Préparez l’hiver avec les huiles essentielles !

Pensez aux huiles essentielles pour vous soigner naturellement !

L’hiver est bientôt de retour, emportant avec lui son lot de petits désagréments : infections, rhume, bronchite, grippe, anxiété, sécheresse cutanée… Pour remédier à ces petits tracas du quotidien, avez-vous pensé à l’aromathérapie ? Cet ensemble de solutions naturelles fait appel à des extraits aromatiques de plantes (essences, huiles essentielles,…) pour prévenir et soigner certains maux !

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

La forme liquide et concentrée d’une plante, aussi appelée huile essentielle est obtenue grâce à l’extraction de principes actifs par la distillation à la vapeur d’eau. Grâce à la composition unique de chaque plante, les huiles essentielles possèdent des propriétés diverses et peuvent donc être utilisées pour faire face à des situations différentes telles que le stress, les insomnies légères, les démangeaisons, les irritations cutanées, la fatigue ou encore la toux.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

  • Par diffusion atmosphérique : les huiles essentielles peuvent être placées dans un diffuseur d’ambiance qui permet la vaporisation des substances actives ou inhalées pour pénétrer au niveau des bronches et rejoindre ensuite les vaisseaux sanguins.

  • Par voie transcutanée : mélangez les HE à de l’huile d’amande douce ou de jojoba lors d’un bain ou un massage pour que celles-ci puissent pénétrer la peau. Attention, certaines substances contenues dans les HE peuvent entraîner des irritations ou des allergies !

  • Par voie rectale : intégrées à certains suppositoires, quelques huiles essentielles peuvent être prescrites pour soigner certains troubles ORL.

  • Par voie orale : à diluer tout d’abord dans du sucre ou du miel, quelques huiles essentielles peuvent être mélangées à des infusions. Cependant, il est recommandé d’avoir un avis médical au préalable en raison de l’extrême toxicité de certaines huiles !

5 huiles essentielles à favoriser pour se soigner 

Quelles huiles essentielles privilégier pour remédier aux petits maux du quotidien ? Découvrez notre sélection permettant de prévenir ou combattre certaines douleurs et maladies :

L’huile essentielle de ravintsara : indispensable pour booster les défenses immunitaires, cette HE possède également des propriétés expectorantes, antibactériennes et antivirales. En fluidifiant et favorisant l’expectoration des mucosités bronchiques, elle permet la libération des voies respiratoires.

L’huile essentielle de lavande vraie : ses propriétés apaisantes vous aideront à vous relaxer et diminuer le stress pour favoriser le sommeil réparateur !

L’huile essentielle de tea tree : essentielle en hiver, cette HE antibactérienne vous aide à lutter contre les microbes, les virus et les champignons.

L’huile essentielle de menthe poivrée : ses multiples propriétés lui permettent d’agir pour lutter contre les troubles digestifs, diminuer les crises de migraines, les nausées, les rhumes ou encore les sinusites !

L’huile essentielle de citron : grâce à ses vertus dépuratives, elle permet de traiter certains troubles digestifs (constipation, ballonnements, gastro-entérite) et de soulager les nausées.

Attention ! Si leurs bienfaits sont multiples, les huiles essentielles ne sont cependant pas pour autant dépourvues de risques et doivent être utilisées avec précaution ! En effet, mal utilisées, celles-ci peuvent devenir dangereuses, c’est pourquoi il est conseillé de réaliser un test de tolérance cutanée dans le creux du coude avant toute utilisation (appliquer 2 gouttes du mélange et attendre 24 heures afin de vérifier qu’il n’y ait pas de réaction) ! Il est également recommandé de toujours veiller à bien respecter les dosages et de demander conseil à votre pharmacien en cas de doute !

Les huiles essentielles doivent être utilisées avec précaution

Sources :

https://bit.ly/3kxN70l

https://bit.ly/3krKDjN

https://bit.ly/3F7ScEd

https://bit.ly/3Ffq3eN

En novembre, arrêtez de fumer avec Mois Sans Tabac !

Stop à la cigarette !

S’il est souvent possible de lire que “fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage” sur les paquets de cigarettes, un quart de la population française fume pourtant quotidiennement, et ce chiffre tend même à augmenter !

Première cause évitable de mortalité prématurée, le tabac est responsable chaque année du décès de la moitié de ses consommateurs réguliers, soit environ 8 millions de personnes dans le monde ! Lutter contre le tabagisme est donc une priorité de santé publique, d’où la création du mouvement Mois Sans Tabac en 2016. Son objectif est de sensibiliser et d’accompagner les fumeurs en les invitant à arrêter de fumer tous ensemble pendant un mois, en novembre ! Ces 30 jours sont essentiels car ils multiplient par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement.

Quels sont ses effets sur notre santé ?

Qu’il s’agisse de la nicotine, du goudron, des gaz toxiques ou des métaux lourds, tous les composants du tabac sont extrêmement nocifs pour la santé et peuvent être mortels ! Ce produit psychotrope contenant plus de 4 000 substances chimiques (dont cinquante sont reconnues cancérigènes) entraîne non seulement de la dépendance mais surtout l’apparition de nombreux effets indésirables.

En effet, si à court terme, le tabagisme peut engendrer de la fatigue, une mauvaise haleine, une baisse d’énergie, de la toux ou encore la perte du goût et de l’odorat, à long terme les conséquences peuvent être nettement plus graves :

  • Fumer augmente considérablement le risque de développer un cancer ! En France, le cancer provoqué par la consommation de tabac est la première cause de mortalité, le plus fréquent étant le cancer du poumon (90% des cas). Si les organes affectés sont souvent ceux impliqués dans la respiration, le cancer peut se développer dans d’autres organes tels que la gorge, la bouche, le pancréas, les reins, la vessie, l’utérus ou la peau !
  • Les maladies cardiovasculaires sont plus fréquentes chez les fumeurs actifs. Le tabagisme augmente particulièrement chez les sujets jeunes le risque de développer une hypertension artérielle, une athérosclérose, une artérite des membres inférieurs, ou encore un accident vasculaire cérébral !
  • Fumer diminue fortement les capacités respiratoires ! Consommer du tabac engendre chez la majorité des fumeurs réguliers un essoufflement au moindre effort et une toux quotidienne. Les fumeurs ont également plus de risques d’être touchés par la maladie chronique respiratoire appelée BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) ou d’être hospitalisés.
  • Fumer a des conséquences sur la sexualité ! Modification des cycles hormonaux, libido en baisse, réduction de la quantité et de la qualité des spermatozoïdes ou encore diminution de la fertilité sont certains des troubles de la sexualité provoqués par le tabac.
  • En plus de provoquer une haleine désagréable chez ceux qui en consomment, le tabac jaunit les dents, favorise leur déchaussement et fragilise les gencives !
  • Le tabac entraîne la dégradation des fibres élastiques de la peau, ce qui accentue son vieillissement, la rendant plus terne et moins souple et favorisant ainsi l’apparition précoce de rides.

Le saviez-vous ? Les risques encourus par un fumeur dépendent en réalité de sa consommation de tabac quotidienne et de la durée de son tabagisme au cours de sa vie. Contrairement aux idées reçues, les risques pour la santé sont plus importants si la durée de consommation de tabac est plus élevée. Cependant, quelle que soit la consommation ou la durée, fumer représente toujours un risque, c’est pourquoi la seule manière efficace pour diminuer ce risque est l’arrêt total du tabac !

Quelles sont les solutions pour arrêter de fumer ?

En novembre, Mois Sans Tabac est l’occasion d’arrêter de fumer collectivement ! Tabac Info Service met à disposition des fumeurs différents outils. Les inscrits bénéficient notamment d’une consultation avec un tabacologue, d’un kit d’aide à l’arrêt avec un programme de 40 jours, de divertissements, d’une l’appui de toute une communauté pour échanger, d’un coaching simple d’accès et gratuit via l’application Tabac Info Service ainsi qu’un suivi personnalisé téléphonique avec un tabacologue.

Si la motivation et la volonté sont indispensables, appliquez également ces quelques conseils pour arrêter de fumer :

  • Soyez accompagné et soutenu par vos proches, cela facilitera le sevrage.
  • Anticipez les situations à risques en identifiant les moments qui suscitent l’envie de fumer et réfléchissez à des alternatives pour y remédier !
  • Fixez-vous des objectifs et notez les changements que vous constatez, cela permet de renforcer votre motivation pour arrêter de fumer !
  • Les huiles essentielles de mandarine, d’orange ou encore de menthe poivrée  pourront vous aider à gérer votre stress et lutter contre les envies de fumer grâce à leurs vertus apaisantes.
  • Les infusions aux plantes telles que la stevia, la lobélie enflée ou encore la verveine sont très utilisées pour le sevrage de la nicotine.
  • Pensez à varier et équilibrer votre alimentation et à pratiquer une activité physique régulière afin d’éviter la prise de poids, conséquence première de l’arrêt du tabac.
  • Mesurez les économies réalisées ! Cela peut également devenir un moyen pour comprendre l’impact financier qu’a le tabagisme sur votre vie quotidienne !

Si les fumeurs réguliers mettent en danger leur santé, leurs proches sont bien souvent également impactés, on parle dans ce cas de tabagisme passif. L’entourage d’un fumeur, les personnes croisées au quotidien ou encore le bébé dans le ventre de sa mère sont des victimes du tabac ! Une raison de plus d’arrêter de fumer pour préserver votre santé et celle de vos proches !

Mois sans Tabac est l'occasion d'arrêter la cigarette !

Sources :

https://bit.ly/32zpxoL

https://bit.ly/3nysIsq

https://bit.ly/3nl4xMC

https://bit.ly/35TXVfn

https://bit.ly/3pE0yyV

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté !

Campagne de vaccination antigrippale 2021

L’automne est de retour, emportant avec lui son lot de maladies saisonnières ! Rhume, bronchite, bronchiolite, gastro-entérite, grippe et autres virus sont au rendez-vous du changement de saison ! Ces maladies contagieuses se transmettent bien souvent par voie aérienne et par le contact avec des objets et surfaces contaminés.

Souvent considérée comme peu dangereuse, la grippe saisonnière touche pourtant 2 à 8 millions de personnes chaque année en France. Si elle est généralement bénigne chez les personnes en bonne santé, elle peut entraîner de graves complications (infection pulmonaire, aggravation d’une maladie chronique déjà existante telle que le diabète, une insuffisance cardiaque, une maladie rénale,…) chez les personnes vulnérables. C’est pourquoi il est important de ne pas banaliser les conséquences de la grippe et de s’en protéger !

Comment reconnaître les symptômes de la grippe ?

Cette infection respiratoire aiguë due au virus influenza se déclare 48h après la contamination et reste généralement présente dans l’organisme pendant 5 jours (7 jours chez les enfants) après le début des premiers signes. 

Chez l’adulte, les symptômes les plus fréquents sont la fièvre, des courbatures, des frissons, de la fatigue, des maux de gorge, une toux sèche ou encore des maux de tête. Si ses symptômes apparaissent le plus souvent sans gravité, ils peuvent évoluer et toucher plus durement les personnes plus vulnérables.

Comment prévenir et soigner la grippe ?

Dès l’apparition des premiers symptômes, reposez-vous et pensez à vous hydrater pour compenser la déshydratation causée par la fièvre ! N’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien si vos symptômes s’aggravent.

Pour diminuer les risques de contamination, lavez-vous bien les mains régulièrement, portez un masque si vous êtes en contact avec des personnes fragiles et évitez tout contact avec des personnes malades.

Cependant, le moyen le plus sûr pour les personnes fragiles ou à risques de se protéger et se prémunir des complications et formes graves reste la vaccination !

A qui le vaccin est-il destiné en priorité ?

La campagne de vaccination contre la grippe débutera le 26 octobre 2021, date à laquelle les médecins généralistes, pharmaciens, infirmiers et sages-femmes pourront vacciner leurs patients.

Son objectif est de protéger la population et éviter les formes graves de la grippe. Elle concernera en priorité :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus
  • Les personnes atteintes de pathologies chroniques (maladie cardiaque, pulmonaire, troubles neurologiques, diabète,…)
  • Les personnes en surpoids ou obèses
  • Les femmes enceintes
  • Le personnel médical et soignant

La vaccination contre la grippe est recommandée tous les ans car le virus mute d’une année sur l’autre et la durée de la protection vaccinale disparaît souvent après quelques mois. Cependant, si vous ressentez des effets indésirables après avoir reçu le vaccin, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou pharmacien.

Le vaccin contre la grippe

Sources :

https://bit.ly/3llL5ks

https://bit.ly/3uOSPyE

https://bit.ly/3lqxMQ9

https://bit.ly/3Fm9tL7

https://bit.ly/2YlnuHL

Octobre Rose : mobilisons-nous contre le cancer du sein !

Octobre Rose est dédié à la lutte contre le cancer du sein !

Depuis le début du mois se déroule la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein : Octobre Rose. En France, 1 femme sur 8 développe ce cancer au cours de sa vie. Pourtant, si la maladie est détectée à un stade précoce, elle peut être guérie dans 9 cas sur 10 !

Des études le démontrent : une personne a 99% de chances de survivre si son cancer est détecté précocement contre seulement 26% si le cancer est diagnostiqué trop tard. C’est pourquoi le dépistage est d’autant plus essentiel !

Par ailleurs, sachez que le cancer du sein ne touche pas que les femmes ! En effet, les hommes peuvent aussi le développer, même si cela ne représente qu’1% d’entre eux. Malheureusement, beaucoup de médecins (et de patients) pensent rarement à cette possibilité, ce qui peut mener à un diagnostic tardif et donc une prise en charge plus difficile de la tumeur.

Qu’est ce que le cancer du sein ?

Le cancer du sein est une tumeur maligne, provoquée par le dérèglement de certaines cellules, qui se développe au niveau des glandes mammaires. Ces cellules cancéreuses peuvent ensuite rester dans le sein ou se disséminer dans d’autres organes (foie, poumons,…) par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques.

Il existe différents types de cancers du sein, qui évoluent chacun d’une manière différente. Les plus fréquents (95% des cas) sont ceux qu’on appelle les adénocarcinomes. Ils se développent le plus souvent à partir des cellules des canaux : on parle alors de cancer canalaire. Quand ils se développent à partir des cellules des lobules (plus rarement), on parle de cancer lobulaire.

Dans la majorité des cas, le développement d’un cancer du sein prend plusieurs mois, voire plusieurs années.

Quels sont les facteurs de risques ?

Il existe plusieurs facteurs susceptibles d’augmenter le risque de cancer du sein :

  • L’âge. Deux tiers des cancers du sein surviennent après 50 ans. Cependant, dans de rares cas, la maladie peut se développer chez les jeunes femmes.

  • Le surpoids ou l’obésité (notamment après la ménopause). Aujourd’hui, il est clairement établi que le surpoids ou l’obésité favorisent le développement (entres autres) du cancer du sein, qui est sensible aux hormones œstrogènes produites par les tissus graisseux.
  • La consommation d’alcool. Peu de femmes pensent qu’il peut exister un lien entre la consommation d’alcool et le cancer du sein. Pourtant, il est bel et bien réel. En effet, quand il est ingéré, l’éthanol contenu dans l’alcool se transforme en acétaldéhyde, une substance classée comme cancérigène par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). Ainsi, toute consommation, même modérée, constitue un risque dans le développement de cancers, dont celui du sein.
  • Les prédispositions génétiques. Il est démontré que 5 à 10% des cancers du sein se développent chez des femmes dont un membre de la famille a déjà été touché par la maladie. Lorsque plusieurs personnes de la même famille sont atteintes du même type de cancer, il peut s’agir d’un cancer héréditaire dû à une anomalie au niveau d’un gène qui se transmet d’une génération à une autre. 

Faites-vous dépister !

Si le meilleur moyen de détecter un cancer reste le dépistage, quelques symptômes peuvent vous alerter :

  • L’apparition d’une boule ou d’une grosseur dans le sein ou sous un bras (au niveau des aisselles). Cette masse, en général non douloureuse, est le plus souvent de consistance dure et présente des contours irréguliers.
  • La modification de la peau du sein : rétraction, rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange. 
  • La modification du mamelon ou de l’aréole : rétraction, changement de coloration, suintement ou écoulement. 
  • Un changement de la taille ou de la forme du sein. 

Bien entendu, ces symptômes ne signifient pas forcément qu’il s’agit d’un cancer du sein. Cependant, si vous repérez une anomalie, il est important de demander un avis médical. 

Par ailleurs, à partir de 50 ans, un dépistage doit être réalisé tous les deux ans, et ce même en l’absence de symptômes. En effet, c’est dans cette tranche d’âge que les femmes ont le plus de risques de développer un cancer du sein.

Cependant, dès 25 ans, il est recommandé de réaliser une palpation tous les ans pour détecter une potentielle anomalie. Cet examen, rapide et indolore peut être effectué par votre médecin généraliste, votre gynécologue ou encore votre sage-femme.

Le dépistage est la première arme pour lutter contre le cancer du sein

Sources :

http://bit.ly/33dM0b1

http://bit.ly/35mEuME

http://bit.ly/2AVlQ0r

http://bit.ly/2Ozs4vg

http://bit.ly/2M01Zn5

Comment bien vivre l’arrivée de l’automne ?

Une petite baisse du moral intervient souvent en automne !

La diminution de la luminosité, les beaux jours qui déclinent et les températures qui commencent à chuter… Même si les paysages ravissent nos yeux, l’automne est bel et bien là, occasionnant chez la plupart d’entre nous une baisse de moral !

Pour couronner le tout, l’arrivée de l’automne engendre également bien souvent un affaiblissement de notre système immunitaire et une baisse d’énergie. Pour lutter contre ces petits désagréments saisonniers, appliquez ces quelques recommandations :

  • Aérez votre intérieur ! Si les sprays à base d’huiles essentielles aident à cacher les mauvaises odeurs, ils ne sont pas aussi efficaces qu’un renouvellement de l’air. Pour limiter autant que possible les rhumes et autres virus présents en automne, aérer son habitation est primordial ! Même si les températures commencent à chuter, ouvrez une vingtaine de minutes chaque jour, cela permettra d’assainir l’air en faisant disparaître les bactéries et l’humidité.

  • Sortez dès que possible ! Les jours qui raccourcissent sont synonymes d’une baisse de moral chez bon nombre d’entre nous. Pour lutter contre cette dépression saisonnière, faites le plein de lumière naturelle et sortez prendre l’air au minimum une trentaine de minutes chaque jour. Retour de la bonne humeur garanti !

  • Faites de l’exercice ! Si cette recommandation est valable toute l’année, elle l’est d’autant plus en automne où l’on a tendance à se laisser aller. Faire du sport permet non seulement de détoxifier l’organisme mais également de décompresser pour être de meilleure humeur !

  • Optez pour une alimentation riche et diversifiée ! En automne, il est essentiel de faire le plein d’énergie en mangeant équilibré et varié ! Privilégiez les fruits et légumes de saison qui sont sources de vitamines et d’antioxydants. Consommez de préférence des produits frais pour profiter de l’ensemble de leurs qualités nutritionnelles et gustatives.
  • Misez sur les produits de la ruche ! La gelée royale, le miel ou le propolis regorgent de nutriments et seront vos meilleurs alliés pour affronter l’arrivée de la saison automnale ! Recommandés pour soutenir le système immunitaire mais également pour lutter contre la fatigue ou encore pour pallier certaines carences, ils contribuent au bon fonctionnement de notre organisme.

  • Prévenez les carences grâce à des compléments alimentaires ! Si une alimentation variée et équilibrée ne suffit pas toujours à apporter à l’organisme toutes les vitamines et tous les oligo-éléments dont il a besoin pour rester en forme. Demandez conseil à votre pharmacien pour choisir les compléments alimentaires adaptés à vos besoins !

  • Pour garder la forme, reposez-vous ! Le sommeil est la principale source dont dispose notre corps pour maintenir sa forme physique, psychologique et intellectuelle. Durant toute l’année, il est conseillé de dormir entre 7 et 8 heures par nuit et cette recommandation est d’autant plus valable lors du changement de saison !

Vous avez désormais quelques clés pour affronter en toute sérénité l’arrivée de la saison automnale ! 

Faites de l'exercice pour lutter contre le manque d'énergie

Sources : 

https://bit.ly/3ksWBKt

https://bit.ly/3ED9j1p

https://bit.ly/2XDcllL

Comment être en forme et motivé pour la reprise ?

C'est l'heure de la reprise !

Les vacances sont terminées et l’heure de la rentrée a sonné ! Pour aborder la reprise du bon pied, mieux vaut être en forme et reposé !

Découvrez quelques conseils et astuces pour attaquer sereinement ce mois de septembre :

  • Retrouvez un rythme de sommeil !

Souvent perturbé pendant les vacances où les horaires sont décalés, le sommeil est pourtant essentiel pour l’organisme ! Si vous ne voulez pas finir sur les rotules dès la reprise, la première solution est de faire de bonnes nuits de sommeil, y compris le week-end !

Comment y parvenir sans difficulté ? Avancez de 15 minutes votre heure du coucher et du réveil jusqu’à ce que vous retrouviez votre rythme de sommeil habituel. Cela permettra à votre organisme de se réhabituer progressivement et la reprise sera nettement moins difficile.

Si, malgré cela, vous ne parvenez pas à reprendre vos habitudes de sommeil, vous pouvez opter pour des compléments alimentaires à base de mélatonine, qui vous aideront à vous endormir plus facilement. Demandez-nous conseil en pharmacie !

  • Reprenez de bonnes habitudes alimentaires !

S’il est important de se faire plaisir de temps à autre, il est tout de même essentiel d’aider votre organisme à retrouver un bon équilibre alimentaire si vous voulez être en forme en cette rentrée !

Consommez sans modération les aliments qui vous permettront de faire le plein de vitamines, tels que les fruits et légumes qui vous aideront à retrouver toute votre énergie. Privilégiez également les protéines et les aliments sources de fibres, comme les légumineuses qui contribuent au bon fonctionnement de votre organisme.

En cas de carence, vous pouvez également penser aux compléments alimentaires qui vous aideront à booster votre système immunitaire. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

  • Retrouvez une activité physique régulière !

Si la reprise peut être une source de stress et de fatigue, essayez tout de même de garder certains moments pour vous détendre. Pour vous vider la tête, rien de mieux que de faire du sport !

Yoga, natation ou encore course à pied… Qu’elle soit intense, modérée ou légère, l’activité physique que vous pratiquez sera positive pour votre corps, votre esprit et vous permettra de garder la forme ! 

Pratiquer une activité physique contribuera également à réduire vos douleurs musculaires et articulaires ! Vous pouvez, par ailleurs, prendre l’habitude de réaliser quelques étirements plusieurs fois chaque jour. Prévenez les douleurs aux cervicales en tournant votre tête 5 fois dans le sens des aiguilles d’une montre, puis 5 fois dans l’autre sens. 

Pour limiter les maux de dos, pensez à vous tenir bien droit et réalisez ces quelques mouvements : entrelacez vos doigts, placez-les au-dessus de votre tête et étirez-les vers le haut pendant 1 minute. Cela détendra les muscles de votre dos tels que les lombaires ou les dorsaux ainsi que vos cervicales.

Vous avez désormais les clés pour affronter le mois de septembre et la reprise en toute sérénité ! 

Retrouvez de bonnes habitudes alimentaires pour la rentrée !

 

Sources :

https://bit.ly/3t2f4R0 

https://bit.ly/3kGpi5P 

https://bit.ly/2WuptsV

Cet été, attention aux coups de chaleur !

Attention aux températures élevées !

Si profiter du soleil est bon pour le moral, gare à la combinaison de températures élevées et d’humidité qui peuvent provoquer des coups de chaleur !

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur et comment le reconnaître ?

Le coup de chaleur (ou hyperthermie) intervient lorsque la régulation de la température de notre corps se révèle insuffisante. Cela se produit généralement à la suite d’une longue exposition à la chaleur ou en cas d’effort physique prolongé dans un environnement chaud et humide. Ces conditions provoquent une déshydratation du corps et l’augmentation de sa température.

Les symptômes les plus fréquents sont des maux de tête, des vertiges, des nausées, des crampes musculaires, un pouls trop rapide et une tension trop élevée ou trop basse. L’hyperthermie peut également entraîner une perte de connaissance et, dans les cas les plus graves, le décès.

En effet, si les coups de chaleur peuvent concerner tout le monde, les personnes âgées, obèses, les bébés et les jeunes enfants sont les plus susceptibles d’être touchés. 

Comment prévenir les coups de chaleur ?

  • Hydratez-vous en quantité suffisante ! Plus la température est élevée, plus nous transpirons. Pour pallier ce manque d’eau, il est indispensable de boire au minimum 2 litres en été !

  • Adaptez votre tenue ! Privilégiez des vêtements clairs, amples et en matières légères telles que le lin ou le coton, qui facilitent la circulation de l’air. Pensez à prendre un chapeau ou une casquette dès que vous sortez pour vous protéger du soleil !

  • Limitez vos activités physiques ! Pendant les périodes de canicule, privilégiez les heures les plus fraîches de la journée si vous souhaitez faire du sport.
  • Restez dans un endroit frais et aéré et évitez de sortir aux heures les plus chaudes de la journée (entre 12h et 16h) !

  • Ne laissez jamais une personne seule (ou un animal) dans une voiture au soleil !  Sachez que la température corporelle des enfants peut augmenter trois à cinq fois plus vite que celle des adultes. Pour éviter tout drame, ne laissez personne dans la voiture, même pour un court laps de temps et même si les fenêtres sont ouvertes !

Que faire si vous êtes témoin d’un coup de chaleur ?

Si la victime est consciente, appelez les secours puis placez-la au plus vite à l’ombre ou dans un endroit frais. Enlevez-lui ses habits, recouvrez-la de linge humide pour la rafraîchir et donnez-lui à boire.

Si la personne est inconsciente, prévenez immédiatement les secours et allongez-la en position latérale de sécurité dans un endroit frais. Rafraîchissez-la avec du linge humide en attendant l’arrivée des secours.

Hydratez-vous pour éviter les coups de chaleur !

Sources :

https://bit.ly/3lp2VDR 

https://bit.ly/3lqY8lp 

https://bit.ly/3ji4xMV

Faites le plein de vitamine D en été !

Emmagasinez de la vitamine D grâce au soleil !

L’été est arrivé, c’est le moment de faire le plein de vitamine D ! Cette substance vitale, aussi connue sous le nom de “vitamine du soleil”, est indispensable au bon fonctionnement du corps humain.

En effet, les missions principales de la vitamine D sont de contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire, d’assurer un certain taux de calcium dans le sang et de rendre les os plus résistants. C’est pourquoi les carences en vitamine D se manifestent généralement par des sensations de fatigue, d’épuisement, mais aussi l’apparition de crampes ou de douleurs articulaires.

Où trouve-t-on de la vitamine D ?

S’il est possible de retrouver de la vitamine D en très faible quantité dans certains aliments (tels que le saumon, la truite ou le foie de veau), la première source de production de cette substance reste la lumière du soleil : elle peut représenter jusqu’à 90% des apports nécessaires en vitamine D ! C’est notamment grâce à la chaleur des rayons UV-B et à la suite de réactions dites “photolyse” (qui impliquent une réaction avec la lumière), que notre corps produit cette vitamine.

Comment faire le plein de vitamine D ?

L’apport en vitamine D est différent selon votre type de peau ! En effet, plus votre peau est claire, plus il sera facile pour votre corps d’en produire. À l’inverse, si votre type de peau est foncé, il vous faudra rester plus longtemps au soleil pour parvenir à produire assez de vitamine D. 

Voici quelques astuces pour une production optimale de vitamine D :

  • Entre avril et octobre, exposez vous au soleil environ deux à trois fois par semaine pendant une durée de 15 à 30 minutes. Priorisez la tranche horaire entre 11 et 14h, car c’est à ce moment-là que le corps absorbe le mieux les rayons UV.

  • Pour une production optimale de vitamine D, il n’est pas recommandé d’appliquer de la crème solaire sur votre peau. Si les rayons peuvent être dangereux lors de longues expositions, ils sont rarement problématiques sur de courtes durées !

  • Consommez des aliments tels que le saumon, les sardines, la truite, le thon, l’huile de foie ou le foie de veau qui contiennent naturellement de la vitamine D !

  • En cas de carence, vous pouvez opter pour des compléments alimentaires contenant des vitamines D3 et K2. Avec l’avis d’un professionnel de santé, il vous est également possible d’obtenir des comprimés de vitamines D3 !

Attention tout de même aux coups de soleil ! Une exposition prolongée et régulière peut avoir des conséquences : insolation, coups de soleil, cancer de la peau… C’est pourquoi il est indispensable de s’exposer progressivement et d’alterner les moyens possibles pour emmagasiner de la vitamine D.

Optez pour des compléments alimentaires en cas de carence en vitamine D !

Sources :

https://bit.ly/3AKt3hO 

https://bit.ly/3wtki8n  

Cet été, protégez-vous des piqûres de moustiques !

Les moustiques sont de retour !

Le retour de l’été signe également le retour de ces petits insectes aux bourdonnements insupportables : les moustiques ! 

Le saviez-vous ? Contrairement aux idées reçues, les moustiques ne sont pas attirés par la lumière, mais plutôt par le CO2 que nous rejetons ainsi que certaines odeurs dégagées par notre corps. De plus, tous les moustiques ne piquent pas, seules les femelles le font pour se nourrir et compléter la maturation de leurs œufs.

Pourquoi les piqûres nous grattent ? Lorsqu’un moustique nous pique, il libère de la salive qui empêche notre sang de coaguler. Les substances contenues dans cette salive entraînent alors la libération d’histamine par le corps humain, qui est à l’origine des rougeurs et démangeaisons.

Pour vous aider à prévenir les piqûres ou à les soulager (si vous n’avez pas réussi à éviter leurs assauts), nous vous donnons quelques conseils et astuces. 

Comment éviter les piqûres de moustiques ?

  • Privilégiez les vêtements clairs, amples et si possible assez épais ! Les moustiques piquent même à travers les tissus, surtout s’ils sont fins. Ils sont également plus attirés par les vêtements aux couleurs foncées (car ils retiennent plus la chaleur).

  • Évitez les sources d’eau stagnante, car c’est là que les femelles pondent leurs œufs ! Pensez, par exemple, à vider l’eau des coupelles sous vos pots de fleurs.

  • Adoptez une bonne hygiène corporelle ! Les moustiques étant attirés par certaines odeurs (telles que la transpiration), une bonne hygiène corporelle est recommandée pour limiter les piqûres !

  • Installez un ventilateur ! Le vent empêche les moustiques de repérer le CO2 que nous dégageons en le dispersant dans l’air. De plus, ils auront plus de difficultés à se poser sur vous assez longtemps pour vous piquer.

  • Utilisez des sprays anti-moustiques ! À appliquer sur la peau ou sur les vêtements, ils offrent généralement une protection pendant 7 à 9h. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.
  • Vous préférez opter pour des solutions naturelles ? Certaines huiles essentielles permettent d’éloigner durablement les moustiques pour passer une bonne nuit ! Les plus efficaces sont les HE de citronnelle, de géranium et de basilic : l’odeur qu’elles dégagent n’est pas tolérée par les moustiques.

Comment soulager les piqûres ?

Si vous n’avez pas réussi à échapper aux piqûres, voici quelques conseils pour atténuer les démangeaisons :

  • Appliquez 2 gouttes d’huile essentielle de lavande sur la piqûre et massez. Son effet anti-inflammatoire soulagera immédiatement les démangeaisons.

  • Versez quelques gouttes de vinaigre de cidre sur une compresse et appliquez-la sur la piqûre. Grâce à ses propriétés antiseptiques, il favorise la cicatrisation et soulage la démangeaison.

  • Appliquez du gel ou de la crème à base d’aloe vera. Reconnue pour ses vertus apaisantes et désinfectantes, elle permet également de calmer les démangeaisons grâce à son effet refroidissant instantané.
  • Posez des feuilles de menthe sur votre piqûre. Son effet rafraîchissant soulagera immédiatement vos démangeaisons.
  • Vous pourrez également trouver en pharmacie des lotions ou des crèmes apaisantes spécialement conçues pour soulager les démangeaisons liées aux piqûres de moustiques. 

Un dernier conseil pour la route ? Même s’il est tentant de vous gratter, il est déconseillé de le faire au risque de laisser des cicatrices voire d’engendrer des infections. Renseignez-vous en pharmacie pour trouver une solution adaptée !

Protégez-vous avec un répulsif anti-moustiques !

Sources : 

https://bit.ly/3vOt0Of

https://bit.ly/3zOlCW4

Cellulite, toutes nos astuces pour la limiter !

Comment limiter la cellulite ?

Souvent perçue comme un fléau esthétique, la cellulite touche environ 9 femmes sur 10, et cela quel que soit leur âge ou leur morphologie ! 

Qu’est-ce que la cellulite ? La cellulite est une accumulation de graisses qui se forme sous la peau dans certaines zones du corps. En grossissant, ces amas graisseux finissent parfois par déformer le derme, lui donnant ce fameux aspect peau d’orange. 

Le saviez-vous ? Les femmes sont bien plus enclines à avoir de la cellulite : 90% d’entre elles contre seulement 2% des hommes ! Cette différence est principalement due aux hormones féminines (œstrogènes) qui stimulent naturellement les graisses afin de préparer le corps à une éventuelle grossesse ou encore en période d’allaitement. 

Cela s’explique également par le fait que les femmes possèdent deux fois plus de cellules graisseuses que les hommes. Aussi appelées cellules adipeuses, elles sont principalement réparties sur le bas du corps (hanches, fesses, cuisses), mais peuvent également s’accumuler (et donc favoriser la cellulite) au niveau du ventre, des bras et des genoux.

Quelles sont les différentes formes de cellulite ? 

  • La cellulite adipeuse est causée par un excès de stockage (souvent lié à un déséquilibre entre la quantité de graisse ingérée et la quantité de graisse dépensée), qui entraîne le gonflement des cellules graisseuses, perturbant ainsi la circulation sanguine et le processus d’élimination des déchets.
  • La cellulite aqueuse est souvent due à de la rétention d’eau liée à une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique, une insuffisance rénale ou encore une hypothyroïdie. En favorisant l’accumulation des déchets et l’inflammation des tissus, cela modifie alors l’apparence de la peau et donne cette sensation de gonflements et de jambes lourdes.
  • La cellulite fibreuse est la plus difficile à faire disparaître. Elle est causée par un dysfonctionnement des fibres collagènes qui se multiplient et se durcissent autour des cellules graisseuses, les emprisonnant. C’est pourquoi il est très difficile de la déloger. Dure à la palpation, elle peut être douloureuse et donner à la peau une couleur violacée. 

Si elle peut être héréditaire, son apparition est également liée à de la sédentarité, un manque d’activité physique, une alimentation déséquilibrée ou parfois à un bouleversement hormonal.

Les causes étant bien souvent liées, certaines personnes peuvent avoir plusieurs formes de cellulite. Le mélange de cellulite aqueuse et adipeuse est d’ailleurs le plus fréquent chez les femmes.

Comment s’en débarrasser ?

Déloger la cellulite n’est pas chose facile, surtout si elle s’est installée depuis longtemps ! Pour réussir à la diminuer, il faut tout d’abord traiter sa cause ou les facteurs aggravants : rétention d’eau, problème de circulation, stockage massif des graisses,… Voici quelques conseils pour y parvenir :

  • Faites du sport ! Les sports d’endurance sont particulièrement conseillés pour brûler et déstocker les graisses. Des sports plus doux comme la natation ou l’aquabiking sont très efficaces pour éliminer la cellulite. Vous pouvez également opter pour la marche rapide, qui favorise la circulation sanguine et limite donc la cellulite aqueuse et adipeuse.
  • Surveillez votre alimentation ! Évitez les aliments trop gras et trop sucrés, qui favorisent l’accumulation des graisses, ainsi que le sel qui contribue à la rétention d’eau. Privilégiez plutôt une alimentation variée et équilibrée, alliant des aliments et des plantes qui stimulent la circulation sanguine (comme l’ail, la vigne rouge, le chocolat noir ou les noix).
  • Buvez suffisamment ! L’hydratation favorise le drainage et l’élimination des toxines, limitant la formation de cellulite.
  • Adaptez votre mode de vie ! Évitez les talons hauts et les vêtements trop serrés qui gênent la circulation du sang. Dites également stop à la cigarette qui perturbe la circulation et favorise le vieillissement des cellules.
  • Pensez à l’aromathérapie ! Il existe différentes huiles essentielles qui vous aideront à diminuer la cellulite : l’HE de citron (très concentrée en limonène) favorise la lipolyse (destruction des graisses de l’organisme). Vous pouvez également opter pour l’huile essentielle de cèdre de l’Atlas, qui favorise elle aussi la lipolyse et améliore la circulation sanguine tout en décongestionnant les vaisseaux sanguins.

Si la cellulite n’est pas toujours perçue comme étant esthétique, n’oubliez pas que c’est un phénomène naturel bien souvent inévitable ! Dès lors, même s’il existe des astuces pour la limiter, gardez en tête qu’il sera très difficile de la déloger à 100%. Alors, pourquoi ne pas apprendre à vivre avec ?

L'alimentation équilibrée est indispensable pour limiter l'apparition de cellulite

Sources :

https://bit.ly/3vV5qjB 

https://bit.ly/3ce9Slx

https://bit.ly/3uNE7q1