Fatigue passagère : les causes et les remèdes

La fatigue passagère se caractérise par un sentiment constant d’épuisement, accompagné d’une perte de concentration, d’un manque de motivation, ainsi que du stress, résultant de notre incapacité à aller au bout de nos objectifs à cause de la fatigue. Elle s’accompagne également de maux de tête, et parfois de changements psycho-émotionnels, comme la dépression. Les causes sont variées et intrinsèques aux individus qui en souffrent, cependant certaines variables sont régulièrement mises en cause.

Les carences alimentaires

 

Face à la fatigue passagère, l’alimentation est à la fois une cause et un remède. Les carences alimentaires fatiguent l’organisme, qui répond à cela par une poussée de stress et une fatigue dès le réveil. Certains régimes alimentaires, au delà de leurs raisons éthiques ou pratiques, sont parfois mal ajustés et mènent à des carences. Certaines habitudes alimentaires néfastes peuvent également en être à l’origine.

  • Carence en magnésium

Le magnésium est capital au fonctionnement de l’organisme. Une telle carence provoque une grande fatigue, des troubles émotionnels, du stress, ainsi que des troubles musculaires et des troubles du sommeil. Elle peut être provoquée par une pathologie qui détériore l’absorption du magnésium, ou par des vomissements et diarrhées excessives. Certaines habitudes alimentaires, comme la surconsommation de thé ou de café, nous font perdre du magnésium. La consommation d’alcool est également l’une des grandes causes de cette carence.

  • Carence en vitamines C et D

La vitamine C est également très importante pour le corps humain.     Dans le cas d’une carence prolongée, on peut aboutir à un diagnostic de scorbut, une pathologie propre aux marins plus de trois siècles auparavant. Le manque de vitamine C peut provoquer perte de cheveux, de dents, ainsi qu’une grande fatigue. Les fumeurs et les grands consommateurs d’alcool sont les plus à même de l’avoir.

La vitamine D est également essentielle à notre santé physique et mentale. En hiver, le manque de soleil a tendance à se faire sentir à travers des épisodes de déprime ou sautes d’humeur. Elle provoque également de la fatigue et une faiblesse musculaire.

  • Carence en fer

Le fer est un sel indispensable pour l’organisme de l’être humain. Pourtant, de nombreuses personnes en souffrent suite à des pertes de sang importantes ou à un régime alimentaire sans viande n’impliquant pas de substitut équivalent. La carence en fer provoque ainsi fatigue, pâleur et étourdissements.

 

→ L’alimentation, le meilleur remède 

Lorsque les carences sont légères et peu avancées, il est possible d’y remédier en mangeant les bons aliments. Pour les carences en fer, manger de la viande, du poisson ou des légumes contenant du fer. Pour les carences en vitamines C et D, manger davantage d’oranges, de citron, de kiwi par exemple, et prendre le plus souvent possible le soleil ! Pour les carences en magnésium : boire de l’eau, manger des graines, et consommer des légumes et fruits à fibres !

Limiter également la consommation d’alcool, même en été, et prohiber la surconsommation de thé et de café, tout particulièrement près des repas.

Les troubles du sommeil 

La base même de la fatigue passagère réside dans l’état de notre sommeil. Les carences alimentaires peuvent elles-mêmes être à l’origine des troubles du sommeil qui perturbent nos nuits. La surconsommation de café, de thé, le stress du travail et le stress causé par la fatigue conduisent notre organisme à rester actif et éveillé lorsque les lumières sont éteintes. Comment gérer ces insomnies qui épuisent ?

 

  • Éviter de dormir

Si vous souffrez d’insomnies, la meilleure solution est d’abord d’éviter de dormir durant la journée, au risque de nourrir votre trouble du sommeil. Dormir en journée ne fera que décaler votre cycle de sommeil plus encore.

  • Se relaxer avant de dormir

Laisser venir le sommeil à soi est presque un art lorsque l’on souffre d’insomnies. Se relaxer demande de l’exercice et de la concentration. La respiration ventrale, par exemple, est un excellent exercice. Boire une tisane à la camomille permet d’apaiser l’organisme, tout comme la lecture. À contrario, l’usage des téléphones, ordinateurs ou même la télévision stimulent le cerveau sur une longue durée, et trouble l’arrivée du sommeil.

  • Alimentation

Le dîner est un repas qui doit être assez consistant pour éviter de se coucher le ventre vide, et suffisamment léger pour ne pas induire une insomnie.

  • Sport

Dites oui au sport ! Une activité physique est bénéfique à la santé, elle permet d’épuiser le corps et de mieux dormir, mais attention à l’horaire : il faut éviter le sport après 18h, car l’effet sera alors inversé, et contribuera à encourager les insomnies.

 

La fatigue passagère a différentes variables, il est possible de s’en débarrasser en ayant une hygiène de vie saine et complète. Si vous suivez un régime alimentaire particulier, végétarien, végétalien ou sans gluten, faites bien attention à substituer les apports de base par d’autres aliments allant de pair avec votre régime. Cependant, la fatigue passagère peut également être le symptôme d’une pathologie plus grave, ou peut survenir à cause d’une pathologie chronique. Les solutions proposées fonctionnent sur certains individus, mais ne sont pas garanties pour tous. Pour cela, consultez un médecin, ou demandez conseil à un pharmacien.

Sources :

Dormir : quand le sommeil est en jeu !

SommeilLe sommeil n’est pas simplement de l’ordre du bien-être. Etroitement lié aux modes de vie, il a un impact très important sur le quotidien. Pourtant, les bonnes pratiques, les mauvaises habitudes, les conséquences du bien et du mal dormir restent encore méconnues de la plupart du grand public, comme de nombreux professionnels de santé.

  1. Conséquences d’un mauvais sommeil : Les conséquences d’un mauvais sommeil sont nombreuses : impacts sur les mécanismes d’apprentissage et de mémorisation, sur la régulation de l’humeur et du stress mais aussi de la glycémie…
  2. Traitements pour faciliter le sommeil :
    1. Les traitements médicamenteux (hypnotiques, somnifères, tranquilisant) sont à éviter sur du long terme, demandez conseil à votre médecin. Ne les arrêtez pas de votre propre grès sans avis médical.
    2. Pour faciliter l’endormissement et provoquer un sommeil profond et réparateur de façon plus naturelle , il existe des plantes qui agissent plus spécifiquement. Il s’agit plus particulièrement de l’aubépine, la mélisse, la passiflore, le tilleul, ou la valériane. Vous les trouverez sous différentes formes soient isolément (tisanes, décoctions, poudre en gélule,…) soient en association sous forme de spécialités pharmaceutiques qui permettent un dosage beaucoup plus précis. Demandez conseil à votre pharmacien.
  3. Une étude scientifique sur le sommeil :

Voici quelques éléments concernant l’étude menée par l’INPES (Institut National pour de Prévention et d’Éducation pour la Santé) dans le cadre du Programme d’Actions sur le Sommeil initié par le Ministère de la santé en janvier 2007. Cette étude a été menée auprès d’une population de jeunes adultes (25 à 45 ans). Les jeunes adultes actifs constituent en effet une cible susceptible d’accumuler une dette de sommeil.

  • 12 % déclarent souffrir d’insomnie.
  • 17 % accumuler une dette chronique de sommeil. Ces derniers dorment en effet 5h48 contre 7 heures en moyenne.
  • 45 % des personnes interrogées considèrent ne pas dormir assez.
  • Les raisons incriminées sont nombreuses : le travail (52,5 %), les facteurs psychologiques comme le stress ou l’anxiété (40 %), les enfants (27 %), les loisirs (21 %) et le temps de transport (17 %).

Le nombre d’heures de sommeil nécessaire à un adulte jeune est de six à dix heures de sommeil par nuit.

Les conséquences d’un mauvais sommeil sont nombreuses : impacts sur les mécanismes d’apprentissage et de mémorisation, sur la régulation de l’humeur et du stress mais aussi de la glycémie… Les trois quarts des personnes interrogées ont identifié la dépression (79 %) et les problèmes de mémoire (74 %) comme des conséquences possibles d’un manque régulier de sommeil. Mais moins du tiers savent qu’il peut favoriser la prise de poids et moins de la moitié qu’il peut entraîner de l’hypertension artérielle.

Quelques conseils en pratique:

  • Créer un environnement calme et apaisant,
  • Éviter les activités trop stimulantes avant le coucher (télévision, internet, jeux vidéo)
  • Adopter dans la mesure du possible des horaires réguliers de sommeil, et des ‘rituels’ favorisant l’endormissement,
  • S’abstenir de consommer des excitants après 17h (café, alccol, thé, etc),
  • Éviter un repas trop copieux le soir,

Source : INPES -enquête portant sur les pratiques et représentation du sommeil chez les adultes de 25 à 45 ans.(Échantillon représentatif de 1004 personnes).