Protéger vos yeux des écrans : nos conseils pour y parvenir !

Protégez vos yeux des écrans !

TV, ordinateur, smartphone, tablette… Les écrans ont de nos jours une place prépondérante dans nos espaces de vie professionnels et personnels, tant pour les plus jeunes que pour les plus grands. En effet, cette omniprésence des écrans dans notre quotidien peut s’avérer nocive pour notre santé. Nous nous exposons inconsciemment sans trop savoir s’ils ont une conséquence sur notre vision :  quel est l’impact de la surconsommation des écrans sur la vision ? Comment contrôler cet usage et préserver nos yeux ? Voici les réponses à toutes vos questions !

Les risques des écrans pour la vue

Picotements, troubles de la vision, baisse de la capacité à voir de loin, migraines,… Associés à un risque accru de fatigue et de sécheresse oculaire, les écrans peuvent être source d’inconfort, voire de douleurs aux yeux. La source du problème est, en réalité, la lumière bleue qu’ils émettent. Celle-ci est nuisible à nos yeux, car elle présente une énergie plus forte que les autres couleurs. Elle atteint ainsi la rétine, faisant ainsi baisser la fréquence de clignement des yeux tout en diminuant la quantité de larmes. Cet enchainement de réactions peut aller jusqu’à créer une sécheresse et une fatigue oculaire très handicapantes. Cette sécheresse est avant tout liée au fait que nous avons tendance à ouvrir grand les yeux et à les cligner moins fréquemment face à un écran.

Des gestes simples à adopter

Même s’il est aujourd’hui quasiment impossible d’éviter les écrans, vous pouvez employer des gestes simples pour réduire leur impact sur votre vision. Voici une liste de conseils pour éviter les dommages excessifs aux yeux devant un écran :

  • Faites des pauses régulièrement. Les médecins recommandent la règle du 20/20/20 : faire une pause de 20 secondes toutes les 20 minutes et fixer un point ou quelque chose à 20 mètres de distance. Vous pouvez en profiter pour vous lever et vous dégourdir les jambes !
  • Installez les écrans à une distance correcte située entre 50 et 90 centimètres, idéalement l’écran doit être un peu plus bas que vos yeux ;
  • Évitez de rester dans l’obscurité quand vous regardez un écran ;
  • Prenez en compte la lumière ambiante pour régler le contraste et l’intensité lumineuse des écrans. Le soir, activez la fonction « night shift » ou « filtre de lumière bleue » sur vos écrans pour émettre des couleurs chaudes qui soulageront vos yeux.
  • Si vous êtes régulièrement devant les écrans, pensez à humidifier vos yeux à l’aide de larmes artificielles ;
  • Consultez un spécialiste tous les ans ou tous les deux ans pour faire un contrôle et portez une correction adaptée contenant un filtre pour la lumière bleue si vous ressentez une gêne régulière.

Ces gestes vous permettront de réduire votre exposition à la lumière et d’éviter tout désagrément. En cas de douleurs graves, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé !

Attention à la lumiere bleue des écrans !

Sources :

https://bit.ly/3Rqfzj8

https://bit.ly/3RqzDSi

C’est le retour des moustiques !

Les moustiques font leur retour !

Piqûres qui démangent, bourdonnements incessants dans nos oreilles,… Pandémie ou non, avec les beaux jours qui reviennent, les moustiques font leur grand retour… avec leur lot de désagréments !

Contrairement aux idées reçues, les moustiques ne nous repèrent pas grâce à la lumière ou ne sont pas attirés par le taux de sucre présent dans notre sang. Ce qui les attire, c’est à la fois la quantité de CO2 que nous dégageons, les vêtements que nous portons (ils seraient attirés par les couleurs foncées), ou encore certaines odeurs dégagées par notre corps (qui ne sont pas uniquement liées à la peau, mais également à l’alimentation).

Savez-vous pourquoi les piqûres de moustiques nous grattent autant ? Tout d’abord, il faut savoir que seuls les moustiques femelles piquent. Les protéines contenues dans notre sang constituent pour elles un repas idéal, car le sang récolté permettra de compléter la maturation de leurs œufs. 

Quand elles nous piquent, elles vont venir injecter de la salive qui contient, entre autres, des molécules anticoagulantes. Ces molécules provoquent une libération d’histamine par nos cellules (appelées mastocytes), qui est à l’origine du gonflement, de la rougeur et des démangeaisons. Si la piqûre entraîne généralement une petite inflammation, il est possible qu’elle déclenche une réaction allergique locale : l’inflammation est alors plus étendue, accompagnée de démangeaisons violentes et d’un œdème chaud et douloureux.

S’il est parfois difficile de résister à la tentation de gratter une piqûre de moustique, il est bien entendu déconseillé de le faire, au risque de provoquer des lésions, voire des cicatrices.

Comment lutter contre les piqûres de moustiques ? 

  1. Portez des vêtements amples et couvrants et privilégiez les couleurs claires : moins la peau est exposée, moins vous risquez d’être piqué. De plus, comme expliqué précédemment, les moustiques seraient attirés par les couleurs foncées, donc privilégiez les couleurs claires si vous voulez éviter leurs assauts ! 
  2. Adoptez une bonne hygiène corporelle : attirés par les odeurs de notre corps (sébum, sueur,…), il convient d’avoir une bonne hygiène corporelle pour limiter les risques de piqûre.  
  3. Évitez toutes les sources possibles d’eaux stagnantes, car elles constituent un paradis pour les moustiques femelles pour pondre leurs œufs. Pensez à vider régulièrement les gouttières, les coupelles sous les pots de fleurs, les vases, etc. 
  4. Utilisez des répulsifs
  • Huiles essentielles : certaines huiles essentielles comme la citronnelle, le basilic, l’eucalyptus citronné, la lavande,… sont très efficaces contre les moustiques. Vous pouvez la faire diffuser dans l’air, ou en appliquer sur vos poignets et chevilles.
  • Sprays anti-moustiques : il existe de nombreux répulsifs en pharmacie qui sont également efficaces contre les moustiques ! Il est conseillé de demander l’avis d’un pharmacien pour éviter les réactions allergiques à ces produits.
  • Répulsifs anti-moustiques pour vêtements : des répulsifs spéciaux pour vêtements existent également, et sont pratiques pour imbiber les vêtements d’une protection à toute épreuve !
  • Moustiquaire : qu’elle soit imbibée d’insecticide ou non, la moustiquaire est idéale si vous voulez passer une bonne nuit avec vos fenêtres ouvertes pour bénéficier de l’air frais. Des moustiquaires spéciales pour les berceaux des bébés existent également et permettent de protéger les jeunes enfants.
  • Ventilateur : provoquant de l’air, le ventilateur peut être une aide pour vous protéger des moustiques la nuit ou la journée, car ils auront davantage de mal à voler autour de vous.

Comment soulager une piqûre de moustique ? 

Vous ne pourrez pas gagner à tous les coups ! Il arrivera qu’un de ces insectes indésirable parvienne à vous piquer. Voici quelques conseils pour vous aider à soulager une piqûre de moustique de façon naturelle :

  • Le vinaigre de cidre : grâce à l’acide acétique qu’il contient, le vinaigre de cidre possède des vertus antiseptiques. Mélangez-en un peu dans un bol avec de l’eau. Appliquez cette solution sur votre piqûre avec une compresse. 
  • Les huiles essentielles : certaines sont reconnues pour leurs propriétés apaisantes, telles que la menthe poivrée, la lavande aspic, le girofle, d’eucalyptus ou encore la camomille. Déposez une à deux gouttes sur un mouchoir, puis appliquez sur la piqûre de moustique. Attention, pensez toujours à vous renseigner auprès de votre pharmacien sur les précautions d’emploi et les contre-indications éventuelles.
  • Le bicarbonate de soude : idéal pour calmer les démangeaisons, mais aussi freiner le développement de l’inflammation. Mélangez 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude avec 1 cuillère à soupe d’eau et appliquez la pâte sur la piqûre. N’hésitez pas à rajouter un peu de vinaigre ou de citron si vous le désirez ! 
  • L’aloe vera : grâce à son effet refroidissant et ses puissantes propriétés antibactériennes, l’aloe vera agit efficacement pour guérir tout en soulageant l’irritation, la rougeur et l’inflammation. 
  • Le jus de citron : son acidité permet de soulager les piqûres. De plus, il permet d’empêcher les bactéries d’irriter la zone affectée. Imbibez un coton de jus de citron, et tamponnez votre piqûre. 

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses solutions pour lutter contre les piqûres de moustiques et les soulager. En plus de ces solutions naturelles, vous pouvez également retrouver des produits divers et variés en pharmacie (sprays, bracelets, crèmes, etc.). N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ! 

Retrouvez nos solutions adaptées pour lutter contre les piqûres de moustiques

Sources :

https://bit.ly/35ew5eU
https://bit.ly/2yTzOCw
https://bit.ly/2EUIsAP

Comment lutter contre le stress ?

Qu'est-ce que le stress ?

Partiels, concours, rythme de travail effréné, le stress survient lors de périodes intenses et difficiles, qui mettent à mal l’organisme et le mental. Surveiller les symptômes du stress permet de mieux appréhender ces périodes, et de tourner à son avantage les bienfaits du stress ! 

Qu’est-ce que le stress ? 

Le stress est un stimulus physique ou émotionnel à des situations attendues ou inattendues. C’est une réaction innée et nécessaire. Le stress n’est pas fondamentalement mauvais, on parle notamment de “bon stress”. Étant une réaction naturelle du corps humain, il s’agit également d’écouter son stress. Une sensation de stress sans raison apparente peut par exemple témoigner d’un état de déshydratation. Le corps provoque cette réaction afin de signaler le problème et pousse l’organisme à chercher de l’eau. 

Pour autant, il provoque des réactions physiques et psychologiques intenses qui peuvent être néfastes au bon fonctionnement de notre organisme. 

Pourquoi est-ce important de gérer son stress ?

Si le stress agit parfois comme une poussée d’adrénaline, il a des effets négatifs qui nuisent davantage qu’ils ne boostent. On distingue deux types de symptômes : 

  • Physiques : les problèmes digestifs, les insomnies, les troubles alimentaires, les maux de tête et migraines, les vertiges, la fatigue, les tensions musculaires
  • Émotionnels : l’agitation, l’inquiétude, l’anxiété, le manque de joie, la mélancolie, la difficulté à se concentrer, la faible estime de soi, l’irritation

Le stress est également présent sous différentes formes, de réactions singulières et isolées, à un stress aigu, jusqu’à un stress chronique. 

Le stress aigu : se caractérise par des crises particulièrement intenses, qui nuisent à la réalisation des activités en cours de façon temporaire.

Le stress chronique : se définit comme un état permanent ou semi-permanent de l’état de stress, et peut provoquer des déficits alimentaires, un affaiblissement du système immunitaire, l’apparition d’ulcères,  et l’aggravation de maladies mentales ou de pathologies déjà présentes chez la personne.

Dans ces cas-là, il est important de consulter un médecin. 

Quelles solutions naturelles pour gérer son stress ?

Selon la forme de stress, il est possible d’inclure des gestes simples au quotidien pour mieux le gérer. 

  • La musicothérapie : utiliser la musique pour se détendre est souvent un réflexe, et à raison. Notre cerveau sécrète de la sérotonine, l’hormone du bien-être, lors de l’écoute de musiques que nous apprécions. Selon les rythmes et tempos, elle peut également permettre de ralentir le rythme cardiaque, et donc de calmer  l’état de tension.
  • Le sport : se dépenser est une autre façon de se vider la tête et d’extérioriser de façon positive, la tension intérieure. Un corps en bonne santé physique sera plus à même de résister aux assauts du stress, aux tensions musculaires, et peut également influencer la sensation de fatigue. La danse est aussi une pratique efficace lorsqu’il s’agit de bouger et de se vider la tête ! 
  • Les pauses : essentielles, mais souvent oubliées, les pauses lors d’une période d’étude, ou au travail sont importantes. Elles permettent au cerveau de se détendre, pour être plus efficace par la suite. Lors de ces pauses, il est important de s’étirer, de s’hydrater, et si possible, de changer d’air quelques minutes. Cela permet d’évacuer la tension accumulée, et le faire régulièrement amène à un état plus apaisé, et donc productif.
  • La respiration : réguler son stress par la respiration est une solution rapide pour gagner en efficacité lors d’un examen. Il existe plusieurs façons de la gérer. La méditation, par exemple, force à travailler la respiration pour chercher une sensation de paix. La respiration ventrale, à l’instar de la méditation, est un exercice sur la respiration qui demande de respirer avec son ventre. C’est notamment la respiration que nous utilisons lors du sommeil, elle est particulièrement efficace pour s’auto-apaiser. 
  • Tisanes et huiles essentielles : boire régulièrement de l’eau est important pour garder l’organisme apaisé, et certaines boissons comme la tisane à la camomille ou au romarin, ont des propriétés apaisantes et relaxantes qui aident à canaliser le stress. De la même façon, certaines huiles essentielles ont également des effets apaisants. S’attacher à une huile en particulier, en la respirant régulièrement, permet de provoquer un réflexe de bien-être. Ainsi, à chaque poussée de stress, respirer cette huile-ci apaise automatiquement le corps. 
  • Activités annexes : certaines activités ou hobbies ont des propriétés apaisantes non-négligeables, comme le dessin, le coloriage, la peinture, l’écriture, le bricolage, ou même la cuisine (tant que rien ne brûle). Occuper l’esprit permet d’évacuer le stress et de relativiser les causes du stress.
  • Le social : parfois oublié, l’aspect social est un autre moyen efficace d’évacuer le stress, ne serait-ce que de voir des amis, de la famille, ou de discuter avec des collègues. L’être humain est un individu social, et les interactions humaines sont nécessaires pour le mental.  

Apprendre à gérer quotidiennement son stress petit à petit assure une meilleure résistance face aux situations inattendues. En cas de doute, de stress aigu ou de stress chronique, pensez à consulter un médecin. 

Quelles sont les solutions pour lutter contre le stress ?

Sources :

https://bit.ly/3O4YbPt

https://bit.ly/3Kx7Axh

https://bit.ly/3Kqhy3k

https://bit.ly/3xcVpBU

#MoisSansTabac : les solutions pour arrêter !

Arrêter de fumer

Que vous fumiez 5 ou 20 cigarettes par jour, le tabac est nocif pour la santé. Selon l’OMS, environ 8 millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause du tabagisme, qu’il soit actif ou passif.

Saviez-vous que, lorsqu’il est brûlé, le tabac produit environ 4000 substances chimiques différentes ? Si certaines substances s’y trouvent naturellement, d’autres sont ajoutées par les industriels, telles que les goudrons, le mercure, l’arsenic, l’acétone, l’acide cyanhydrique, etc.

Afin de motiver les français à arrêter de fumer, la campagne du #MoisSansTabac a lieu chaque mois de novembre. L’objectif ? S’abstenir de fumer pendant 30 jours, car après ce laps de temps, les chances d’en finir définitivement avec le tabac sont multipliées par 5.

Quelles sont les conséquences du tabac sur notre santé ? 

A court terme, la consommation de tabac peut provoquer certains effets indésirables, comme une mauvaise haleine, de la fatigue, une diminution du niveau d’énergie , de la toux, un souffle court ou encore une diminution du goût et de l’odorat.

A long terme, une consommation régulière favorise l’apparition de nombreuses pathologies, qui peuvent s’avérer graves, voire mortelles :

  • Le tabac augmente significativement les risques de développer un cancer. Si le cancer du poumon est le plus fréquent (90% des cas), il est également possible d’en développer d’autres types, tels que le cancer de la gorge, de la bouche, des lèvres, du pancréas, des reins, de la vessie ou encore de l’utérus.
  • Les fumeurs sont plus susceptibles d’être touchés par des maladies cardio-vasculaires (AVC, infarctus,..), mais aussi des anévrismes ou encore des problèmes d’hypertension artérielle.
  • La consommation de tabac peut aggraver de nombreux troubles déjà existants, parmi lesquels l’eczéma, le psoriasis, certaines infections ORL, la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge), etc. Des problèmes respiratoires peuvent également faire leur apparition, comme de l’asthme ou encore une toux excessive.
  • Le tabagisme peut engendrer des problèmes de fertilité. Chez l’homme, cela peut se traduire par des troubles de l’érection, une impuissance sexuelle, une baisse de libido,…. Fumer peut également altérer la qualité des spermatozoïdes, les rendant moins nombreux et mobiles. Chez la femme, cela se traduit par une difficulté à féconder. En effet, il a été prouvé que les fumeuses mettent 2 fois plus de temps à tomber enceinte que les non-fumeuses.
  • Le tabac est l’ennemi de votre peau ! En réduisant l’oxygénation de l’épiderme, il devient plus terne, moins souple, ce qui favorise l’apparition de rides précoces et d’un teint grisâtre.
  • Si vous aimez arborer un sourire plein de santé, mieux vaut ne pas fumer ! Dans le long terme, la nicotine présente dans le tabac peut provoquer certaines affections qui diminuent les capacités de défense et de réparation gingivales. Les dents jaunissent, l’haleine se dégrade et les gencives sont fragilisées.

Quels sont les différents types de dépendances au tabac ? 

  • Dépendance physique

Elle apparaît souvent après des années de consommation et provoque des pulsions irrésistibles à fumer, un mal-être qui peut associer une irritabilité, une humeur dépressive, des difficultés de concentration ou encore des troubles du sommeil.

  • Dépendance psychologique

La nicotine procure une sensation de plaisir, un effet anxiolytique, une action anti-dépressive,… qui donnent la sensation au fumeur qu’il a besoin de tabac pour gérer ses angoisses, son stress ou simplement pour se détendre. C’est généralement ce type de dépendance qui apparaît en premier et qui pousse à la consommation régulière.

  • Dépendance comportementale

Nombreux sont les fumeurs qui associent le fait de fumer à des habitudes, des circonstances, des lieux,… Par exemple, certains ne s’imaginent pas passer à côté de la cigarette du matin avec le café, la cigarette “digestive”, la cigarette qui accompagne l’apéro,… C’est ce qu’on appelle la dépendance comportementale.

Nos conseils pour vous aider à lutter contre le tabac ! 

  • Ayez envie d’arrêter !

La base du sevrage tabagique est d’en avoir envie. Sans motivation, arrêter de fumer sera très dur ! Changer vos habitudes comportementales peut s’avérer compliqué, mais ce n’est pas impossible, soyez positif !

Pour rester concentré sur votre objectif final, mettez par écrit les raisons qui vous poussent à arrêter : cela vous permettra de mieux visualiser vos motivations. Vous pouvez également mettre de l’argent dans une tirelire dès que vous avez envie d’acheter un paquet de cigarettes. Ainsi, vous vous rendrez compte des économies réalisées !

  • Restez à l’écart de la cigarette !

L’odeur ou la vue de la cigarette peuvent facilement vous faire replonger ! Jetez tous les objets qui y sont associés : briquets, cendriers,… Créez-vous un environnement favorable et motivant !

Évitez d’être sujet au tabagisme passif en demandant à vos proches s’ils peuvent ne pas fumer devant vous. Si vous y êtes tout de même confronté, prenez une douche afin de ne pas garder l’odeur de tabac froid sur vous.

  • Soyez accompagné !

Il peut être difficile de se motiver seul à arrêter de fumer. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à trouver le moyen d’être accompagné ! Le #MoisSansTabac est une bonne source de motivation, car des milliers de personnes y participent, créant un élan de motivation !

Sachez également que vous pouvez télécharger à tout moment l’application “Tabac Info Service” afin de bénéficier d’un coaching 100% personnalisé directement sur votre téléphone. Entre autres, vous bénéficiez d’un appel à un tabacologue en cas de besoin ou encore d’un accès à des contenus pour vous aider à ne pas craquer !

Si vous en ressentez le besoin, faites appel à des professionnels de santé, ils sont là pour vous aider ! Psychologues, tabacologues et addictologues sont à votre écoute tout au long de ce processus.

  • Optez pour un traitement de substitution !

Il existe des substituts nicotiniques qui réduisent les effets de manque et qui facilitent la transition jusqu’à l’abstinence totale du tabac. Demandez conseil à votre pharmacien qui vous aiguillera au mieux entre les patchs à appliquer sur la peau, la gomme à mâcher, la nicotine sous forme de comprimés, d’inhalation ou de pulvérisation buccale.

En conclusion, si vous voulez prendre soin de votre santé, l’arrêt du tabac est indispensable ! Très nocif à cause de sa composition, il peut avoir des conséquences graves sur le long terme.

Arrêter de fumer n’est pas simple, mais essayez de trouver la motivation ! Gardez en tête qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter, et que des aides existent pour vous accompagner dans votre sevrage, dont la campagne #MoisSansTabac.  Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur leur site !

Arrêter la cigarette

Sources :

https://bit.ly/3nl4xMC
https://bit.ly/3nrbMmb
https://bit.ly/2H63z7x
https://bit.ly/2K4WW6o
https://bit.ly/32O3b5a
https://bit.ly/3nqSBZI
https://bit.ly/2IFUJOv
https://bit.ly/35TXVfn
https://bit.ly/32zpxoL

Insolation : comment s’en protéger ?

Nos conseils pour prévenir l'insolation

Avec le retour des beaux jours, il est naturel de vouloir profiter du soleil ! Cependant, faites attention de ne pas vous exposer trop longtemps… sinon gare à l’insolation ! 

L’insolation correspond à l’ensemble des symptômes qui peuvent survenir pendant ou juste après une exposition directe et prolongée aux rayons du soleil, sans protections. Tout le monde peut être concerné par l’insolation, même si les personnes âgées et les enfants sont généralement les plus touchés. 

Comment survient l’insolation ? 

En temps normal, l’hypothalamus (une glande située dans le cerveau) permet à votre corps de réguler sa température interne et à le maintenir une température d’environ 37°C : on parle alors d’homéothermie. Ce phénomène est possible grâce à deux mécanismes :

  • La transpiration, qui permet de refroidir le corps par évaporation.
  • La soif, qui permet de vous réhydrater et d’apporter tous les minéraux essentiels qui ont été éliminés par la transpiration. 

Quand vous vous exposez de manière trop prolongée au soleil, il peut arriver que la température de votre corps s’élève de façon anormale : on parle d’hyperthermie. Submergé par trop de chaleur, l’hypothalamus ne parvient plus à remplir son rôle, provoquant les symptômes liés à l’insolation. 

Quels sont les symptômes d’une insolation ? 

Déshydratation, étourdissement, fatigue, vertiges, raideur au niveau de la nuque, sueurs excessives, nausées, maux de tête violents, crampes musculaires, accélération du rythme cardiaque,… les symptômes de l’insolation sont multiples. 

Si la température de votre corps dépasse les 40°C et est associée à des troubles de la conscience et/ou des troubles neurologiques tels que des convulsions, de la confusion mentale, des difficultés à respirer, une perte de connaissance,… il est primordial de contacter un service d’urgence rapidement. En effet, une prise en charge tardive peut mettre votre vie en danger. Soyez prudents ! 

Comment prévenir l’insolation ?

Afin de prévenir les risques d’insolation, il est nécessaire d’adopter de bonnes habitudes et de bons réflexes :

  • Évitez l’exposition prolongée au soleil, particulièrement aux heures les plus chaudes (entre 12h et 16h).
  • Portez un chapeau ou une casquette pour protéger votre tête. 
  • Installez-vous de préférence dans un endroit frais et ombragé. 
  • Hydratez-vous régulièrement, même si vous ne ressentez pas la soif. 
  • Évitez de consommer de l’alcool avant de vous exposer au soleil. 
  • Mouillez régulièrement votre votre et votre front. 
  • Évitez les efforts prolongés sous le soleil (encore moins sans protections !)
  • Évitez de laisser un enfant une personne âgée en plein soleil ou dans un espace clos (comme une voiture). 

Quelles sont les mesures d’urgence et les traitements possibles ? 

Si vous êtes témoin d’une personne qui présente des signes d’insolation, la première chose à faire est de faire baisser la température du corps. 

Commencez par mettre la victime dans un endroit ombragé, frais et aéré. Ensuite, déshabillez-la et donnez-lui de l’eau progressivement (en petite quantité) afin de la réhydrater. 

Vous pouvez également la rafraîchir à l’aide d’un brumisateur, mais aussi appliquer un linge mouillé sur son front et sa nuque. Évitez de l’asperger avec de l’eau trop froide, au risque de provoquer un choc thermique.

Si la personne est désorientée, perd connaissance ou est victime de vomissements, de fièvre intense, de convulsions,… appelez les secours sans attendre (le 15 ou le 18) ! 

Conclusion :

L’insolation n’est pas à prendre à la légère. Si, dans la plupart des cas, des mesures et gestes simples permettent de la soigner en quelques heures sans qu’il y ait de séquelles, il faut rester vigilant quant à l’évolution des symptômes. 

En effet, comme évoqué ci-dessus, l’insolation peut mener à des troubles graves, pouvants être mortels. Si vous avez le moindre doute, consultez un médecin rapidement !

Sources :

https://bit.ly/3js2c16
https://bit.ly/39gOh9u
https://bit.ly/2E8lOrb
https://bit.ly/30wcm8u
https://bit.ly/2OKgSup
https://bit.ly/2WEuNXu
https://bit.ly/3js2c16
https://bit.ly/39gOh9u

Comment renforcer votre système immunitaire ?

Comment renforcer votre système immunitaire ?

En cette période de pandémie du Covid-19, votre système immunitaire a besoin d’être renforcé. Dans cet article, découvrez 7 conseils indispensables pour vous y aider :

Dormez suffisamment

Il est important de dormir entre 7 et 8 heures par nuit. Le manque de sommeil empêche votre organisme de se réparer et de se nettoyer, vous rendant plus vulnérable face aux infections. Pour bien dormir, ne pratiquez pas d’activité physique le soir, arrêtez les écrans au moins 1h avant le coucher, limitez la température de la chambre à 19°C et privilégiez les repas légers. 

Faites le plein de vitamines !

Les vitamines A, C, E, D sont essentielles pour notre système immunitaire :

  • La vitamine A est présente dans les carottes, le potiron, les épinards. Elle est indispensable pour la barrière de la muqueuse intestinale et stimule également la production des globules blancs et des anticorps. 
  • La vitamine C est antioxydante et protège les globules blancs. Elle est très présente dans les fruits et les légumes comme la goyave, les poivrons, le kiwi ou encore l’orange.
  • La vitamine E est présente dans les graines de tournesol ou les huiles végétales. Elle est importante pour les personnes âgées, car elle compense la perte de réponse immunitaire liée au vieillissement.
  • La vitamine D active les globules blancs qui sont nécessaires à la fabrication des anticorps et à la destruction des microbes. Elle est présente notamment dans les poissons gras comme l’huile de foie de morue, les œufs de saumon, les sardines, le flétan…

Pratiquez une activité sportive 

C’est un moyen simple et efficace pour entretenir votre corps, décompresser et vous sentir en meilleure forme physique et mentale. De plus, le sport serait utile pour prévenir et améliorer certaines maladies chroniques, mais aussi pour renforcer le cœur et réguler la tension. 

Limitez le stress

Le stress réduit vos défenses immunitaires, vous rendant plus fragile face aux virus et microbes. Si le confinement peut être source de stress, il est important d’essayer de vous détendre au maximum. Dès que vous vous sentez stressé, faites en sorte de vous occuper l’esprit : lisez, regardez une série, un film, appelez vos proches,… N’hésitez pas également à pratiquer des exercices de méditation ou de relaxation. 

Limitez la consommation de sucre

Le sucre favorise certaines maladies comme le diabète, l’obésité et certains cancers (côlon, pancréas, estomac,…). Dans l’intestin, le sucre attaque la flore intestinale, ce qui affaiblit votre système immunitaire. Voilà pourquoi il est recommandé de limiter votre consommation de sucre dans votre quotidien. 

Faites une cure de probiotiques

Aussi appelés « bonnes bactéries », les probiotiques sont naturellement présents dans l’organisme et vous aident à rester en bonne santé en boostant votre immunité. Ils peuvent se prendre sous forme de cure (10 jours/mois). 

En période d’épidémie, ils sont souvent conseillés pour renforcer le microbiote intestinal, car une flore intestinale déséquilibrée peut modifier le système immunitaire. Les probiotiques sont donc une bonne solution pour rééquilibrer la flore intestinale et mieux lutter contre les infections. 

Utilisez des huiles essentielles (HE) 

Certaines HE sont connues pour leurs actions antibactériennes, antivirales mais aussi immunostimulantes, telles que l’HE de ravintsara, l’HE d’arbre à thé, l’HE de thym à feuilles de sariette ou encore l’HE d’eucalyptus radié. 

Mise en garde : avant toute utilisation, demandez conseil à votre pharmacien. L’efficacité des huiles essentielles contre le COVID-19 n’ont pas été prouvées, n’en consommez pas sans l’avis de votre médecin ou pharmacien.

Comment se protéger face au Covid-19 ?

Pour rappel, depuis le mois de janvier, le monde entier fait face à une pandémie causée par le Covid-19. Pour lutter contre ce dernier, des mesures strictes ont été prises par le gouvernement. Voici un petit rappel des règles à respecter pour limiter la propagation de ce virus:

  • se laver les mains très régulièrement
  • tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • saluer sans se serrer la main
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • ne pas faire de rassemblements, limiter les déplacements et les contacts
  • se déplacer que pour aller au travail si le télétravail n’est pas possible, pour faire des achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés, se rendre auprès d’un professionnel de santé, se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables

Plus d’informations sur : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Attention ! “La prise d’anti-inflammatoires pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection” a alerté le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. En effet, ces  médicaments pourraient atténuer l’inflammation et masquer les signes plus grave d’une infection et retarder le diagnostic et donc la prise en charge du patient. 

Comment renforcer son système immunitaire.

https://bit.ly/3bMx7Rp
https://bit.ly/39iE4rL
https://bit.ly/2Uqn9iG

Comment lutter contre le stress ?

Partiels, concours, rythme de travail effréné, le stress survient lors de périodes intenses et difficiles, qui mettent à mal l’organisme et le mental. Surveiller les symptômes du stress permet de mieux appréhender ces périodes, et de tourner à son avantage les bienfaits du stress !

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est un stimulus physique ou émotionnel à des situations attendues ou inattendues. C’est une réaction innée et nécessaire. Le stress n’est pas fondalement mauvais, on parle notamment de “bon stress”. Étant une réaction naturelle du corps humain, il s’agit également d’écouter son stress. Une sensation de stress sans raison apparente peut par exemple témoigner d’un état de déshydratation. Le corps provoque cette réaction afin de signaler le problème et pousse l’organisme à chercher de l’eau.

Pour autant, il provoque des réactions physiques et psychologiques intenses qui peuvent être néfastes au bon fonctionnement de notre organisme.

Pourquoi est-ce important de gérer son stress ?

Si le stress agit parfois comme une poussée d’adrénaline, il a des effets négatifs qui nuisent davantage qu’ils ne boostent. On distingue deux types de symptômes :

  • Physiques : les problèmes digestifs, les insomnies, les troubles alimentaires, les maux de tête et migraines, les vertiges, la fatigue, les tensions musculaires
  • Émotionnels : l’agitation, l’inquiétude, l’anxiété, le manque de joie, la mélancolie, la difficulté à se concentrer, la faible estime de soi, l’irritation

Le stress est également présent sous différentes formes, de réactions singulières et isolées, à un stress aigu, jusqu’à un stress chronique.

  • Le stress aigu : se caractérise par des crises particulièrement intenses, qui nuisent à la réalisation des activités en cours de façon temporaire.
  • Le stress chronique : se définit comme un état permanent ou semi-permanent de l’état de stress, et peut provoquer des déficits alimentaires, un affaiblissement du système immunitaire, l’apparition d’ulcères,  et l’aggravation de maladies mentales ou de pathologies déjà présentes chez la personne.

Dans ces cas-là, il est important de consulter un médecin.

Quelles solutions naturelles pour gérer son stress ?

Selon la forme de stress, il est possible d’inclure des gestes simples au quotidien pour mieux le gérer.

  • La musicothérapie : utiliser la musique pour se détendre est souvent un réflexe, et à raison. Notre cerveau sécrète de la sérotonine, l’hormone du bien-être, lors de l’écoute de musiques que nous apprécions. Selon les rythmes et tempos, elle peut également permettre de ralentir le rythme cardiaque, et donc de calmer  l’état de tension.

 

  • Le sport : se dépenser est une autre façon de se vider la tête et d’extérioriser de façon positive, la tension intérieure. Un corps en bonne santé physique sera plus à même de résister aux assauts du stress, aux tensions musculaires, et peut également influencer la sensation de fatigue. La danse est aussi une pratique efficace lorsqu’il s’agit de bouger et de se vider la tête !

 

  • Les pauses : essentielles, mais souvent oubliées, les pauses lors d’une période d’étude, ou au travail sont importantes. Elles permettent au cerveau de se détendre, pour être plus efficace par la suite. Lors de ces pauses, il est important de s’étirer, de s’hydrater, et si possible, de changer d’air quelques minutes. Cela permet d’évacuer la tension accumulée, et le faire régulièrement amène à un état plus apaisé, et donc productif.

 

  • La respiration : réguler son stress par la respiration est une solution rapide pour gagner en efficacité lors d’un examen. Il existe plusieurs façons de la gérer. La méditation, par exemple, force à travailler la respiration pour chercher une sensation de paix. La respiration ventrale, à l’instar de la méditation, est un exercice sur la respiration qui demande de respirer avec son ventre. C’est notamment la respiration que nous utilisons lors du sommeil, elle est particulièrement efficace pour s’auto-apaiser.

 

  • Tisanes et huiles essentielles : boire régulièrement de l’eau est important pour garder l’organisme apaisé, et certaines boissons comme la tisane à la camomille ou au romarin, ont des propriétés apaisantes et relaxantes qui aident à canaliser le stress. De la même façon, certaines huiles essentielles ont également des effets apaisants. S’attacher à une huile en particulier, en la respirant régulièrement, permet de provoquer un réflexe de bien-être. Ainsi, à chaque poussée de stress, respirer cette huile-ci apaise automatiquement le corps.

 

  • Activités annexes : certaines activités ou hobbies ont des propriétés apaisantes non-négligeables, comme le dessin, le coloriage, la peinture, l’écriture, le bricolage, ou même la cuisine (tant que rien ne brûle). Occuper l’esprit, permet d’évacuer le stress, et de relativiser les causes du stress.

 

  • Le social : parfois oublié, l’aspect social est un autre moyen efficace d’évacuer le stress, ne serait-ce que de voir des amis, de la famille, ou de discuter avec des collègues. L’être humain est un individu social, et les interactions humaines sont nécessaires pour le mental.

Apprendre à gérer quotidiennement son stress petit à petit assure une meilleure résistance face aux situations inattendues. En cas de doute, de stress aigu ou stress chronique, pensez à consulter un médecin.

 

Sources