Diabète : l’enquête est en cours !

L’étude Entred pour ‘Echantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques’,lancé depuis 2007 et devant se clore en 2010, mobilise actuellement un échantillon de plusieurs milliers de patients diabétiques et leurs médecins.

  • Les objectifs de l’étude :

Les objectifs de l’étude visent à mesurer la qualité de la prise en charge médicale, l’état de santé et la qualité de vie des personnes diabétiques, ainsi qu’à évaluer les besoins en éducation thérapeutique et le coût des soins restant à la charge du patient.

L’impact des améliorations du suivi médical sur l’état de santé et la qualité de vie des personnes diabétiques ne sera connu qu’à la fin des enquêtes par questionnaires.

  • Organismes associés à l’enquête Entred :

Entred associe l’Institut de veille sanitaire (InVS), la Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAMTS), le Régime social des indépendants (RSI), la Haute autorité de santé (HAS), l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’Association française des diabétiques (AFD).

Sources : www.invs.sante.fr/entred

Addiction au tabac :’patchez’ vous !

Chaque cigarette fait perdre 11 minutes de vie! A l’inverse, à un an d’abstinence, le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié; à cinq ans, c’est le risque de cancer du poumon qui est divisé par deux.

La cigarette peut être à l’origine de troubles du sommeil (endormissement tardif, éveils nocturnes et/ou sommeil moins réparateur). En effet la nicotine à forte dose intervient de façon négative sur les cycles et la qualité du sommeil. De même, les troubles du sommeil font partie des symptômes de sevrage: ils sont retrouvés chez les fumeurs dépendants qui tentent d’arrêter seuls, sans aide pharmacologique, ou qui sont insuffisamment dosés au départ (formes orales de nicotine utilisées en nombre insuffisant et/ou patch(s) insuffisamment dosé(s)); les rechutes précoces en sont souvent la rançon.Une fois écartées les autres raisons d’insomnie, dépression par exemple (parfois induite ou majorée à l’arrêt du tabac), on s’attaque à cette «dysrégulation» de l’éveil liée au sevrage. Avec un dosage adapté (patch(s) et/ou formes orales) pour éviter le manque, le sommeil est souvent d’emblé facilité et de meilleure qualité. Par ailleurs, si certains fumeurs supportent une diffusion de nicotine en continu, d’autres doivent ôter leur(s) patch(s) au coucher pour échapper à un sommeil haché et parfois semé de cauchemards.

Patchs et formes orales, respectivement formes passive et active de délivrance de nicotine, sont en tout cas le traitement de première intention, pour que le fumeur soit le plus à même d’éprouver ses stratégies de résistance, de prendre la mesure de son tabagisme.

Pas de café après 16 heures (la cigarette anihile ses effets, le sevrage lui rend ses «qualités» stimulantes).

Sources :enquête Ifop – Pfizerwww.tabac- info-service.fr

Choisir son médecin traitant

  • Pourquoi faut-il choisir un médecin traitant ?

Il n’y a pas d’obligation d’avoir un médecin traitant déclaré. Chacun est libre. Simplement, depuis le 1er janvier 2006, les actes médicaux sont moins bien remboursés si vous avez déclaré un médecin traitant.

  • Qui doit être le médecin traitant ?

Le médecin traitant est celui qui vous soigne habituellement et qui vous connaît le mieux. Si nécessaire, il propose des examens complémentaires, aide à vous orienter vers un médecin spécialiste et coordonne votre suivi médical : résultats d’examens, diagnostics, traitements…

Tout médecin généraliste, ou éventuellement spécialiste, peut devenir votre médecin traitant dans la mesure où il accepte d’assumer cette mission. Il peut exercer en cabinet, à l’hôpital ou dans un centre de santé.Par contre attention, si votre cardiologue figure comme médecin traitant et que vous ayez un rhume, vous aurez du mal à justifier un rendez vous auprès de lui !

  • Comment déclarer votre médecin traitant ?

Il vous suffit ensuite de retourner à votre caisse d’assurance maladie, le formulaire ‘déclaration de choix du médecin traitant’ complété par vous et le médecin traitant choisi.

  • Qui doit déclarer son médecin traitant ?

Chaque personne de 16 ans et plus fait son propre choix et déclare son médecin traitant. Pour les jeunes de 16 et 17 ans, le formulaire est signé par les parents ou l’autorité parentale. Le médecin traitant est personnel : chaque membre de la famille peut choisir son médecin traitant.

  • Peut on changer de médecin traitant ?

Lorsque vous souhaitez changer de médecin traitant, vous devez remplir une nouvelle déclaration avec le nouveau médecin choisi. Cette déclaration sera ensuite envoyé à la caisse primaire d’assurance maladie où vous êtes enregistré pour vos cotisations et vos remboursements.

  • Peut on voir un autre médecin que le médecin traitant?

Vous êtes atteint d’une affection de longue durée ou vous devez consulter pour le suivi de votre grossesse, ou de votre myopie ? Certaines situations vous permettent d’aller consulter directement le médecin généraliste ou spécialiste de votre choix, sans passer par votre médecin traitant et en gardant votre taux habituel de remboursement. Consultez ces conditions auprès de votre caisse d’assurance maladie.