle peut représenter jusqu’à 90% des apports nécessaires en vitamine D ! C’est notamment grâce à la chaleur des rayons UV-B et à la suite de réactions dites “photolyse” (qui impliquent une réaction avec la lumière), que notre corps produit cette vitamine.

Comment faire le plein de vitamine D ?

L’apport en vitamine D est différent selon votre type de peau ! En effet, plus votre peau est claire, plus il sera facile pour votre corps d’en produire. À l’inverse, si votre type de peau est foncé, il vous faudra rester plus longtemps au soleil pour parvenir à produire assez de vitamine D. 

Voici quelques astuces pour une production optimale de vitamine D :

  • Entre avril et octobre, exposez vous au soleil environ deux à trois fois par semaine pendant une durée de 15 à 30 minutes. Priorisez la tranche horaire entre 11 et 14h, car c’est à ce moment-là que le corps absorbe le mieux les rayons UV.

  • Pour une production optimale de vitamine D, il n’est pas recommandé d’appliquer de la crème solaire sur votre peau. Si les rayons peuvent être dangereux lors de longues expositions, ils sont rarement problématiques sur de courtes durées !

  • Consommez des aliments tels que le saumon, les sardines, la truite, le thon, l’huile de foie ou le foie de veau qui contiennent naturellement de la vitamine D !

  • En cas de carence, vous pouvez opter pour des compléments alimentaires contenant des vitamines D3 et K2. Avec l’avis d’un professionnel de santé, il vous est également possible d’obtenir des comprimés de vitamines D3 !

Attention tout de même aux coups de soleil ! Une exposition prolongée et régulière peut avoir des conséquences : insolation, coups de soleil, cancer de la peau… C’est pourquoi il est indispensable de s’exposer progressivement et d’alterner les moyens possibles pour emmagasiner de la vitamine D.

Optez pour des compléments alimentaires en cas de carence en vitamine D !

Sources :

https://bit.ly/3AKt3hO 

https://bit.ly/3wtki8n  

Cet été, protégez-vous des piqûres de moustiques !

Les moustiques sont de retour !

Le retour de l’été signe également le retour de ces petits insectes aux bourdonnements insupportables : les moustiques ! 

Le saviez-vous ? Contrairement aux idées reçues, les moustiques ne sont pas attirés par la lumière, mais plutôt par le CO2 que nous rejetons ainsi que certaines odeurs dégagées par notre corps. De plus, tous les moustiques ne piquent pas, seules les femelles le font pour se nourrir et compléter la maturation de leurs œufs.

Pourquoi les piqûres nous grattent ? Lorsqu’un moustique nous pique, il libère de la salive qui empêche notre sang de coaguler. Les substances contenues dans cette salive entraînent alors la libération d’histamine par le corps humain, qui est à l’origine des rougeurs et démangeaisons.

Pour vous aider à prévenir les piqûres ou à les soulager (si vous n’avez pas réussi à éviter leurs assauts), nous vous donnons quelques conseils et astuces. 

Comment éviter les piqûres de moustiques ?

  • Privilégiez les vêtements clairs, amples et si possible assez épais ! Les moustiques piquent même à travers les tissus, surtout s’ils sont fins. Ils sont également plus attirés par les vêtements aux couleurs foncées (car ils retiennent plus la chaleur).

  • Évitez les sources d’eau stagnante, car c’est là que les femelles pondent leurs œufs ! Pensez, par exemple, à vider l’eau des coupelles sous vos pots de fleurs.

  • Adoptez une bonne hygiène corporelle ! Les moustiques étant attirés par certaines odeurs (telles que la transpiration), une bonne hygiène corporelle est recommandée pour limiter les piqûres !

  • Installez un ventilateur ! Le vent empêche les moustiques de repérer le CO2 que nous dégageons en le dispersant dans l’air. De plus, ils auront plus de difficultés à se poser sur vous assez longtemps pour vous piquer.

  • Utilisez des sprays anti-moustiques ! À appliquer sur la peau ou sur les vêtements, ils offrent généralement une protection pendant 7 à 9h. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.
  • Vous préférez opter pour des solutions naturelles ? Certaines huiles essentielles permettent d’éloigner durablement les moustiques pour passer une bonne nuit ! Les plus efficaces sont les HE de citronnelle, de géranium et de basilic : l’odeur qu’elles dégagent n’est pas tolérée par les moustiques.

Comment soulager les piqûres ?

Si vous n’avez pas réussi à échapper aux piqûres, voici quelques conseils pour atténuer les démangeaisons :

  • Appliquez 2 gouttes d’huile essentielle de lavande sur la piqûre et massez. Son effet anti-inflammatoire soulagera immédiatement les démangeaisons.

  • Versez quelques gouttes de vinaigre de cidre sur une compresse et appliquez-la sur la piqûre. Grâce à ses propriétés antiseptiques, il favorise la cicatrisation et soulage la démangeaison.

  • Appliquez du gel ou de la crème à base d’aloe vera. Reconnue pour ses vertus apaisantes et désinfectantes, elle permet également de calmer les démangeaisons grâce à son effet refroidissant instantané.
  • Posez des feuilles de menthe sur votre piqûre. Son effet rafraîchissant soulagera immédiatement vos démangeaisons.
  • Vous pourrez également trouver en pharmacie des lotions ou des crèmes apaisantes spécialement conçues pour soulager les démangeaisons liées aux piqûres de moustiques. 

Un dernier conseil pour la route ? Même s’il est tentant de vous gratter, il est déconseillé de le faire au risque de laisser des cicatrices voire d’engendrer des infections. Renseignez-vous en pharmacie pour trouver une solution adaptée !

Protégez-vous avec un répulsif anti-moustiques !

Sources : 

https://bit.ly/3vOt0Of

https://bit.ly/3zOlCW4

Cellulite, toutes nos astuces pour la limiter !

Comment limiter la cellulite ?

Souvent perçue comme un fléau esthétique, la cellulite touche environ 9 femmes sur 10, et cela quel que soit leur âge ou leur morphologie ! 

Qu’est-ce que la cellulite ? La cellulite est une accumulation de graisses qui se forme sous la peau dans certaines zones du corps. En grossissant, ces amas graisseux finissent parfois par déformer le derme, lui donnant ce fameux aspect peau d’orange. 

Le saviez-vous ? Les femmes sont bien plus enclines à avoir de la cellulite : 90% d’entre elles contre seulement 2% des hommes ! Cette différence est principalement due aux hormones féminines (œstrogènes) qui stimulent naturellement les graisses afin de préparer le corps à une éventuelle grossesse ou encore en période d’allaitement. 

Cela s’explique également par le fait que les femmes possèdent deux fois plus de cellules graisseuses que les hommes. Aussi appelées cellules adipeuses, elles sont principalement réparties sur le bas du corps (hanches, fesses, cuisses), mais peuvent également s’accumuler (et donc favoriser la cellulite) au niveau du ventre, des bras et des genoux.

Quelles sont les différentes formes de cellulite ? 

  • La cellulite adipeuse est causée par un excès de stockage (souvent lié à un déséquilibre entre la quantité de graisse ingérée et la quantité de graisse dépensée), qui entraîne le gonflement des cellules graisseuses, perturbant ainsi la circulation sanguine et le processus d’élimination des déchets.
  • La cellulite aqueuse est souvent due à de la rétention d’eau liée à une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique, une insuffisance rénale ou encore une hypothyroïdie. En favorisant l’accumulation des déchets et l’inflammation des tissus, cela modifie alors l’apparence de la peau et donne cette sensation de gonflements et de jambes lourdes.
  • La cellulite fibreuse est la plus difficile à faire disparaître. Elle est causée par un dysfonctionnement des fibres collagènes qui se multiplient et se durcissent autour des cellules graisseuses, les emprisonnant. C’est pourquoi il est très difficile de la déloger. Dure à la palpation, elle peut être douloureuse et donner à la peau une couleur violacée. 

Si elle peut être héréditaire, son apparition est également liée à de la sédentarité, un manque d’activité physique, une alimentation déséquilibrée ou parfois à un bouleversement hormonal.

Les causes étant bien souvent liées, certaines personnes peuvent avoir plusieurs formes de cellulite. Le mélange de cellulite aqueuse et adipeuse est d’ailleurs le plus fréquent chez les femmes.

Comment s’en débarrasser ?

Déloger la cellulite n’est pas chose facile, surtout si elle s’est installée depuis longtemps ! Pour réussir à la diminuer, il faut tout d’abord traiter sa cause ou les facteurs aggravants : rétention d’eau, problème de circulation, stockage massif des graisses,… Voici quelques conseils pour y parvenir :

  • Faites du sport ! Les sports d’endurance sont particulièrement conseillés pour brûler et déstocker les graisses. Des sports plus doux comme la natation ou l’aquabiking sont très efficaces pour éliminer la cellulite. Vous pouvez également opter pour la marche rapide, qui favorise la circulation sanguine et limite donc la cellulite aqueuse et adipeuse.
  • Surveillez votre alimentation ! Évitez les aliments trop gras et trop sucrés, qui favorisent l’accumulation des graisses, ainsi que le sel qui contribue à la rétention d’eau. Privilégiez plutôt une alimentation variée et équilibrée, alliant des aliments et des plantes qui stimulent la circulation sanguine (comme l’ail, la vigne rouge, le chocolat noir ou les noix).
  • Buvez suffisamment ! L’hydratation favorise le drainage et l’élimination des toxines, limitant la formation de cellulite.
  • Adaptez votre mode de vie ! Évitez les talons hauts et les vêtements trop serrés qui gênent la circulation du sang. Dites également stop à la cigarette qui perturbe la circulation et favorise le vieillissement des cellules.
  • Pensez à l’aromathérapie ! Il existe différentes huiles essentielles qui vous aideront à diminuer la cellulite : l’HE de citron (très concentrée en limonène) favorise la lipolyse (destruction des graisses de l’organisme). Vous pouvez également opter pour l’huile essentielle de cèdre de l’Atlas, qui favorise elle aussi la lipolyse et améliore la circulation sanguine tout en décongestionnant les vaisseaux sanguins.

Si la cellulite n’est pas toujours perçue comme étant esthétique, n’oubliez pas que c’est un phénomène naturel bien souvent inévitable ! Dès lors, même s’il existe des astuces pour la limiter, gardez en tête qu’il sera très difficile de la déloger à 100%. Alors, pourquoi ne pas apprendre à vivre avec ?

L'alimentation équilibrée est indispensable pour limiter l'apparition de cellulite

Sources :

https://bit.ly/3vV5qjB 

https://bit.ly/3ce9Slx

https://bit.ly/3uNE7q1

L’été approche… Préparez votre corps !

Comment préparer son corps pour l'été ?

Entre confinements et déconfinements, notre corps a été mis à rude épreuve ces derniers mois ! Alors que les beaux jours reviennent et que les vacances approchent à grands pas, c’est le moment de préparer votre corps pour la saison estivale !

Adoptez une alimentation saine et variée !

Afin d’éliminer les toxines accumulées, ré-adaptez vos habitudes alimentaires :

  • Adaptez vos portions à vos besoins : en fonction de votre âge, votre activité physique, votre sexe,… vous n’aurez pas les mêmes besoins nutritionnels ! C’est pourquoi il est important de connaître les apports nécessaires à votre corps afin d’adopter de bonnes habitudes alimentaires. 
  • Sélectionnez bien vos aliments : privilégiez les “bons gras “ (poissons gras, avocats, noix, graines de chia,…) et les “bons sucres” (lentilles, quinoa, riz complet,…) ! Ils participeront au bon fonctionnement de votre organisme et vous aideront à garder la ligne ! 
  • Évitez le grignotage entre les repas : manger en dehors des repas augmente inévitablement les apports caloriques sur votre journée. Tout cet excès énergétique sera alors rapidement transformé par l’organisme en masse grasse. Pour réduire vos envies de grignotage, pensez à boire de l’eau régulièrement, à prendre le temps de mâcher et à ne pas sauter un repas.
  • Allégez le repas du soir : l’organisme stocke et ne combuste pas les graisses de la même manière suivant le moment de la journée. La nuit, il brûle moins de calories que le jour, c’est pourquoi il est conseillé de manger plus légèrement le soir ! 

Pour compléter une alimentation variée et équilibrée, vous pouvez également opter pour des plantes et aliments (par exemple sous la forme de compléments alimentaires) qui contribuent à détoxifier votre organisme !

C’est le cas du radis noir et du bouleau, qui possèdent des propriétés drainantes, ou encore des fruits rouges (comme la framboise, le cassis ou la fraise), qui contiennent des acides naturels bons pour le foie. 

Les infusions à base de plantes, telles que la reine des prés ou les fleurs de bruyères, possèdent également des vertus diurétiques qui facilitent l’élimination des toxines par les reins. N’hésitez pas à vous laisser tenter ! 

Hydratez-vous suffisamment !

Vous vous en doutez, l’hydratation est une étape indispensable pour garder un organisme en bonne santé ! Essentielle pour compenser la perte naturelle d’eau du corps, il est recommandé de boire entre 1.5 et 2 litres d’eau par jour. 

En plus de stimuler vos reins (et donc de faciliter l’élimination des toxines par l’urine), l’eau vous permet de garder une belle peau en favorisant le renouvellement cellulaire. À vous la peau douce et souple !

Vous avez tendance à oublier de vous hydrater ? Pensez à garder une bouteille d’eau à proximité et/ou pensez à donner du goût avec une petite tranche de citron ou encore de la menthe ! 

Pratiquez une activité physique régulière ! 

Et oui, difficile d’y échapper… Pour bien préparer votre corps à l’été et afficher votre plus jolie silhouette sur la plage, la pratique d’une activité physique est également indispensable. 

Course à pied, vélo, natation… Choisissez un sport que vous aimez ! Pratiquez l’activité de votre choix à votre rythme, afin d’éviter les blessures ou les baisses de motivation. L’essentiel est de garder une certaine régularité, afin de développer votre endurance et favoriser le brûlage des graisses !

N’hésitez pas à varier les plaisirs en pratiquant de temps en temps des exercices différents. Peut-être découvrirez-vous des aptitudes que vous ne connaissiez pas ! 

Envie d’un joli teint pour l’été ? 

Une bonne alimentation, la pratique d’une activité physique… Et si nous passions aux astuces pour préserver votre joli minois tout bronzé cet été ? 

  • Hydratez votre peau ! Utilisez des crèmes hydratantes adaptées à votre type de peau avant et après votre session bronzage ! 
  • Gommez votre peau ! Un gommage régulier permet d’éliminer les peaux mortes et de favoriser un bronzage uniforme ! 
  • Adaptez votre alimentation ! Privilégiez les fruits et légumes qui renferment des antioxydants (fruits rouges, noix, pommes,…) ou du béta-carotène (carottes, abricots,…), ils favorisent le bronzage ! 
  • La crème solaire, cet indispensable de l’été ! Sortez-la dès que vous vous exposez au soleil ! En plus de réduire les risques de coups de soleil, elle ralentit le vieillissement prématuré de la peau dû aux rayons UV.

Vous avez désormais toutes les clés pour préparer votre corps et votre peau pour cet été !

Pensez à manger varié et équilibré pour être en bonne santé !

 

Sources :

https://bit.ly/2SpAAAO

https://bit.ly/3vslpFB

https://bit.ly/3uiupvL

 

L’importance du sommeil chez les bébés !

Le sommeil est très important pour les enfants

Si le sommeil est indispensable pour nous, adultes, il l’est d’autant plus pour les bébés ! En effet, il participe à la fois à leur bien-être, mais également à la gestion de leurs émotions et à la bonne acquisition des apprentissages. 

Le sommeil est donc fondamental pour assurer leur développement physique, psychique et cognitif ! 

La durée et le rythme de sommeil chez les bébés

La durée et le rythme du sommeil chez les bébés évoluent au fur et à mesure qu’ils grandissent (mais c’est entre 0 et 1 an qu’ont lieu les changements les plus importants). Si chaque bébé est différent, les pédiatres sont capables de déterminer ceci : 

  • Entre 0 et 3 mois, un nourrisson dort en moyenne entre 16h et 20h par jour. 
  • Entre 3 et 6 mois, il dort en moyenne une quinzaine d’heures par jour. 
  • À partir de 6 mois et jusqu’à ses un an, il dort environ 14h par jour. 

Le rythme de sommeil, quant à lui, est également spécifique à chaque bébé. Il faut savoir que jusqu’à 3 mois, un bébé n’a aucune notion du jour et de la nuit : il dort et se réveille en fonction de ses besoins physiologiques (faim, inconfort,…). 

En général, c’est après ses 3 mois qu’il commence à allonger ses nuits (et à faire entre 3 et 4 siestes la journée). Ce n’est qu’à partir des 6 mois, en moyenne, que vous pourrez tout doucement profiter d’un bébé qui fait de “vraies” nuits (mais qui fera moins de siestes en journée) !

Les bons réflexes pour que bébé passe une bonne nuit ! 

Pour que votre petit bout s’endorme plus facilement et paisiblement, nous vous conseillons d’adopter les réflexes suivants : 

  • Couchez votre enfant dans une pièce calme. Tirez les rideaux ou les volets pour limiter les sources de lumière et de bruit.
  • Ne chauffez pas sa chambre au-delà de 19°C. Votre bébé dort généralement dans une gigoteuse, ce qui lui tient suffisamment chaud.
  • Évitez à tout prix d’exposer votre enfant aux écrans ! La lumière bleue qu’ils produisent est néfaste pour leur santé, car elle entrave la production de mélatonine et augmente le temps d’endormissement.
  • Vous pouvez instaurer un rituel, comme lire une histoire ou chanter une chanson, afin que votre enfant finisse par associer ce moment au sommeil.
  • Respectez une heure de coucher ! Un bébé qui a peu ou mal dormi sera énervé et fatigué plus rapidement. La clé d’un sommeil de qualité réside dans la régularité des horaires et des rythmes. 

Et la sieste dans tout cela ? 

Si une bonne nuit de sommeil est indispensable pour un enfant, la sieste l’est tout autant ! 

En aidant le corps et le cerveau à récupérer, la sieste permet à la fois d’assurer un bon équilibre mental, psychologique et émotionnel, mais permet également de conserver un rythme biologique régulier et d’assimiler les connaissances acquises durant les phases d’éveil. 

Si vous pensez que la sieste empêche votre bébé de dormir le soir, c’est tout l’inverse ! Elle est justement le secret d’une nuit plus paisible. Si vous sautez les moments de sieste, votre bébé commencera non seulement à s’habituer à lutter contre la fatigue (et dormira donc moins longtemps la nuit), mais cela le rendra également plus nerveux et irritable. 

La sieste est tout aussi importante que les bonnes nuits de sommeil pour les bébés

Sources :

https://bit.ly/3tnrtNV 

https://bit.ly/3eOhEDa 

https://bit.ly/3tmZuO8 

https://bit.ly/3uoheKn

https://bit.ly/3xPTaCb

Prenez soin de vos mains au quotidien !

Prendre soin de ses mains passe par une hydratation

Premières victimes du gel hydroalcoolique et des lavages trop récurrents, nos mains sont agressées quotidiennement et nécessitent donc une attention particulière !

Dessèchement, rougeurs, démangeaisons,… Si l’usage de solutions hydroalcooliques (dont la teneur en alcool est comprise entre 60% et 70%) et le lavage des mains au savon sont efficaces pour lutter contre la COVID-19, ils peuvent provoquer des effets indésirables pour la peau. 

Ajoutez à cela d’autres agressions extérieures telles que le froid ou le contact avec des substances chimiques (produit vaisselle, produits d’entretien, lessive…), vos mains n’en finissent plus de souffrir. 

Dans cet article, retrouvez quelques conseils et astuces pour préserver au mieux la peau de vos jolies petites mimines !

Prévenir plutôt que guérir !

  • En période de froid, portez des gants ! L’air extérieur devient plus sec lorsqu’il fait froid. Or, plus il est sec, plus il absorbe l’humidité de la peau. Résultat ? La peau se fragilise et s’assèche.
  • Quand vous vous lavez les mains, privilégiez l’eau froide ou tiède ! L’eau chaude a tendance à ôter le sébum présent dans l’épiderme, empêchant l’hydratation naturelle de la peau.
  • Si votre eau est trop calcaire, installez un adoucisseur ! Présent en plus ou moins grande quantité dans l’eau, le calcaire abîme le film hydrolipidique et accentue la sécheresse de la peau.
  • Enfilez des gants lors de l’utilisation de produits ménagers ! Les substances chimiques présentes dans les produits d’entretien sont pour la plupart allergènes et participent à fragiliser l’épiderme. Si n’aimez vraiment pas utiliser des gants, vous pouvez opter pour des produits plus écologiques et naturels (comme le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude) qui abîmeront moins votre peau.

Hydrater votre peau, l’étape essentielle ! 

Si vous voulez prendre soin de vos mains abîmées et fragilisées, il est nécessaire de passer par la case hydratation. Quels sont les bons gestes à adopter ? 

  • Privilégiez un savon formulé pour les peaux sèches, comme le savon de Marseille. Doux, naturel et hydratant, il convient parfaitement aux peaux sensibles et fragilisées.
  • Pensez à bien vous sécher les mains après les avoir rincées. S’il reste de l’humidité sur votre peau, cela risque de provoquer des gerçures et des irritations.
  • Faites un gommage des mains une à deux fois par mois au maximum. Cela leur redonnera de l’éclat et de la douceur !
  • Appliquez de la crème hydratante régulièrement dans la journée. Privilégiez une crème pour les mains d’origine naturelle ou certifiée bio avec une texture adaptée à votre peau (plus la peau des mains est sèche, plus la crème doit être riche).

Quels produits choisir pour une bonne hydratation ?

Si toutes les crèmes contiennent des agents hydratants, privilégiez tout de même les crèmes contenant :

  • de l’huile végétale (comme l’huile d’argan, d’amande douce, de ricin, d’olive ou d’avocat) qui hydrate et nourrit la peau !
  • de la glycérine, qui est très utilisée pour ses propriétés réparatrices et émollientes. En détendant et en adoucissant la peau, elle aide à lutter contre les tiraillements et les rougeurs.
  • du beurre de karité, qui apaise la peau et favorise la régénération en revitalisant les tissus cutanés.
  • du miel, qui contribue au maintien de l’hydratation naturelle de la peau et aide à faire face aux sécheresses cutanées. 

Si votre peau est extrêmement sèche, vous pouvez également opter pour des crèmes enrichies en agents surgras qui nourrissent et hydratent l’épiderme. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien !

Avec tous ces conseils, retrouvez des mains douces, hydratées et prêtes à faire face aux agressions du quotidien !

Le gel hydroalcoolique assèche la peau des mains

Sources :

https://bit.ly/3nlwsxj 

https://bit.ly/3xeqFhm 

https://bit.ly/3tKBOEG

La migraine, une maladie aux origines diverses

15% de la population souffre de migraines

Touchant environ 15% de la population, la migraine est une maladie chronique caractérisée par la survenue régulière et répétitive de maux de tête (appelées céphalées). D’intensité variable, elle intervient le plus souvent d’un seul côté de la tête et est accompagnée d’une sensation de pulsations dans la tête.

Si la douleur est généralement unilatérale (le plus souvent au-dessus d’un œil ou au niveau de la tempe) le côté touché peut varier d’une crise à l’autre. La douleur peut aussi être bilatérale, c’est-à-dire qu’elle est ressentie au-dessus des deux yeux, à l’arrière de la tête ou sur l’ensemble du crâne.

Nausées, vomissements, douleurs musculaires, troubles de la vision, fatigue,  troubles neurologiques, irritation, sensation de froid,… font partie des symptômes possibles d’une crise migraineuse. Les conséquences sur la vie des personnes qui en souffrent peuvent être très difficiles et handicapantes à vivre au quotidien : c’est pourquoi il est important de ne pas banaliser cette maladie.

Si elle débute généralement pendant l’enfance ou l’adolescence, la maladie s’accentue à l’âge adulte et touche plus les femmes que les hommes (20% contre 10%).

Quelles sont les causes de la migraine ?

Si les origines précises de la migraine restent encore floues, il a été prouvé que des facteurs génétiques prédisposent une personne aux crises migraineuses. Plus précisément, c’est l’association de plus d’une douzaine de gènes qui accroîtrait cette prédisposition ! Ainsi, si un membre de votre famille est atteint de migraines, vous aurez plus de chances d’en souffrir également. 

D’autres évènements ou facteurs (propres à chaque personne) peuvent également contribuer à déclencher des migraines :

  • Des variations hormonales : chez les femmes, les migraines apparaissent souvent suite à la diminution brutale du taux d’œstrogènes en fin de cycle menstruel.

  • Des facteurs psychologiques : le stress, l’anxiété, un trop plein d’émotions (positives comme négatives), une grande contrariété, du surmenage,… peuvent également en être la cause.

  • L’alimentation : un repas trop lourd ou la consommation de certains aliments (comme le chocolat, le vin blanc, certains fromages,…) peuvent avoir un effet direct sur la contraction ou la dilatation des vaisseaux sanguins dans le cervaux, entraînant des migraines.

  • L’hygiène de sommeil : un excès ou une dette de sommeil chronique font partie des déclencheurs les plus fréquents de crises migraineuses (et participent à leur aggravation).

  • Des facteurs environnementaux : les changements de températures brutaux, l’exposition à des vents violents, à l’humidité, à la pollution,… influeraient sur la survenue de céphalées.

  • Des facteurs sensoriels : une longue exposition à la lumière, au bruit ou à de fortes odeurs favorisent également ces crises dont on se passerait bien ! 

Quels traitements pour soulager les migraines ?

S’il existe des traitements médicamenteux, il est également possible d’avoir recours à d’autres méthodes pour vous soulager en cas de crise. 

Les douleurs ressenties lors d’une migraine sont propres à chaque personne : c’est pourquoi il n’existe pas de remède miracle. En cas de crise, vous pouvez néanmoins essayer de mettre en pratique ces quelques conseils :

  • Essayez de vous détendre au maximum. Pensez, par exemple, à pratiquer de la méditation, du yoga ou encore de la relaxation : cela vous aidera à diminuer votre stress !

  • Le froid peut vous aider à soulager efficacement vos maux de tête. Vous pouvez appliquer des compresses froides sur vos tempes ou votre front !

  • Si vous êtes dans une pièce enfumée, trop lumineuse ou trop bruyante, fuyez ! Privilégiez une pièce calme et sombre et allongez-vous le temps que la crise se calme.

  • Massez-vous les tempes, la nuque et le front avec quelques gouttes d’huiles essentielles de menthe poivrée ou de lavande. Grâce à leurs propriétés analgésiques et vasodilatatrices, elles apaisent les symptômes de la migraine (douleurs pulsatiles) et diminuent la durée de la crise.

Appliquer du froid sur la tête peut soulager la douleur

Sources : 

https://bit.ly/3mcTNQW

https://bit.ly/2OfSxjv

https://bit.ly/3sJyXLG

Les allergies saisonnières sont de retour !

Notre corps réagit face aux allergies saisonnières

Le printemps est arrivé… avec son lot d’allergies saisonnières ! Selon l’INSERM, un tiers de la population française en souffre, et cela ne risque pas de s’arranger ! Avec les changements climatiques qui allongent la période pendant laquelle les plantes et les arbres produisent du pollen, il y a fort à parier que ce chiffre ne s’améliorera pas dans les prochaines années. 

Écoulement nasal, éternuement à répétition, toux, larmoiement ou encore maux de tête sont bien souvent les symptômes de ces allergies printanières (autrement appelées rhinites allergiques). Si elles se manifestent chaque année à partir de mars, certaines personnes peuvent en souffrir jusqu’à octobre. 

Le saviez-vous ? À chaque saison, ce sont des arbres différents qui libèrent leur pollen dans l’air, provoquant ainsi ces allergies. Au printemps ce sont plutôt les arbres tels que le chêne, le bouleau, le peuplier, l’aulne ou le genévrier. L’été, ce sont majoritairement les graminées et en automne l’ambroisie !

Allergies saisonnières : quelles sont les personnes les plus touchées ?

Tout le monde est susceptible de développer des allergies saisonnières ! Si elles peuvent apparaître à tout moment, elles peuvent également disparaître d’une année à l’autre sans raison apparente.

Cependant, il existe tout de même des facteurs qui augmentent le risque d’en développer. D’après des études menées par l’INSERM, le facteur héréditaire jouerait un rôle prépondérant dans la prédestination aux allergies. Ainsi, si vos parents souffrent tous les deux d’allergies, vous aurez 7 chances sur 10 d’être également touché !  

Des facteurs environnementaux peuvent aussi être responsables du déclenchement des allergies saisonnières. En effet, l’exposition à des hauts taux de pollution aérienne comme des pesticides ou de la fumée (tabac, polluants) augmente la sensibilité aux allergènes et donc aux pollens. 

Quelles sont les causes et les conséquences des allergies saisonnières ?

Les allergies saisonnières se manifestent lorsque notre corps réagit de manière trop vive à une exposition à certaines substances extérieures, telles que les pollens. 

Comment le corps réagit face aux substances allergènes ? Les poils se trouvant à l’intérieur du nez emprisonnent les particules contenues dans l’air, y compris le pollen. Chez les personnes allergiques, ces particules peuvent causer des gonflements, des démangeaisons, des rougeurs et une production excessive de mucus (entraînant des éternuements plus fréquents ainsi qu’un besoin irrésistible de se moucher). 

Les allergies peuvent également se manifester au niveau des yeux. Le pollen se dépose sur les cils et y reste emprisonné, causant des enflures, des démangeaisons, et parfois des rougeurs. Votre corps aura alors comme réflexe de défense naturel de faire pleurer vos yeux.

Comment traiter les allergies saisonnières ?

Les allergies saisonnières ne sont pas une fatalité ! Il existe des gestes simples pour limiter l’apparition des symptômes et profiter pleinement du printemps : 

  • Vous pouvez vérifier régulièrement les alertes polliniques émises par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique et évitez de sortir lors des “pics”.
  • Limitez vos sorties lorsque la concentration de pollen dans l’air est très élevée, c’est-à-dire par temps chaud, sec ou venteux.
  • Portez des lunettes de soleil lorsque vous sortez, cela limitera le contact des allergènes avec vos yeux. 
  • Dès que vous rentrez chez vous, il est conseillé de vous laver (corps et cheveux) et de changer vos habits afin d’éliminer le pollen qui s’y serait déposé !
  • Évitez de faire sécher votre linge à l’extérieur : le pollen se colle aux vêtements !
  • Évitez les zones polluées et le contact avec tout autre irritant qui augmentent les symptômes d’allergie (comme la fumée de tabac).

En plus de ces mesures préventives, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien qui pourra, si nécessaire, vous conseiller des dispositifs soulageant les réactions allergiques.

Cependant, si ces quelques mesures préventives ne fonctionnent pas et que vous souffrez de formes plus graves de rhinite allergique, vous pouvez consulter un allergologue. Il réalisera des tests sanguins et cutanés afin de savoir à quel(s) type(s) d’allergène(s) vous réagissez le plus.

Le pollen libéré par certaines plantes est à l'origine des allergies

Sources :

https://bit.ly/30RedVS

https://msdmnls.co/2Qh5D0G 

https://bit.ly/3cI7Ycs 

https://bit.ly/3vBXRyp 

https://bit.ly/3rY0Yic