Comment rester en forme cet hiver ?

Comment rester en forme cet hiver ?

Rhume, bronchite, grippe, gastro-entérite,… quand l’hiver arrive, il emmène souvent avec lui son lot de maladies. Si vous souhaitez faire face au froid et éviter les virus hivernaux, cet article va vous y aider ! À cette période de l’année, le système immunitaire s’affaiblit et a besoin d’être renforcé. Voici quelques habitudes simples à mettre en place dans votre vie quotidienne pour  affronter l’hiver sans aucune appréhension ! 

Booster vos  défenses immunitaires

Connaissez-vous les super-aliments ? Ce sont des aliments ayant des valeurs nutritionnelles exceptionnelles et qui sont très bons pour votre corps. Idéalement consommés à la fin de l’été et au début de l’hiver, ils  vous aideront à avoir des défenses immunitaires solides : 

La gelée royale et le miel

Grâce aux protéines, aux oligo-éléments et aux vitamines qu’elle contient, la gelée royale permet de fortifier l’organisme et d’agir contre le stress.  Se prenant sous forme de cure de 4 à 6 semaines, elle se trouve aisément en pharmacie : n’hésitez pas à vous renseigner ! 

Le miel a lui aussi des vertus intéressantes, car il contribue au bon maintien de la flore intestinale et est également très riche en flavonoïdes, qui renforcent les défenses immunitaires. 

Les agrumes

Riches  en antioxydants, flavonoïdes et vitamine C, ils permettent de renforcer les défenses immunitaires et de faciliter l’assimilation du fer. L’idéal est de les consommer crus pour profiter au mieux de tous leurs bienfaits. Peu caloriques, vous pouvez les manger sans modération. 

Le magnésium

Le magnésium est surement l’un des minéraux les plus importants et indispensables à notre organisme. Excellent pour lutter contre les baisses de tonus et le stress, il joue un rôle important dans la transmission nerveuse, la relaxation des muscles et la formation des os et des dents. Mieux vaut donc éviter les carences ! 

Le magnésium est très présent dans les fruits de mer, les céréales complètes, les oléagineux (amandes, noisettes, cacao…), certains fruits et légumes (bananes, kiwis, épinards, haricots,…) et même le chocolat ! Vous pouvez également faire des cures de magnésium sous forme de suppléments : ampoules, comprimés, gélules, granulés ou encore tablettes.

Le ginseng 

Cette plante médicinale asiatique incontournable vous donnera un bon coup de fouet ! Elle stimule le système immunitaire et améliore les capacités de concentration en énergisant le corps. Le ginseng se consomme par cure de 1 mois, en gélule ou en décoction, de préférence le matin pour éviter les troubles du sommeil. Les gélules doivent contenir au moins 10% de ginseng pour qu’elles soient efficaces.

L’ail

Bien qu’elle ne soit pas au goût de tout le monde, cette plante possède des bienfaits indispensables pour notre corps en hiver. Antiseptique, anti-inflammatoire, anticholestérol, antioxydant, antiallergique,… l’ail est souvent utilisé pour renforcer le système immunitaire et peut être sollicité pour lutter contre certains virus hivernaux tels que les bronchites, les grippes, les rhumes, etc.  

Des petits gestes simples au quotidien

Si les super-aliments sont très efficaces pour renforcer nos défenses immunitaires, il ne faut cependant pas négliger l’hygiène de vie quotidienne. En hiver, il est important d’adopter de bonnes habitudes pour assainir au mieux votre espace de vie et faire du bien à votre corps et votre esprit.

La luminothérapie

Les journées étant plus courtes en hiver, nous profitons moins de la lumière du jour, ce qui peut avoir un impact sur le moral. Pour pallier ce manque, certains professionnels de la santé conseillent des séances de luminothérapie. 

Cette méthode consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière blanche artificielle qui imite celle du soleil. La luminothérapie permet donc de réguler la production de mélatonine (l’hormone du sommeil) et de sérotonine (l’hormone du bonheur). C’est pourquoi elle est recommandée pour les personnes souffrant de dépression saisonnière. 

Les huiles essentielles (HE)

Les HE sont des solutions naturelles pour rester en bonne santé. Diffusées un peu chaque jour, elles pourront vous aider à éviter de tomber malade durant l’hiver (à condition de savoir les choisir). Par exemple, pour lutter contre les infections respiratoires, l’HE d’eucalyptus est excellente ! Il existe également des mélanges d’HE à diffuser pour assainir l’air de votre maison ou tonifier votre organisme. N’hésitez pas à consulter votre médecin et/ou votre pharmacien afin qu’il vous conseille ! 

Optez pour un espace de vie sain

  • Pensez à aérer régulièrement : que ce soit votre maison et surtout votre chambre, il est important de penser à renouveler l’air de la pièce afin de ne pas laisser les microbes stagner et ainsi lutter contre d’éventuels maux de tête et certaines maladies ORL.
  • Ne chauffez pas trop votre chambre : s’il est tentant de monter le chauffage en hiver, il est pourtant conseillé de ne pas dépasser les 19°C, afin d’éviter que le taux d’humidité baisse et que vos voies respiratoires s’assèchent. 
  • Humidifiez l’air de votre lieu de vie pour éviter les maux de gorge le matin. Des solutions simples existent, comme utiliser un humidificateur d’air, aérer sa maison ou encore ouvrir la porte de sa salle de bain. 

Lavez-vous les mains 

Se laver les mains avec de l’eau et du savon régulièrement permettrait de diminuer jusqu’à 30% le risque d’infection respiratoire ou digestive. En cas de déplacement, utilisez des solutions hydro-alcooliques, qui sont facilement transportables. Attention, elles ne remplacent pas un lavage à l’eau savonneuse, car ces solutions désinfectent mais n’enlèvent pas la saleté. 

Lavez-vous le nez quotidiennement

Que ce soit à l’eau de mer ou avec du sérum physiologique, se laver le nez permet de prévenir les infections rhino-pharyngées et améliore le bien-être respiratoire (surtout dans les grandes villes où la pollution est très présente). 

Faites 30 minutes d’exercice par jour

Cela permet d’évacuer le stress et la fatigue qui affaiblissent nos défenses immunitaires. L’exercice quotidien peut simplement se traduire par de la marche dynamique en allant/rentrant du travail. De plus, cela vous permettra de sortir et de prendre un bon bol d’air frais ! 

Conclusion

Avec tous ces conseils, vous êtes prêt pour affronter l’hiver ! Si vous n’aimez pas cette saison à cause des courtes journées et des basses températures, essayez de voir le positif : c’est aussi une période chaleureuse avec les fêtes de fin d’année, les décorations, les repas en famille, la lecture au coin du feu, etc.

Cherchez toutes ces petites choses simples qui vous rendent heureux et qui vous aideront à passer cette saison en tout sérénité. Vous verrez, cela jouera sur votre humeur, votre moral et votre bien-être général. Résultat, vous passerez un hiver au top de votre forme physique et mentale ! 

Bien préparer l'arrivée de l'hiver

SOURCES:

  1. http://bit.ly/2POvpFt 
  2. http://bit.ly/2PKxpPa 
  3. http://bit.ly/2PolPu8 
  4. http://bit.ly/2Emn7zt

Fêtes de fin d’année : comment gérer les excès ?

Fêtes de fin d'année : comment gérer les excès ?

Ça y est, les fêtes de fin d’année sont enfin arrivées… Entre Noël et le Nouvel An, les occasions sont nombreuses pour partager des moments privilégiés en famille et avec vos amis. Fini de culpabiliser ! C’est le moment de l’année qui est fait pour lâcher prise et vous faire plaisir : vous l’avez bien mérité, non ?   

Bien entendu, ces fêtes sont également synonymes d’excès en tout genre. Entre le stress des préparatifs, les petits fours, le saumon, le foie gras, l’alcool, la bûche, etc. notre organisme est mis à rude épreuve. Nous vous donnons quelques conseils pour vous aider à gérer les excès des fêtes, afin de commencer l’année d’un bon pied ! 

Avant le repas 

Évitez de le stress  

Des fêtes de fin d’année réussies sont des fêtes passées dans la bonne humeur et la détente. Ne vous mettez pas la pression avec l’organisation et la préparation du repas. Demandez à votre famille ou à vos amis de vous aider, c’est toujours plus agréable que de le faire tout seul et cela allègera votre charge de travail. Le stress ne favorisant pas la digestion, mieux vaut commencer votre soirée l’esprit serein ! 

Mangez des légumes

Le meilleur conseil à appliquer avant les fêtes est de manger sainement avant le grand repas. Les légumes riches en eau tels que les poireaux, les courgettes ou encore le fenouil sont très conseillés, car ils ont un effet drainant et facilitent ainsi le transit intestinal. L’idéal est de les consommer cuits à la vapeur pour maximiser leurs bénéfices.

Évitez la consommation d’alcool

Si vous prévoyez de consommer de l’alcool lors des fêtes, il est préférable de boire beaucoup d’eau, de thé ou d’infusion avant le jour J pour faciliter le drainage de l’organisme et le préparer à assimiler beaucoup de calories. 

Pendant le repas 

Pour éviter les ballonnements, les maux de tête et de mauvaises nuits après les fêtes, voici quelques conseils à appliquer lors du repas :

  • Mangez doucement et prenez le temps de mastiquer. 
  • Consommez des crudités, celles-ci facilitent la digestion. 
  • Si vous buvez de l’alcool, pensez à alterner avec un verre d’eau assez régulièrement. 
  • Ne vous gavez pas. Si vous n’avez plus faim, ne vous forcez pas à en reprendre par gourmandise. 
  • Ne salez pas trop votre repas et limitez les graisses.   

Attention aux fausses bonnes idées ! Les digestifs sont déconseillés. Contrairement à ce qu’ils indiquent, ils ne favorisent pas la digestion mais peuvent, au contraire, la rendre plus difficile. 

Après le repas 

Buvez beaucoup d’eau 

Si vous avez un peu forcé sur l’alcool, ou encore mangé trop gras et trop sucré, un seul mot d’ordre pour s’en remettre : l’hydratation ! Même si vous ne ressentez pas la soif, il est important de boire beaucoup d’eau afin de reconstituer vos réserves hydriques. Vous pouvez également consommer des aliments riches en eau tels que les soupes, les bouillons, le thé, les fruits ou encore les légumes frais. 

Reprenez une activité sportive régulière 

Et oui, il n’y a pas de secret ! Pour vous sentir mieux après les fêtes, il est important de vous dépenser et de transpirer afin de faire du bien à votre corps et d’éliminer toutes les toxines. Allez courir (en y allant progressivement pour éviter les blessures) ou simplement marcher, cela vous fera le plus grand bien ! 

Faites une détox 

Afin de vous libérer des excès mal tolérés par votre organisme lors des fêtes, quoi de mieux qu’une bonne détox ? Pour cela, choisissez de préférence des aliments riches en vitamines et en fibres. Cependant, attention aux risques d’affaiblissement ! Vous devez rester vigilants et continuer à fournir à votre corps ce dont il a besoin pour garder de la force et de l’énergie (comme les protéines par exemple). 

Il n’y a pas de durée prédéfinie pour faire une détox. Cependant, il n’est pas nécessaire de la faire perdurer trop longtemps, le but étant simplement de vous libérer des toxines et des déchets accumulés dans un laps de temps relativement court. 

Ne pas sauter de repas ! 

Même si vous considérez avoir un peu trop forcé sur la nourriture et l’alcool durant les fêtes, ce n’est pas une raison pour sauter des repas le lendemain ! En faisant cela, votre corps aura tendance à stocker ce qu’il aura ingurgité pour compenser. Mieux vaut donc manger (même en petites quantités), mais avec des plats adéquats. 

Conclusion 

Vous l’aurez compris, il existe diverses solutions pour vous aider à gérer les excès des fêtes de fin d’année. Ne culpabilisez pas ! N’oubliez pas que c’est le moment de l’année où vous pouvez vous détendre, vous faire plaisir et passer un bon moment avec votre famille et vos amis.  Alors, profitez-en et passez de bonnes fêtes de fin d’année ! 

Fêtes de fin d'année : comment gérer les excès ?

Sources:

  1. http://bit.ly/2OQnGYf
  2. http://bit.ly/353GIjq
  3. http://bit.ly/33TQljs
  4. http://bit.ly/33Qe583

Fatigue passagère : les causes et les remèdes

La fatigue passagère se caractérise par un sentiment constant d’épuisement, accompagné d’une perte de concentration, d’un manque de motivation, ainsi que du stress, résultant de notre incapacité à aller au bout de nos objectifs à cause de la fatigue. Elle s’accompagne également de maux de tête, et parfois de changements psycho-émotionnels, comme la dépression. Les causes sont variées et intrinsèques aux individus qui en souffrent, cependant certaines variables sont régulièrement mises en cause.

Les carences alimentaires

 

Face à la fatigue passagère, l’alimentation est à la fois une cause et un remède. Les carences alimentaires fatiguent l’organisme, qui répond à cela par une poussée de stress et une fatigue dès le réveil. Certains régimes alimentaires, au delà de leurs raisons éthiques ou pratiques, sont parfois mal ajustés et mènent à des carences. Certaines habitudes alimentaires néfastes peuvent également en être à l’origine.

  • Carence en magnésium

Le magnésium est capital au fonctionnement de l’organisme. Une telle carence provoque une grande fatigue, des troubles émotionnels, du stress, ainsi que des troubles musculaires et des troubles du sommeil. Elle peut être provoquée par une pathologie qui détériore l’absorption du magnésium, ou par des vomissements et diarrhées excessives. Certaines habitudes alimentaires, comme la surconsommation de thé ou de café, nous font perdre du magnésium. La consommation d’alcool est également l’une des grandes causes de cette carence.

  • Carence en vitamines C et D

La vitamine C est également très importante pour le corps humain.     Dans le cas d’une carence prolongée, on peut aboutir à un diagnostic de scorbut, une pathologie propre aux marins plus de trois siècles auparavant. Le manque de vitamine C peut provoquer perte de cheveux, de dents, ainsi qu’une grande fatigue. Les fumeurs et les grands consommateurs d’alcool sont les plus à même de l’avoir.

La vitamine D est également essentielle à notre santé physique et mentale. En hiver, le manque de soleil a tendance à se faire sentir à travers des épisodes de déprime ou sautes d’humeur. Elle provoque également de la fatigue et une faiblesse musculaire.

  • Carence en fer

Le fer est un sel indispensable pour l’organisme de l’être humain. Pourtant, de nombreuses personnes en souffrent suite à des pertes de sang importantes ou à un régime alimentaire sans viande n’impliquant pas de substitut équivalent. La carence en fer provoque ainsi fatigue, pâleur et étourdissements.

 

→ L’alimentation, le meilleur remède 

Lorsque les carences sont légères et peu avancées, il est possible d’y remédier en mangeant les bons aliments. Pour les carences en fer, manger de la viande, du poisson ou des légumes contenant du fer. Pour les carences en vitamines C et D, manger davantage d’oranges, de citron, de kiwi par exemple, et prendre le plus souvent possible le soleil ! Pour les carences en magnésium : boire de l’eau, manger des graines, et consommer des légumes et fruits à fibres !

Limiter également la consommation d’alcool, même en été, et prohiber la surconsommation de thé et de café, tout particulièrement près des repas.

Les troubles du sommeil 

La base même de la fatigue passagère réside dans l’état de notre sommeil. Les carences alimentaires peuvent elles-mêmes être à l’origine des troubles du sommeil qui perturbent nos nuits. La surconsommation de café, de thé, le stress du travail et le stress causé par la fatigue conduisent notre organisme à rester actif et éveillé lorsque les lumières sont éteintes. Comment gérer ces insomnies qui épuisent ?

 

  • Éviter de dormir

Si vous souffrez d’insomnies, la meilleure solution est d’abord d’éviter de dormir durant la journée, au risque de nourrir votre trouble du sommeil. Dormir en journée ne fera que décaler votre cycle de sommeil plus encore.

  • Se relaxer avant de dormir

Laisser venir le sommeil à soi est presque un art lorsque l’on souffre d’insomnies. Se relaxer demande de l’exercice et de la concentration. La respiration ventrale, par exemple, est un excellent exercice. Boire une tisane à la camomille permet d’apaiser l’organisme, tout comme la lecture. À contrario, l’usage des téléphones, ordinateurs ou même la télévision stimulent le cerveau sur une longue durée, et trouble l’arrivée du sommeil.

  • Alimentation

Le dîner est un repas qui doit être assez consistant pour éviter de se coucher le ventre vide, et suffisamment léger pour ne pas induire une insomnie.

  • Sport

Dites oui au sport ! Une activité physique est bénéfique à la santé, elle permet d’épuiser le corps et de mieux dormir, mais attention à l’horaire : il faut éviter le sport après 18h, car l’effet sera alors inversé, et contribuera à encourager les insomnies.

 

La fatigue passagère a différentes variables, il est possible de s’en débarrasser en ayant une hygiène de vie saine et complète. Si vous suivez un régime alimentaire particulier, végétarien, végétalien ou sans gluten, faites bien attention à substituer les apports de base par d’autres aliments allant de pair avec votre régime. Cependant, la fatigue passagère peut également être le symptôme d’une pathologie plus grave, ou peut survenir à cause d’une pathologie chronique. Les solutions proposées fonctionnent sur certains individus, mais ne sont pas garanties pour tous. Pour cela, consultez un médecin, ou demandez conseil à un pharmacien.

Sources :

Tout savoir sur les compléments alimentaires

Il existe de nombreux compléments alimentaires sur le commerce, en pharmacie ou parapharmacie notamment. Les effets présentés sont également nombreux et variés, ils touchent plusieurs domaines : fatigue, stress, aide minceur, troubles digestifs, jambes lourdes, préparation au bronzage… Que sont les compléments alimentaires ? Comment bien les utiliser ?

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire ?

Les compléments alimentaires sont définis par l’article 2 du décret n°2006-352 comme étant “ les denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de doses”

Les composants des compléments alimentaires peuvent être :

  • Des vitamines :

Les vitamines sont essentielles à notre métabolisme et ainsi au bon fonctionnement de notre corps. Certaines vitamines ont des effets scientifiquement prouvés. Par exemple la vitamine D a un rôle prouvé dans le développement osseux. La vitamine B9 (aussi appelée acide folique) est efficace dans la prévention de la spina bifida (une malformation congénitale affectant le système nerveux primitif de l’embryon). Une supplémentation en vitamine B9 peut être recommandée avant et pendant le premier trimestre de la grossesse. Les vitamines que l’on peut retrouver dans les compléments alimentaires sont les vitamines A, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, D, E et K.

  • Des minéraux:

Les minéraux sont également souvent retrouvés dans les compléments alimentaires Calcium, Fer, Magnésium, Zinc… la liste des minéraux que l’on peut retrouver est longue. Les minéraux participent au bon fonctionnement de l’organisme et leur apport par l’alimentation est essentiel.

  • Des plantes:

Les plantes font partie des ingrédients les plus retrouvés dans la composition des compléments alimentaires. On retrouve des plantes à usage traditionnel utilisées pour leurs diverses propriétés. Il existe une liste répertoriant les 148 plantes dont la vente libre est autorisée.

  • D’autres ingrédients:

Il peut s’agir d’acides aminés (molécules constituants les protéines), de protéines, d’enzymes, d’hormones, d’acides gras ou d’ingrédients d’origine animale comme la gelée royale par exemple.

Le bon usage des compléments alimentaires

Afin de ne pas mettre sa santé en danger, l’usage de compléments alimentaires doit s’accompagner d’un respect de quelques règles et précautions d’emploi :

Tout d’abord il est préférable d’avoir une alimentation saine et équilibrée. C’est le meilleur moyen d’apporter au corps tous les nutriments dont il a besoin. Néanmoins, il est parfois difficile de maintenir un bon équilibre alimentaire et il existe des situations ou des populations pour lesquels l’usage de compléments alimentaires est envisagé:

  • Les femmes enceintes peuvent se voir prescrire du calcium, du fer ou de la vitamine B9
  • Des adolescentes peuvent se voir apporter une supplémentation de calcium ou de fer. Les pertes de sang lors des règles abondantes peuvent nécessiter une supplémentation en fer.
  • Pour les personnes suivant un régime végétalien, il est raisonnable d’envisager une supplémentation en vitamine B12 et en fer (ces derniers étant majoritairement apporté par les aliments d’origine animale)
  • Les personnes présentant une inflammation chronique de l’intestin peuvent se voir prescrire des compléments poly-vitaminés et riche en minéraux afin de compenser la plus faible capacité d’absorption de leur intestin.
  • Les personnes susceptibles de souffrir d’ostéoporose peuvent se voir prescrire du calcium et de la vitamine D

Le premier objectif des compléments alimentaires est de palier à un déficit sur le plan nutritionnel. Des compléments alimentaires visent à soulager certains maux tels que la fatigue, le stress, ou les troubles digestifs par exemple.

Dans tous les cas il est préférable de demander l’avis d’un pharmacien ou d’un médecin. Cet avis est même essentiel si vous avez un traitement médicamenteux, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Rappelons que les compléments alimentaires ne peuvent se substituer à une alimentation équilibrée. Cette dernière est recommandée par les professionnels de santé et constitue une manière efficace de préserver sa santé.

shutterstock_181127492

Sources :

 

Le concombre blanchi, le soja doit se mettre au vert

Cette bactérie est-elle vraiment dangereuse ?

La plupart des bactéries E. coli sont inoffensives mais il existe un groupe capable de sécréter des toxines, de type Shigella ou vérotoxines, qui peuvent léser les cellules sanguines et les reins.Ces bactéries entraînent des diarrhées banales ou sanglantes avec des douleurs abdominales. Elles peuvent conduire également à un syndrome potentiellement mortel que l’on appelle le syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Ce syndrome se manifeste par une atteinte rénale, une anémie hémolytique (destruction des globules rouges) et d’une thrombopénie (baisse des plaquettes). Au niveau clinique, les patients vont présenter des urines foncées en plus des diarrhées. La principale complication est l’insuffisance rénale aiguë qui peut conduire à une greffe rénale ou à des dialyses à vie.

Comment risque-t-on d’être contaminé ?

Il faut savoir que le réservoir de la bactérie E. coli est le tube digestif des ruminants. Les bactéries sont éliminées par les excréments et sont ainsi libérées dans l’environnement. La contamination à l’homme peut donc se faire :

  • soit par contact direct avec des animaux contaminés ou avec leurs excréments
  • soit par ingestion d’aliments contaminés ou souillés : viandes mal cuites, salades, légumes
  • soit par contact avec une personne contaminées : due à une mauvaise hygiène des mains par exemple.

Qui doit-on incriminer ?

Suite à l’apparition de nombreux cas de contamination par E. coli, la course a été lancée pour découvrir le vecteur de transmission de la bactérie. Les soupçons se sont très vite portés sur les végétaux et notamment sur des concombres bios importés d’Espagne. Les autorités sanitaires allemandes ont donc fortement déconseillé la consommation de ces concombres ainsi que de salades et de tomates, par mesure de prévention.

Par la suite, les résultats des tests ont éloignés cette piste et les soupçons se sont dirigés vers des germes de soja (appellation donnée à des pousses de haricots Mungo), issues d’une entreprise de Basse-Saxe en Allemagne. Ces germes de soja hébergeraient donc la bactérie E. coli tant redoutée. Aujourd’hui la recommandation de ne pas consommer de concombres, salades et tomates a été levée en Allemagne mais est maintenue sur les pousses de soja.pousse soja

Recommandations à l’attention des consommateurs et des patients :

Ce qu’il faut faire pour éviter la contamination :

  • les mesures d’hygiène des mains mais également des ustensiles de cuisine ainsi que des plans de travail doivent être effectuées avant de manipuler des aliments.
  • Les fruits et légumes doivent être lavés avec minutie et pelés si nécessaire.
  • La cuisson à cœur des aliments permet de détruire les bactéries pathogènes.
  • Pour les personnes atteintes de diarrhées, l’hygiène des mains est primordiale afin de limiter la contamination de l’entourage.

En cas de suspicion de contamination et devant toute diarrhée sanglante , il faut consulter son médecin traitant ou se diriger vers un centre hospitalier.

Pourquoi faut-il être vigilant ?

Aujourd’hui, le nombre de décès se porte à 35 en Europe, dont 34 en Allemagne. Mais les autorités allemandes insistent sur le fait que l’on ne peut exclure de nouveaux décès. En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé recense 3 255 cas de malades confirmés ou suspectés dans seize pays. Rappelons que les conséquences rénales sont irréversibles.

Sources

  1. Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’ alimentation, de l’environnement et du travail www.anses.fr
  2. Institut de Veille Sanitaire www.invs.sante.fr
  3. European Food Safety Authority www.efsa.europa.eu/fr
  4. Organisation Mondiale de la Santé www.who.int/fr

Pour plus d’informations :« Cinq clefs pour des aliments plus sûrs » par l’Organisation Mondiale de la Santéhttp://www.who.int/publications/list/9241594632/fr/index.html