Tout sur les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont de plus en plus reconnues pour leurs bienfaits sur notre bien-être et notre santé. Cependant comment les utiliser ? Quelles sont les précautions d’usage ? Nous vous proposons aujourd’hui un état des lieux de cette fameuse pratique.

Origines et propriétés

Les huiles essentielles sont des extraits naturels liquides, concentrés et complexes, de plantes aromatiques.

Elles sont utilisées depuis des millénaires dans plusieurs pays, comme par exemple en Chine, en Inde ou encore en Afrique.

Du citron en passant par la lavande, ou encore l’arbre à thé, les huiles essentielles profitent d’une grande diversité et peuvent se conserver sur plusieurs années si les conditions optimales sont réunies (à l’abri de la chaleur, dans un conteneur bien hermétique…)

À travers l’aromathérapie, les huiles essentielles sont très efficaces pour soigner les petits imprévus du quotidien :

  • Maux de tête
  • Toux
  • Virus (stimule le système immunitaire)
  • Stress
  • Fatigue
  • Et bien d’autres encore.

Utilisations possibles

Dans un premier temps, il est important de garder à l’esprit la notion de dosage : 1 ml d’huile essentielle représente environ 25 gouttes de celle-ci.

Les modes d’utilisations sont variés et dépendent grandement de la nature de l’huile essentielle et de son origine :

  • Utilisation orale (après une dilution obligatoire). Exemple : huile essentielle de citron, de cannelle, de carotte, de lédon…
  • Application cutanée (après dilution dans un support huileux). Exemple : huile essentielle de mandarine, de laurier noble ou encore de calophylle…
  • Ajout dans certains cosmétiques maisons. Exemple : huile essentielle de rose, de camomille, de pamplemousse…
  • Bain aromatique (avec un mélange obligatoire dans un dispersant). Exemple : huile essentielle d’orange, de lavande, de genévrier…
  • Diffusion atmosphérique (grâce à un diffuseur adapté). Exemple : huile essentielle de menthe poivrée, de mandarine, de pin laricio…
  • En cuisine (1-2 gouttes suffisent pour parfumer durablement tous vos plats). Ici, presque toutes les huiles essentielles peuvent être utilisées.

Contre indications et précautions à prendre

Il faut rester prudent lorsque l’on utilise des huiles essentielles. Par exemple, certaines huiles peuvent être appliquées directement sur la peau alors que d’autres peuvent entraîner des brûlures. Il est important de bien se renseigner sur les huiles essentielles en votre possession pour tirer un maximum de leurs bienfaits et éviter tout risque pour votre santé.

Les bons gestes :

  • Toujours respecter les dosages indiqués des différentes huiles essentielles
  • Se laver les mains avant et après chaque utilisation
  • Ne jamais appliquer d’huile essentielle sur les muqueuses (oreilles, yeux, nez…)
  • Avant une utilisation sur un enfant ou une femme enceinte, il est nécessaire de consulter votre pharmacien

Pour une utilisation des huiles essentielles efficace et sereine, demandez conseil à un professionnel de santé.

Sources :

Tout savoir sur la médecine naturelle !

 

Reconnue comme la 3ème médecine traditionnelle par l’OMS, la naturopathie est une médecine avant tout préventive qui vise à maintenir et/ou rétablir la santé en utilisant des moyens naturels. Beaucoup de pratiques en découlent, dont les plus connues sont l’aromathérapie, la phytothérapie et l’homéopathie, et il y en a bien d’autre encore que nous allons vous faire découvrir dans cet article. 

Aromathérapie

C’est un procédé thérapeutique basé sur les essences aromatiques des plantes, soit les huiles essentielles, dans le but d’améliorer le bien-être en général. 

 

Quels sont les bienfaits ?

  • Réduit le stress et l’anxiété
  • Améliore le sommeil et la dépression
  • Réduit l’hypertension, le diabète de type 2, les symptômes de la ménopause
  • Réduit les infections nosocomiales et les infections urinaires
  • Il y a beaucoup d’autres effets positifs, mais ils dépendent de l’HE (Huile Essentielle) utilisée.

 

Comment les utiliser ?

      • Par voie orale : mettre des gouttes sur un support solide (morceau de sucre, mie de pain, miel…) car elles ne se diluent pas dans l’eau.
      • Par voie cutanée : diffuser des HE à travers la peau grâce à une huile de massage, une cire, une crème ou un lait corporel.
      • Par diffusion : diffuser les HE dans l’air grâce à un diffuseur pour qu’elles soient absorbées par les voies respiratoires.

 

Quelles sont les précautions ?

L’aromathérapie n’est pas sans danger car les HE peuvent devenir toxiques si elles sont mal utilisées, et elles sont donc contre-indiquées pour les femmes enceintes ou allaitantes, les jeunes enfants, les personnes souffrant d’épilepsie et de pathologies cancéreuses, sans avis médical.

Voici quelques bons gestes à adopter :

    • Ne vous injectez pas d’HE
    • Ne les appliquez pas près des yeux (un lavage des mains est obligatoire après utilisation des HE)
    • Ne les utilisez jamais pures (dilution obligatoire)
    • Ne les diffusez pas en continu dans une pièce (certaines HE sont contre-indiquées en diffusion)

Phytothérapie

C’est une médecine naturelle basée sur l’utilisation des plantes et de leurs extraits (utilise l’ensemble des éléments d’une plante contrairement à l’aromathérapie).

Vous pouvez retrouver 4 types de produits :

  • les plantes médicinales en vrac
  • les préparations pharmaceutiques
  • les médicaments à base de plantes fabriqués industriellement
  • les compléments alimentaires

148 plantes médicinales sont autorisées à la vente libre en pharmacie et il y a peu d’effets secondaires quant à leur utilisation.

 

Quels sont les bienfaits ?

  • Très utile en prévention
  • Peu d’effets secondaires
    • Pas d’effet d’accoutumance
    • Action est rapide

 

Quelles sont les précautions ?

Veillez à bien suivre les doses recommandées car les plantes peuvent être nocives, toxiques voire mortelles. Attention également aux interactions avec d’autres plantes, médicaments ou compléments alimentaires, qui peuvent altérer les effets.

Si vous avez des allergies, n’oubliez pas de les mentionner à votre pharmacien avant d’acheter un produit à base de plantes, de façon à éviter toutes réactions.

Homéopathie

C’est une préparation à base de substances naturelles, végétales, animales et minérales, dont le but est de stimuler le processus d’auto-guérison du corps, qui repose sur 3 principes :

  • Le principe de similitude : le semblable guérit le semblable
  • La loi de l’individuation : on soigne l’individu malade et non la maladie
  • Le procédé des hautes dilution : pour dynamiser un remède en boostant ces effets curatifs

L’homéopathie se présente sous différentes formes :

  • Les gouttes
  • Les granules
  • Les comprimés
  • Les teintures-mères
  • Et bien d’autre encore…

Quels sont les bienfaits ?

  • aide à soigner le rhume
  • aide à perdre du poids
  • aide à mieux dormir
  • aide à améliorer beaucoup de maladies et réduire bien d’autres symptômes en général. 

Quelles sont les précautions ?

  • L’homéopathie peut être prescrit, mais en complément seulement et après avoir essayé des traitements plus classiques
  • Respectez les indications de dosage et de fréquence de prise
  • Gardez les gouttes et les granules à l’abri de la chaleur
  • Conservez les granules au sec et à l’obscurité et les teintures-mères au réfrigérateur

Les autres types de médecine naturelle

L’apithérapie : c’est une pratique qui consiste à soigner les maux du quotidien grâce à des produits issus du travail des abeilles : pollen, miel, propolis, gelée royale, cire.

L’oligothérapie : c’est un complément de la médecine officielle, basé sur les oligo-éléments ( iode, fer, cuivre, zinc…).

Les fleurs de Bach : ce sont des extraits liquides de plantes qui ont un effet positif sur des émotions et des humeurs.

Attention, consultez l’avis d’un professionnel de santé avant toute utilisation de médecine naturelle. Ne prenez pas de risque !

Sources :

 

Tout savoir sur le thé

drew-taylor-235558-unsplashBreuvage ancestral né en Asie, le thé a la réputation de posséder de nombreuses vertus pour la santé. Il est aujourd’hui la deuxième boisson la plus consommée au monde, après l’eau. On trouve l’origine de ses bienfaits dans sa composition : polyphénols, théine, acides aminés… Explications des propriétés et précautions derrière cet allié santé tant apprécié.

Thés blancs, verts, noirs… Quelle différence ?

Tous les thés proviennent du même arbre : le théier (Camellia sinensis). La différence de couleurs entre les thés se trouve dans les transformations des feuilles après la cueillette. Le thé noir bénéficie d’une fermentation et d’une oxydation complète des feuilles tandis que le thé vert (légèrement fermenté) et le thé blanc (non fermenté) ne sont pas oxydés. Moins les thés sont transformés, plus ils contiennent d’antioxydants. C’est pourquoi l’on conseille davantage le thé vert, peu transformé et moins rare et moins cher que le thé blanc, pour une teneur en micronutriments comparable.

Le thé, un stimulant : grâce à la caféine ou la théine ?

Il s’agit en réalité de la même molécule ! La teneur en caféine d’un thé varie selon les modalités de récolte mais elle reste globalement inférieure à celle du café. De plus, le thé contient des tanins, des composés retardant l’assimilation de la caféine, et de la théanine, un acide aminé aux effets relaxants.
Le thé permet donc de lutter contre la fatigue et d’augmenter la vigilance, en agissant moins rapidement que la caféine mais plus longtemps !
Il est recommandé d’éviter de boire du thé le soir pour ne pas perturber le sommeil. Préférez les tisanes car elles sont dépourvues de théine.

Puissant antioxydant et allié du système cardiovasculaire

La feuille de thé vert s’avère très riche en polyphénols. Ces molécules sont de puissants antioxydants : elles permettraient de lutter contre les radicaux libres, des composés naturellement produits dans nos cellules, responsables du vieillissement. Elles purifieraient également l’organisme en éliminant les toxines et diminueraient les risques cardiovasculaires.

Prévient la carie dentaire

Grâce à sa composition riche en fluor, le thé réduirait l’accumulation de la plaque dentaire et le risque de caries. Attention cependant à ne pas en abuser car le fluor peut être toxique à des doses trop importantes. Préférez des thés bio en vrac aux thés en sachets à prix réduits, ces derniers contenant généralement plus de fluor.

De nombreuses propriétés sont également étudiées par les scientifiques : le thé pourrait limiter les risques de diabète de type 2 et de maladies inflammatoires, prévenir certains cancers, maladies neurologiques et l’ostéoporose, améliorer le confort articulaire, lutter contre les bactéries et les virus, aider à brûler les graisses… Vous l’aurez compris, le thé n’est pas prêt de disparaître de nos tasses !

Précautions

Malgré ses bienfaits, le thé, comme tout aliment, ne doit être consommé en excès.

  • Les polyphénols contenus dans le thé ont la propriété de se lier au fer (élément provenant de l’alimentation). Cela empêche son absorption dans l’organisme et peut aboutir à une carence en fer. Pour limiter cet effet, il est conseillé de boire le thé en dehors des repas. Chez les personnes susceptibles d’avoir des carences en fer (enfant, grossesse, allaitement, règles abondantes, carence ferriprive…), il est conseillé de se limiter à une tasse par jour. Le rooibos, appelé thé rouge par abus de langage car ce n’est pas du thé, est une excellente alternative. Il ne contient pas de théine mais présente les mêmes vertus que le thé grâce à sa composition riche en antioxydants.
  • En trop grande quantité, les tanins que contient le thé pourraient être responsables de taches brunes sur les dents et contribuer à l’érosion de l’émail.

Consulter son pharmacien

Pour profiter pleinement des bienfaits du thé, votre pharmacien vous conseille de ne pas ajouter de lait ou de sucre, qui pourraient dénaturer les polyphénols.

À la pharmacie, vous trouverez du thé sous la forme qui vous convient : en vrac, en sachet, en gélules… Et pour les amoureux de l’odeur, il existe des gels douche, des eaux florales…

N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien pour de plus amples informations.

L’homéopathie

homéopathie Les tubes de granules et autres doses de globules sont spécifiques de l’homéopathie.
Mais, qu’est-ce que l’homéopathie ? Comment est-ce fabriqué et sous quelles formes ? Quels en sont les usages ?

Qu’est-ce que l’homéopathie ?

Le terme “homéopathie” vient des termes grecs “homios” qui signifie similaire, et “pathos” qui signifie maladie.

C’est l’allemand Samuel Hahnemann qui en est l’inventeur au XIXème siècle.

Il a observé que l’écorce de Quinquina, capable de provoquer une fièvre chez l’homme sain, fait baisser les accès de fièvre du paludisme. À partir de là, et après d’autres recherches il a fondé les théories qui ont donné naissance à l’homéopathie.

Cette dernière se base sur trois grands principes :

  • La loi de similitude qui repose sur l’utilisation de substances produisant des effets semblables aux symptômes de la maladie que l’on souhaite traiter.
  • Le principe des dilutions qui consiste à effectuer des étapes de dilutions successives entre lesquelles on procède à une forte agitation afin d’obtenir des quantités de principes actifs extrêmement faibles. Selon le principe de l’homéopathie, plus la dilution est élevée, plus l’effet du médicament homéopathique est activé.
  • Le principe de la globalité, selon lequel le médicament n’agit pas sur un organe spécifique mais sur l’individu dans son ensemble.

Comment sont fabriqués les médicaments homéopathiques ?

Les substances actives utilisées en homéopathie (appelées remèdes) peuvent être d’origine végétale, minérale ou animale.

Ces remèdes se présentent en général sous forme de dilutions au dixième, notées DH ou au centième, notées CH. Les substances sont mises en solution dans l’alcool ce qui permet d’obtenir une teinture-mère. Cette dernière sera la solution à partir de laquelle on réalisera les dilutions successives.

Par exemple : Arnica montana 9 CH correspond à une teinture-mère d’Arnica montana qui a fait l’objet de 9 dilutions au centième.

Quelles sont les différentes formes de médicaments homéopathiques ?

Il existe deux types de médicaments homéopathiques :

  • Les médicaments à nom commun (médicament à nom de souche) : ils ne possèdent ni indication thérapeutique, ni posologie, ni notice. En effet la cible du médicament étant un individu dans sa globalité, ils peuvent être utilisés pour traiter différentes maladies selon les personnes. De même, une affection particulière peut être traitée avec différents médicaments, d’où l’absence d’indication et de posologie.
  • Les spécialités homéopathiques (médicament à nom de marque) : Il s’agit le plus souvent d’une combinaison de plusieurs médicaments homéopathiques. Ce type de médicament homéopathique présente une notice, une posologie et une indication thérapeutique.

Ils existent sous des formes variées, identiques à celles des médicaments classiques : comprimés, solution, poudre, crème… Cependant les granules et globules sont les formes les plus utilisées et les plus connues. Les globules sont environ dix fois plus petits que les granules et sont contenus dans des doses. Ils peuvent, l’un comme l’autre, être dilué dans un peu d’eau, notamment pour les enfants en bas âge. Il est recommandé de prendre les médicaments homéopathiques à distance des repas dans une bouche vide et propre. Et ce, avant le brossage des dents (pour éviter que le sucre contenu dans ces médicaments n’entraîne la formation de caries).

L’utilisation de l’homéopathie

Les médicaments homéopathiques sont prescrits par des professionnels de santé (médecin généraliste, spécialiste, sage-femme…). Lors de la consultation le prescripteur prendra compte des signes de la maladie mais également des critères individuels tels que vos antécédents médicaux, l’historique de la maladie, votre comportement etc.

Les médicaments homéopathiques sont utilisés dans diverses pathologies courantes. On en retrouve aussi l’usage chez des patients atteints de cancer dans le but de mieux supporter les effets indésirables dus à leur traitement ou à la maladie.

Du fait des fortes dilutions auxquelles les substances sont soumises, ces médicaments ne présentent pas d’effets indésirables, et peuvent être associés à des médicaments classiques. Ils peuvent être utilisés chez l’enfant, les personnes âgées ainsi que les femmes enceintes. Veillez simplement à respecter la prescription, les précautions d’emploi et la notice quand il y en a une.

Notez que les médicaments homéopathiques ne peuvent pas se substituer à une intervention chirurgicale ou à des médicaments indispensables (tels que l’insuline, les antihypertenseurs, les anticoagulants ou les hormones thyroïdiennes par exemple).

 

Sources: