L’hypertension artérielle

La tension artérielle correspond à la pression du sang exercée dans les artères durant la circulation sanguine.

hypertension

Il y a 2 formes de pression artérielle :

  • la pression systolique : elle correspond à la pression sanguine lorsque le coeur se contracte. C’est le chiffre le plus élevé que l’on peut lire sur un tensiomètre.
  • la pression diastolique : elle correspond à la phase de relâchement du coeur. C’est le chiffre le plus bas que l’on peut lire sur un tensiomètre.

Il y a Hypertension Artérielle lorsque la tension systolique (+ haute) est supérieure à 14 et que la tension diastolique (+ basse) est supérieur à 9.

La plupart du temps il n’y a aucun symptôme visible !

Pourquoi faut-il soigner une HTA ?

Une hypertension artérielle non prise en charge abîme la paroi des vaisseaux :

Elle favorise le développement de plaques de cholestérol Les artères s’épaississent et leurs diamètres se réduisent.

L’Hypertension Artérielle « endommage » plus rapidement les organes.

Quelles sont les complications possibles ?

Infarctus du myocarde

Accident Vasculaire cérébral (AVC)

Affection de la rétine…

Comment prendre sa tension arterielle ?

Lisez la notice de votre tensiomètre.

Installez vous confortablement en position assise et patientez 5 minutes avant de prendre la mesure afin d’être totalement reposé.

Suivant l’appareil, placez-le au niveau du poignet ou du bras dénudé.

Effectuez la mesure avec la main à la hauteur du cœur. La mesure peut être réalisée “bras croisés”.

Déclenchez votre tensiomètre.

Restez détendu pendant les mesures successives.

L’auto-mesure tensionnelle est une aide au diagnostic et au suivi de l’HTA.

À quelle fréquence faut-il prendre sa tension artérielle ?

Suivez la Règle des 3  !

  • 3 mesures de la Pression Artérielle le matin
  • 3 mesures de la Pression Artérielle le soir
  • 3 jours de suite

Notez vos valeurs sur un relevé d’auto-mesure

Des appareils d’auto-mesure sont disponibles dans votre pharmacie, demandez conseils à votre pharmacien !

Quelles sont les règles hygiéno-diététiques à respecter ?

Les règles hygénio-diététiques font parties intégrantes de la prise en charge de l’Hypertension Artérielle.

Elles permettent de retarder la prise de médicaments antihypertenseurs.

Elles doivent être mise en œuvre systématiquement chez tous les hypertendus.

Elles consistent à :

  • Réduire le poids corporel
  • Diminuer les apports en sel
  • Avoir une alimentation riche en acides gras insaturés (huile d’olive, produits végétaux, poissons gras) et riche en fruits et légumes
  • Avoir une activité physique régulière
  • Avoir une consommation d’alcool modérée
  • Arrêter le tabac
  • Surveiller le cholestérol et la glycémie
  • Gérer son stress

Quels sont les traitements à suivre  ?

Une bonne observance (suivi du traitement) est indispensable.

Les antihypertenseurs doivent être pris à vie et quotidiennement même si les symptômes ont disparu.

Une gestion inappropriée du traitement peut provoquer :

  • Une inefficacité du traitement
  • Des consultations supplémentaires
  • Une hospitalisation avec de graves complications

Quelles sont les bénéfices ?

Le bon suivi du traitement limite les complications de l’HTA.

Attention à l’automédication! Demandez toujours conseils à votre pharmacien ou votre médecin avant de prendre un autre traitement

Vous êtes l’acteur de votre traitement

Connaissez-vous le rôle de chaque médicament que vous prenez, ses contre-indications, ses éventuels effets indésirables ?

Si ce n’est pas le cas, votre pharmacien pourra vous donner ces informations.

Une forme galénique ne vous convient pas ?

Demandez à votre pharmacien ou votre médecin s’il peut par exemple remplacer vos gélules par des comprimés.

Vous n’arrivez pas à vous y retrouver avec vos différents traitements ?

L’utilisation d’un pilulier peut être une solution ou bien avec l’aide de votre pharmacien, réalisez des fiches avec les horaires détaillées de prises quotidiennes du traitement.

Quizz

J’ai commencé un traitement antihypertenseur, puis-je arrêter les règles hygiéno-diététiques ?

VRAI ou FAUX ?

  • FAUX
  • Les règles hygiéno-diététiques font parties à part entière du traitement contre l’HTA.

Certaines modifications du mode de vie permettent de : Faire baisser les valeurs de la Pression Artérielle Favoriser une diminution des doses et/ou du nombre de médicaments utilisés Permettent d’améliorer le profil de risque cardiovasculaire.

Depuis quelques temps, j’ai la tête qui tourne lorsque je passe de la position assise à la position debout. Je pense que cela est dû à mon traitement contre l’HTA mais je continue quand même de prendre mes médicaments conformément à mon ordonnance.

VRAI ou FAUX ?

  • VRAI
  • Dans tous les cas, parlez en à votre médecin ou pharmacien avant d’interrompre un traitement. Dans ce cas, il s’agit d’hypotension orthostatique probablement liée à la prise de vos médicaments antihypertenseurs. Le médecin pourra modifier la dose ou changer de médicament.

Quels sont les aliments qui contiennent le plus de sel ?

  • une tranche de jambon blanc
  • une rondelle de saucisson
  • 4 tranches de pain
  • une poignée de biscuits apéritifs
  • un bol de soupe
  • une tranche fine de saumon fumé

Tous ces aliments contiennent la même dose de sel = 1g :

À noter : tous les fromages n’ont pas la même teneur en sel
camembert < reblochon < roquefort

Si je ne soigne pas mon hypertension correctement, j’encours le risque d’épuiser plus vite mes organes et d’être victime par exemple d’un infarctus.

VRAI ou FAUX ?

  • VRAI

La non observance d’un traitement antihypertenseur ou le non respect des régles hygiéno-diététiques, endommagent la parois des vaisseaux. Ainsi vous aurez plus de chance d’être victime d’un AVC, d’un infarctus…

Des séances d’Éducation Thérapeutique sont organisées, n’hésitez pas à participer aux divers ateliers. Des associations pour les patients hypertendus existent, contactez-les si vous avez besoins de parler, de rencontrer d’autres personnes atteintes d’HTA…

Pour tout renseignement complémentaire, demandez conseils à votre pharmacien ou votre médecin.

Les Accidents Vasculaires Cérébraux : Ayez le bon réflexe !

Qu’est ce qu’un AVC ?AVC

Un accident vasculaire cérébral, ou communément appelé « attaque », apparaît quand la circulation sanguine, dans ou vers le cerveau, ne se fait plus.

Il existe deux types :

  • soit un vaisseau sanguin se bouche (AVC ischémique), le plus fréquent,
  • soit il y a éclatement d’un vaisseau qui entraîne une poche de sang dans le cerveau (AVC hémorragique).

Le cerveau n’est plus irrigué, il ne reçoit plus de sang qui contient de l’oxygène et des nutriments nécessaires à son bon fonctionnement. Certaines parties du cerveau vont alors être endommagées et parfois de manière irréversible.

Le diagnostic au plus tôt est donc indispensable. Il va permettre une prise en charge plus précoce, éviter les complications et ainsi limiter les séquelles neurologiques.

Quelles sont les causes fréquentes des AVC ?

  • l’hypertension artérielle non connue ou mal contrôlée,
  • l’athérome : c’est une plaque qui va se former le long des parois des vaisseaux et qui risque à force de boucher les vaisseaux,
  • maladie des petites artères,
  • infarctus du myocarde : mort d’une zone plus ou moins étendue du muscle cardiaque (myocarde),
  • valvulopathie : dysfonctionnement des valvules cardiaques.

Quels sont les facteurs de risque ?

  • le diabète,
  • l’obésité, le surpoids,
  • les antécédents familiaux,
  • l’âge,
  • le tabac,

Quels sont les signes qui doivent alerter ?

  • Paralysie : perte brutale de la motricité ou de la force d’un bras, d’une jambe ou de la totalité d’un coté du corps (hémiplégie) ; atteinte du visage (bouche qui tombe).
  • Équilibre : apparition brutale d’une instabilité à la marche.
  • Vision : trouble ou perte de la vision d’un œil ou des deux.
  • Parole : la personne n’arrive plus à s’exprimer, ne parle plus ou alors a des propos incompréhensibles
  • Mal de tête : qui survient brutalement, de forte intensité et sans cause connue

Si un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent brutalement, composez le numéro d’urgence « 15 ».

Aux États Unis, il existe un aide mémoire pour la population appelé « FAST » , qui regroupe les 3 principaux symptômes et qui rappelle l’urgence de la prise en charge :

  • Face : perte de force ou engourdissement du visage
  • Arm : perte de force ou engourdissement au niveau d’un membre supérieur
  • Speech : trouble de la parole
  • Time : pour agir le plus rapidement possible

Le gouvernement français a mis en place un plan d’actions national AVC 2010-2014 afin de développer des actions, à l’échelle national et régional, concernant la prévention, la formation et la prise en charge des AVC en France et pourquoi pas en s’appuyant sur l’aide mémoire américain.

Sources:

  1. Ministère du Travail de l’Emploi et de la Santé www.sante.gouv.fr
  2. Le Quotidien des Pharmaciens www.quotipharm.com

Une course de vitesse : Accident Vasculaire Cérébral ou comment Agir Vite pour le Cerveau !

AVCC’est aujourd’hui la 6ème journée mondiale de l’AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux).L’objectif principal est de sensibiliser le plus grand nombre de personnes à cette grande cause de santé publique en les incitant à composer le numéro d’urgence du SAMU, soit le 15 dès l’apparition des premiers symptômes.

De tristes records en France

Les AVC sont devenus « un véritable problème de santé publique, tant par le nombre de personnes atteintes que par les conséquences médicales, sociales et économiques qui en résultent. a précisé Roselyne Bachelot lors du récent congrès de la Société Française de Neurologie à Paris.

  • 1ère cause de handicap moteur acquis
  • 1ère cause de décès chez les femmes.
  • 3ème cause de mortalité.
  • 150 000 personnes par an sont concernées par un accident vasculaire cérébral.
  • 37 000 personnes concernées ont moins de 65 ans.
  • 30 % d’augmentation du nombre d’AVC de 2000 à 2020 du fait du vieillissement de la population.

Les symptômes évocateurs d’un AVC

La survenue d’un AVC est assez brutale, il est donc important de savoir reconnaître les premiers signes ou symptômes car la prise en charge médicale et thérapeutique doit être réalisée impérativement dans les toutes premières heures suivant l’accident pour diminuer la survenue des séquelles.

Au moindre doute et même s’il y a un retour ‘à la normale’, n’hésitez pas à prendre contact avec un service d’urgence médicale pour une prise en charge sans délai (SAMU,…) qui sera à même de vous orienter et de décider de la prise en charge en urgence. Tout retard dans le traitement peut conduire à des séquelles importants (paralysie) voire au décès.

Les symptômes évocateurs peuvent être associés ou non, ce sont :

  • Des troubles de la vue persistants ou transitoires comme une baisse temporaire de la vision (vision double, vision trouble, sensations d’éblouissement,…)
  • Des troubles de la parole ou du langage. La personne à des difficultés soudaines à s’exprimer, à bouger la langue et à avaler sa salive.
  • Une paralysie ou perte de sensibilité de la totalité d’un côté du corps, ou de la moitié du visage (la bouche est alors asymétrique) ou plus discrètement de la perte de la force d’un bras ou d’une jambe.
  • Des maux de tête violents et intenses, sans qu’aucun signe avant coureur.

La prise en charge en aigu

Orientation par les services d’urgence vers des structures adaptées disposant notamment d’IRM ou de scanner. Actuellement on compte un maillage de prés d’une soixantaine d’unités neurovasculaires (UNV) en France.

Une fois diagnostiquée, le traitement consiste principalement à dissoudre le caillot de sang responsable et présent au niveau cérébral. Pour cela, des médicaments favorisant la thrombolyse sont administrés lors de l’hospitalisation ainsi que des anticoagulants.

N.B.Une fois l’urgence passé, une prise en charge sur du long terme sera également envisagée.

Sources

  • Congrès de la Société française de neurologie à Paris, intervention le 9 octobre de la Ministre de la Santé Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.
  • Conférence de Presse ‘Première journée nationale de l’urgence vasculaire’ 15 novembre 2007 – Le public système
  • HAS – guide affection de longue durée ‘La prise en charge de votre maladie,l’accident vasculaire cérébral’ – Octobre 2007 ((www.has-sante.fr)