Les bienfaits de la musique sur la santé

Au travail, dans la voiture, dans les transports en commun ou à la maison, la musique nous accompagne au quotidien et dans toutes nos activités. Considérée comme un loisir ainsi qu’une source de plaisir indéniable, la musique a également des impacts bénéfiques sur notre santé, et ceci à plusieurs niveaux.

La musique au quotidien

 

  • La musique comme anti-stress

La musique agit de façon intéressante sur notre cerveau et sur notre corps puisqu’elle permet de détendre les muscles, et de réduire le stress. Selon certaines études scientifiques, la musique aurait parfois les mêmes effets que les anxiolytiques, des médicaments contre l’anxiété. Elle a, selon le rythme et la personne, la capacité de diminuer le rythme cardiaque élevé dû au stress.

  • La musique comme source de motivation et de plaisir

La musique que nous aimons agit directement sur notre taux de dopamine, l’hormone du plaisir. Considéré par notre cerveau comme une récompense, la musique devient une véritable source de bien-être, mais également de motivation puisque le plaisir pousse souvent à des poussées d’adrénaline qui boostent la détermination !

  • La musique pour booster la créativité

La musique stimule notre cerveau, et permet ainsi de décupler notre créativité. Au-delà de l’influence même du son sur notre organisme, le rythme, l’instrument de la chanson, ou les paroles peuvent également être une source d’inspiration importante propice à la créativité.

La musique et les maladies chroniques

 

  • La musicothérapie et l’Autisme

Des études récentes dans le domaine psychologique ont montré que l’usage de la musicothérapie auprès d’enfants autistes était bénéfique pour les aider à développer des émotions et des réactions. Pour certains enfants autistes, la musique agit comme un autre langage, plus abstrait, qui fait office de passerelle pour dialoguer avec d’autres individus. Auprès d’autres enfants, la musique devient un langage logique, de notes, de tons, de nuances sonores qu’ils appréhendent mieux et plus vite que le langage oral humain.

  • Apaiser les douleurs

Comme nous avons pu le constater, la musique agit sur notre cerveau et notre rythme cardiaque, en plus de réduire le stress. Dans certains cas, elle pourrait réduire certaines douleurs chroniques ou passagères, qui peuvent causer une hausse du stress. La musique, en détournant l’attention du cerveau sur autre chose, permettrait de réduire ces douleurs.

  • Déclin cognitif

Selon les études sur les bienfaits de la musique sur notre cerveau, il est confirmé que les personnes qui pratiquent de la musique de façon régulière et sur une période longue (plusieurs années), ont un déclin cognitif plus minimal que les non-musiciens. En effet, la pratique de la musique influence et entraîne certaines aires du cerveau spécialisées dans la mémorisation. Chez les musiciens, les pathologies du type maladie d’Alzheimer sont moins nombreuses.

La musique et le cerveau humain

 

  • Concentration

Ecouter de la musique lors d’une session de travail, de révisions, ou d’activités pratiques permet d’être plus productif, car elle nous aide à nous concentrer. En effet, la musique stimule le cerveau, mais elle permet également à celui-ci de se concentrer sur la mélodie. Cette dernière occulte les perturbations extérieures, et dispense une meilleure concentration sur l’objet de votre attention : un travail, un cours, une partition de musique, un livre etc.

  • Mémorisation

Comme nous avons pu le constater avec le déclin cognitif, la pratique de la musique entraîne certaines aires cérébrales, comme l’hippocampe, responsable de la mémorisation. La répétition régulière de morceaux de musique permet d’entraîner de façon rigoureuse l’aire cérébrale de la mémorisation. En plus de cela, la concentration qu’apporte la musique permet également de booster l’apprentissage d’un cours par exemple.

La musique nous accompagne tous les jours, presque partout. Il est plus sage d’adapter le style de musique à l’ambiance recherchée, et de l’écouter à volume modéré pour ne pas endommager les tympans.

 

Sources:

 

 

Perte de poids : les erreurs à ne pas faire

L’été approche, et les maillots de bain avec. Nombreuses sont les personnes qui souhaitent entamer une perte de poids rapide et efficace pour les beaux jours. Pourtant, les erreurs sont nombreuses et certains gestes sont essentiels à adopter pour assurer le bon déroulement d’une perte de poids.

Les erreurs à éviter

Les erreurs liées à la perte de poids sont nombreuses et peuvent au contraire conduire à une prise de poids ou des blessures.

Au niveau nutritionnel :

  • La différence entre mincir et maigrir : mincir est un résultat bénéfique d’une alimentation saine et d’une hygiène de vie correcte, et n’est pas une finalité en soit. Avoir des formes n’est pas malsain, ne cherchez pas à les éradiquer pour convenir à des critères de beauté ! Vouloir maigrir ne s’adresse pas à la partie saine de la santé, et ne s’attache qu’à l’apparence du corps, en plus d’entraîner des dérives et des idées reçues.
  • Le régime à tout prix : vouloir perdre du poids passe souvent par les régimes alimentaires. Différentes formes existent : strictes, restrictives, uniquement composées de jus, ou une absence totale de gras. La solution ne se trouve pas dans l’extrême. Les régimes restrictifs sont périodiques, et dès qu’ils sont finis, la prise de poids est considérable, voire alarmante.
  • Protégez votre porte monnaie : oubliez les produits miracles, comme les thés fitness, les bonbons amaigrissants, les ceintures abdominales, etc. Ces produits ne vous aideront pas à mincir.
  • N’encouragez pas les dérives : vouloir perdre du poids à tout prix forcent parfois à se tourner vers des “solutions” extrêmes au niveau nutritionnel. Pourtant cela ne fait qu’encourager les dérives et les troubles alimentaires comme l’anorexie. Perdre du poids doit être un acte sain, et ne doit pas détériorer votre santé
  • Gare aux “cheat meals” : tentants après une semaine de sport acharné, les “cheat meals”, ou “repas de triche” sont une entorse à votre régime et vos pratiques sportives. Que ce soit des plats de restauration rapide, des aliments gras ou sucrés, ces repas à l’allure américaine sont à proscrire !
  • Ne pensez pas que le régime ne dure qu’un temps : vouloir perdre du poids se confronte souvent à la notion de temps. Il faut néanmoins apprendre et comprendre qu’un régime alimentaire sain doit devenir une habitude. Si vous le stoppez et que vous retournez à votre rythme alimentaire antérieur, vous encouragez la prise de poids.

Au niveau sportif :

  • Les abonnements en salle : au lendemain du premier de l’an, de nombreuses personnes s’inscrivent aux salles de sport, pour ne jamais y revenir. Commencez plutôt par des exercices sportifs en extérieur pour vous réhabituer au sport.
  • Les risques du sport : une activité sportive est excellente pour la perte de poids. Pour autant, il faut savoir modérer son activité et écouter son corps. Si vous n’êtes pas habitués au sport, vous risquez des blessures à court et long terme.
  • Gare aux insomnies : pratiquer une activité sportive est positif. Pour autant, il faut faire attention à l’heure où vous la pratiquez, car le sport vous emplit d’énergie et peut donc vous causer des troubles du sommeil, si vous en faites en fin d’après-midi ou en début de soirée !

Les gestes à adopter

Au niveau nutritionnel :

  • Manger sain et équilibré: Il ne s’agit pas de trouver le régime miracle, mais de réapprendre à manger correctement, et de manger moins et mieux.
  • Buvez de l’eau : on néglige souvent l’importance d’une bonne hydratation, pourtant l’eau, le thé, les tisanes et les eaux infusées sont importantes pour entretenir une hygiène de vie saine. Oubliez les sodas !
  • Mangez lentement : Une alimentation plus lente permet de mieux déguster son repas, mais également de mieux gérer la sensation de faim, ainsi que la digestion !
  • Trois repas par jour : Une alimentation idéale signifie trois repas par jour : le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Sauter un repas pousse le corps à puiser dans ses réserves, à amplifier les sensations de faim et les envies de grignotage. Si vous avez du mal à manger le matin au réveil, adaptez votre petit-déjeuner autour de choses faciles à ingérer !

Au niveau sportif :

  • Faites une activité que vous aimez : prenez du plaisir à faire du sport, ne vous forcez pas à faire quelque chose que nous n’aimez pas. Il existe de nombreux sports, vous trouverez forcément celui qui vous convient.
  • Prenez soin de votre corps : encouragez vos efforts sportifs et alimentaires en prenant soin de votre corps, de votre peau, et surtout, faites-le pour vous !

Si vous avez besoin de conseils concernant une perte de poids, n’hésitez pas à en parler avec votre pharmacien ou votre médecin. En cas de perte de poids importante, consultez un médecin et un nutritionniste.

Sources:

 

J’ai des boutons, que faire ?

On a tous eu des boutons à un moment ou un autre. Mais saviez-vous que chaque bouton fait écho à une réaction de votre corps ? Tour d’horizon des différents types de boutons et des moyens pour s’en débarrasser une bonne fois pour toute !

Les différents types de boutons

Ce trouble cutané se manifeste sous la forme de gonflement ponctuel de couleurs variables. Un bouton peut prendre des formes très variées, en voici quelques exemples :

  • L’abcès est une accumulation de pus liée à une infection bactérienne
  • Les boutons d’acné se localisent sur le visage, le thorax, le dos et le torse. L’acné est une maladie de la peau qui varie beaucoup en intensité et qui survient principalement à la puberté.
  • Le bouton de chaleur apparaît principalement sur les régions du corps où la transpiration est importante.
  • Le bouton de fièvre est une affection cutanée récidivante et contagieuse et est dû au virus de l’herpès simplex.
  • Le furoncle est une infection profonde à la racine d’un poil et apparaît la plupart du temps sur le visage, la nuque, les cuisses et les fesses. Il se présente sous la forme d’un bouton rouge et dur.
  • La verrue est une petite bosse sous la peau qui se localise souvent sur les mains, le visage ou les pieds. Bien que les récidives soient fréquentes, une verrue disparaît spontanément en quelques mois.

De manière générale, la qualité de l’hygiène et l’environnement joue un rôle important dans l’apparition ou non de certains de ces boutons et peuvent être le signe avant coureur de certaines maladies.

Quelles conséquences ?

En dehors de la gêne sociale qu’ils peuvent susciter, les boutons peuvent aussi être source de douleurs, démangeaisons et peuvent disparaître pour laisser leur place à des cicatrices.

Dans certains cas (particulièrement pour les boutons de fièvre ou la varicelle), ils peuvent être contagieux et il est fortement conseillé de limiter les contacts physiques pendant leur présence.

Certains boutons peuvent aussi être signe de maladie, comme la septicémie (infection grave du sang) ou déboucher sur des réactions allergiques en cas de piqûres d’insectes par exemple.

Les solutions pour les traiter

Heureusement, il est possible de contrôler l’arrivée des boutons sur notre corps, ou du moins de limiter leur apparition :

  • Être à l’écoute de son corps. En effet, certains boutons sont susceptibles d’apparaître après une période de stress ou à cause d’une mauvaise hygiène de vie.
  • Nettoyer sa peau est primordial. L’utilisation de produits antibactériens adaptés à sa sensibilité permet notamment de réduire considérablement l’apparition de boutons.
  • Certains traitements médicamenteux peuvent être également prescrits par un médecin, particulièrement dans le cas de l’acné.
  • Utiliser des huiles essentielles peut être une solution plus naturelle pour éviter l’apparition de boutons.

Pour être conseillé efficacement et faire en sorte que les boutons ne soient plus qu’un lointain souvenir, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé.

 

Sources :

Les bienfaits du sport

C’est bien connu, pratiquer une activité physique régulière a des impacts positifs sur notre bien-être et notre santé. Comme chaque nouvelle année, beaucoup ont décidé de se remettre au sport et de commencer une nouvelle activité sportive. Dans cet article, on vous montre les bienfaits du sport (pour vous aider à vous motiver) !

Les bienfaits du sport sur la santé

La pratique régulière d’un sport est incroyablement efficace pour la prévention de nombreuses maladies chroniques, cardio-vasculaires, ou encore dégénératives.

 

Permet de lutter contre les maladies cardiovasculaires

  • Réduit l’hypertension artérielle
  • Augmente le taux de “bon” cholestérol
  • Améliore la circulation sanguine
  • Diminue les risques de diabète
  • Renforce le cœur

Diminue les risques de cancers

Le sport permettrait effectivement d’éviter certains cancers, comme par exemple celui du côlon chez l’homme et celui du sein chez la femme.

Permet de lutter contre le surpoids

Le sport permet de dépenser des calories et faciliter la perte de poids. Être au dessus de son poids de forme peut entraîner des problèmes de santé, d’où l’intérêt de pratiquer une activité physique.

Renforce les os

La pratique d’une activité physique régulière accroît le capital osseux, et prévient donc l’ostéoporose, l’arthrose et autres affections chroniques.

Permet de lutter contre le vieillissement

L’activité physique repousse l’apparition de nombreux signes du vieillissement, notamment les maladies dégénératives.

Les bienfaits du sport sur le bien-être

Les bienfaits de l’activité sportive ne se limitent pas seulement à l’amélioration de la condition physique, le sport est également un vecteur de bien-être.

 

Procure un sentiment de bien-être général

Après un effort intense, les hormones du plaisir (endorphines) sont envoyées au cerveau, d’où cette sensation de plénitude.

Permet de lutter contre le stress

Toujours grâce à la création d’endorphines, le sport permet de lutter contre le stress, les crises d’angoisses ou encore la dépression.

Améliore la qualité du sommeil

En évacuant toutes les tensions et le stress, et donc en libérant également les endorphines, notre sommeil est plus profond, réparateur.

Permet de créer du lien social

Le sport peut être une bonne manière de sortir de chez soi et rencontrer de nouvelles personnes.

Pour attaquer en douceur, votre pharmacien vous donne quelques astuces :

  • déterminez vos objectifs, pour trouver l’activité la plus adaptée et celle qui vous plaît un minimum pour vous motiver
  • échauffez-vous avant et étirez-vous après chaque séance, notamment pour éviter de vous blesser
  • hydratez-vous régulièrement, c’est essentiel pour améliorer votre récupération et éviter les crampes et les blessures
  • adoptez une alimentation adaptée, pour permettre d’optimiser vos capacités physiques et vos résultats.

Des solutions existent pour vous aider dans cette démarche, n’hésitez à demander conseil à votre pharmacien.

 

Sources :

 

Comment garder forme et vitalité ?

La période hivernale est de retour avec des températures de plus en plus froides. Être énergique et plein(e) de vie n’est donc pas toujours facile ! Manque de vitamines, d’activité physique, de sommeil… conduisent le plus souvent à une fatigue passagère qui peut devenir très gênante au quotidien. Pour éviter que cela ne perdure, il faut prendre soin de notre organisme affaibli. Voici nos conseils pour remédier à ces maux d’hiver.

Nos astuces contre l’hiver

Pour passer l’hiver en pleine forme et conserver toute sa vitalité, voici nos astuces à suivre :

  • Ayez une alimentation équilibrée en faisant le plein de fruits et légumes
  • Pratiquez une activité physique et effectuez des étirements (2 à 3 fois par semaine)
  • Hydratez-vous
  • Faites le plein de lumière
  • Purifiez vos bronches pour éviter les infections (HE d’eucalyptus, lavande, thym)
  • Amusez-vous (bon pour le moral)
  • Renforcez vos défenses immunitaires : vitamines, minéraux, miel…
  • Aérez votre habitation et faites des petits balades
  • Détendez-vous en évitant au maximum le stress
  • Écoutez les besoins de votre corps en terme de sommeil
  • Évitez les contacts proches avec des personnes infectées

Les vitamines et les minéraux indispensables

Les micronutriments sont essentiels pour faire face à l’hiver. Il est donc important de faire le plein de :

  • Magnésium
      • Contribue à réduire la fatigue
      • Où le trouver ? : dans les céréales complètes, les légumes secs, certaines eaux minérales (Contrex, Badoit…) par exemple
      • À savoir : le stress “pompe” les réserves de magnésium
  • Fer
      • En cas de carence (anémie), une fatigue intense se fait ressentir entraînant également l’affaiblissement de nos défenses immunitaires
      • Où le trouver ? : dans la viande blanche et rouge (de préférence maigre), les fruits secs…
      • À savoir : il faut favoriser l’assimilation du fer par l’organisme en associant votre aliment riche en fer à une alimentation riche en vitamine C
  • Zinc
      • Aide à stimuler le système immunitaire de l’organisme et contribue à réduire la fatigue
      • Où le trouver ? : dans les huîtres, le foie, la viande, les crustacés…
      • À savoir : il faut limiter la consommation de caféine car ça diminue son absorption
  • Vitamine B
      • Indispensable dans la production d’énergie et dans le renforcement de nos cellules
      • Où la trouver ? : dans les céréales complètes, les légumes secs, la viande, le poisson, les œufs, le fromage…
      • À savoir : prendre un peu de germes de blé et de levure de bière permet de couvrir les besoins nécessaires
  • Vitamine C
      • Booste nos défenses immunitaires et produit une molécule qui permet de détruire les microbes. Possède également des propriétés antioxydante et facilite l’assimilation du fer
      • Où la trouver ? : dans les fruits et légumes frais, les agrumes, le choux…
      • À savoir : la vitamine étant fragile, il est recommandé de consommer les aliments crus, juste après avoir été préparés et cuire les légumes al dente
  • Vitamine D
      • Accroît les mécanismes de neutralisation des bactéries et favorise la production de substances anti-infectieuses et anti-inflammatoires
      • Où la trouver ? : dans les poissons gras (maquereau, saumon…), le jaune d’œuf…
      • À savoir : 20% de nos besoins sont apportés via notre assiette, le reste est produit par la peau au soleil
  • Acides gras oméga-3
    • Action bénéfique sur le moral, favorise la production d’anticorps et à des propriétés anti-inflammatoires
    • Où les trouver ? : dans poissons gras, les oléagineux, les graines de lin et de chia…
    • À savoir : il est recommandé de consommer du poisson gras 2 à 3 fois par semaine

Des solutions disponibles en pharmacie

Malgré toutes ces bonnes habitudes, vous manquez de peps ? Voici quelques solutions pour vous aider à retrouver la forme !

  • Phytothérapie
    • ginseng, gingembre, valériane, échinacée, spiruline… qui ont des effets anti-fatigue, renforcent nos défenses immunitaires et sont source de vitamines.
  • Phytothérapie
    • La gelée royale : riche en vitamines B et en oligoéléments, permet de lutter contre la fatigue.
    • Le miel : combat les maux de l’hiver (toux, maux de gorge).
  • Les huiles essentielles
    • Le ravintsara : antiviral, antibactérien, il s’attaque aux infections virales et bactériennes, bronchites, grippe et évite aussi la prolifération des bactéries.
    • L’eucalyptus globulus : il combat la fatigue, les infections virales et bactériennes, les encombrements bronchiques, les mucosités, la grippe et les toux grasses.
    • La niaouli : il lutte contre la fatigue, les infections virales et bactériennes, la grippe, les infections respiratoires avec mucosités, les rhinopharyngites, sinusites et les toux grasses.
    • Le citron : antiseptique, il lutte contre les infections bactériennes et virales et aussi la gastroentérite. Stimulant général, il redonne de l’énergie.
  • Les cures de compléments alimentaires
    • Vitamines et minéraux
    • Probiotiques : renforcent la flore intestinale

 

Quand consulter ?

  • Si l’on ne trouve pas de causes évidentes à la fatigue.
  • Lorsqu’un amaigrissement inexpliqué, une perte d’appétit, des idées noires, s’ajoutent à la fatigue.
  • En l’absence d’amélioration après 2 à 3 semaines de cure anti-fatigue.

 

Sources :

 

Mes cheveux en été

Les rayons UV du soleil, le sel ou le chlore de vos baignades abîment vos cheveux pendant l’été. Voici quelques petites astuces pour qu’ils aient bonne mine à la rentrée !

Avant votre départ en vacances

Prendre soin de ses cheveux, ça commence bien avant l’été et surtout quelques jours avant de partir en vacances pour les préparer aux futures agressions.

  • Un mois avant : appliquez un masque capillaire à base d’argile ou d’huiles essentielles adaptées à votre type de cheveux, une fois par semaine

Pour les cheveux colorés, il faut redoubler de vigilance :

  • Une semaine avant :
    • Un cheveu coloré à tendance à s’éclaircir en été, freinez le processus en utilisant des shampoings sans sulfate
    • Renouvelez votre coloration en privilégiant une coloration semi-permanente
    • 30 minutes avant le shampoing, appliquez une huile capillaire sur toute la chevelure 

En vacances

Chaque été, le soleil, le vent et les bains de mer ou en piscine causent des dégâts qui peuvent être importants pour vos cheveux. Adoptez les bons gestes !

  • La journée :
    • Portez un chapeau lors de vos expositions au soleil et appliquez également des spray anti-UV sur vos cheveux pour les protéger
    • Relevez ou attachez vos cheveux pour qu’ils rentrent le moins possible en contact avec l’eau de mer ou le chlore de la piscine
    • Séchez vos cheveux mouillés en les tamponnant doucement avec une serviette
  • En rentrant :
    • Pour éviter de les laver tous les jours, contentez-vous de rincer vos cheveux une première fois à l’eau tiède pour vous débarrasser des impuretés, puis massez-les avec une grosse noix d’après-shampoing avant de les rincer à nouveau
  • Le soir :
    • Appliquez un masque nourrissant, à base de Monoï ou de beurre de karité par exemple, avant le shampoing

À votre retour de vacances

Vos cheveux sont secs et abîmés, il est temps de les chouchouter !

  • 1ère étape, on opte pour une routine réhydratation :
    • 1 shampoing (avec massage du cuir chevelu)
    • 1 après-shampoing ultra-nourrissant
    • 1 masque réparateur à appliquer sur les longueurs (1 à 2 fois par semaine)
    • 1 huile de soin (d’argan, de ricin, d’amande, de jojoba ou même de coco) sans rinçage à poser sur cheveux secs ou humides avant d’aller se coucher (1/semaine)
  • 2ème étape, on booste sa routine avec une huile capillaire à poser avant le shampoing
  • 3ème étape : on effectue un gommage du cuir chevelu pour l’assainir (1 fois par semaine pour ne pas l’irriter)
  • 4ème étape, on passe chez le coiffeur pour couper les pointes abîmées

Le conseil en plus

Pour prendre soin de vos cheveux de façon durable, le mieux c’est d’éviter la laque, le gel et la mousse car ils contiennent des éléments nocifs. Abandonnez également le sèche cheveux et le fer à lisser, qui peuvent accentuer la sécheresse de vos cheveux.

Sources :

Comment avoir un bronzage durable ?

Un bronzage parfait et durable, c’est le rêve de nombreux vacanciers ! Mais ça demande tout de même une certaine préparation et des soins réguliers. Voici les bons gestes à adopter.

Préparer sa peau en amont

Ce n’est pas à la dernière minute qu’il faut préparer sa peau au soleil, mais bien un mois avant ! Lors de cette période de préparation, vous devez vous hydrater régulièrement, c’est-à-dire boire environ 1.5L d’eau par jour, et avoir une alimentation équilibrée. Privilégiez les aliments riches en bêta-carotène et en antioxydants qui stimuleront la production de mélanine, comme par exemple :

  • les carottes,
  • les tomates,
  • les melons,
  • les abricots,
  • les poivrons…

Vous pouvez également faire des cures de compléments alimentaires à base de sélénium et de vitamines A, C et E qui vous permettront de stimuler votre bronzage. Attention, cela ne vous exempte pas des autres gestes !

Pour préparer votre peau, on vous donne la combinaison parfaite :

  • un gommage doux pour éliminer les peaux mortes (1 fois par semaine sur le visage et 2 fois par semaine sur le reste du corps)
  • une crème hydratante visage et corps

Bronzer en toute sécurité

Le soleil nous expose à 2 types de rayons UV :

  • Les UVA : présents toute l’année, ils sont capables de pénétrer profondément dans la peau (responsables du vieillissement cutanée)
  • Les UVB : ce sont eux qui provoquent le bronzage mais aussi les coups de soleil (responsables des cancers de la peau lors d’exposition prolongée)

Lorsque vous bronzez, c’est une réaction de votre peau face à l’agression du soleil. En revanche, il ne faut en aucun cas arrêter de protéger sa peau une fois bronzée !  

La crème solaire n’a jamais empêcher de bronzer ! De plus, elle protège effectivement votre peau contre les rayons du soleil qui peuvent causer des cancers de la peau et accélérer le vieillissement cutané. Il est donc très important d’utiliser une protection solaire adaptée en fonction de votre type de peau, et de la renouveler toutes les 2h.

Les premiers jours, pour habituer votre peau au soleil, il est recommandé d’avoir des expositions courtes et étalées sur la durée. Vous pouvez utiliser de l’autobronzant mais cela ne vous dispense pas de crèmes solaires !

Après chaque exposition, utilisez un après-soleil hydratant et réparateur, pour nourrir votre peau et reconstruire sa barrière protectrice.

Prolonger son bronzage

Pour prolonger au maximum votre bronzage, même après votre retour des vacances, nous vous recommandons de :

  • Continuer à boire suffisamment d’eau et avoir une alimentation saine et variée
  • Continuer d’effectuer votre routine : gommage doux + hydratation (car oui, l’élimination de vos peaux mortes prolonge votre bronzage)
  • Privilégiez, pendant quelques semaines, une épilation électrique au rasoir traditionnel, pour préserver d’avantage vos cellules cutanées
  • Finir votre autobronzant (en l’appliquant 2 fois par semaine) ou d’opter pour des crèmes ou des compléments alimentaires prolongateurs de bronzage, disponibles en pharmacie.

Si vous suivez un traitement, identifiez les médicaments photosensibilisants car ils rendent la peau plus sensible aux rayons du soleil. Informez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Sources :

 

Les coups de soleil

Une exposition au soleil de quelques minutes par jour (environ 20 minutes) permet au corps la fabrication de vitamine D (aussi apportée par l’alimentation). Cependant une exposition intensive au soleil avec une répétition des coups de soleil augmentent le risque de développement de tumeurs cutanées (mélanome). Comment s’en protéger ? Que faire si malgrès tout vous attrapez un coup de soleil ?

Des-remedes-de-grand-mere-pour-soigner-les-coups-de-soleil_width1024

L’exposition au soleil : oui mais à petites doses

Une exposition au soleil de quelques minutes par jour (environ 20 minutes) permet au corps la fabrication de vitmaine D (aussi apportée par l’alimentation). Cependant une exposition intensive au soleil avec une répétition des coups de soleil augmentent le risque de développement de tumeurs cutanées et surtout de mélanome. On sait aujourd’hui que l’exposition au soleil pendant l’enfance est la principale cause de mélanome chez l’adulte. En effet, jusqu’à la puberté la peau des enfants est encore fine et immature donc pas encore apte à se défendre des rayons UV.

Quelle protection pour prévenir les coups de soleil ?

Utilisez une crème solaire anti UVA et UVB dont le Facteur de Protection Solaire (FPS) est de 25 au minimum pour le corps et d’au moins 50 pour les enfanst ainsi que pour le visage. Cette crème doit être adaptée à votre phototype et aux conditions d’ensoleillement. Étendez-la en couche épaisse 30 minutes avant de vous exposer, et renouvelez l’application toutes les deux heures. N’oubliez pas de remettre de la crème après la baignade ou après une activité physique intense.

Si vous devez rester longtemps au soleil, une protection avec des vétements est indispensable (les couleurs sombres assurent une meilleure protection).

Demandez conseil à votre pharmacien si vous avez un peau particulièrement sensible qui ne supporte à peine le soleil.

Pour les bébés :

Les bébés de moins d’un an ne doivent pas rester exposés au soleil. Protéger le à l’ombre avec un chapeau ainsi que des vétements.

Autres précautions…

  • Portez des lunette de soleil avec des filtres anti-UV.
  • Évitez l’exposition au soleil entre 12 heures et 16 heures car l’intensité des rayons ultraviolets est alors maximale.
  • Redoublez de vigilance si les circonstances comportant un risque supplémentaire : vent frais, couverture nuageuse faible, sol réfléchissant (neige, sable, eau), altitude.
  • Prenez garde aux médicaments, parfums ou déodorants pouvant causer une photosensibilité de la peau (demandez conseil à votre pharmacien).
  • Ne recourez pas au bronzage artificiel! Il augmente le risque de mélanome (risque accru de 75% chez les personnes ayant commencé à s’exposer aux UV artificiels avant 30 ans).
  • Une consultation annuelle chez un dematologue est fortement recommandée, surtout si vous avez une peau sensible et beaucoup de grains de beauté.

Que faire si vous avez un coup de soleil ?

Un coup de soleil ou érythème actinique est une brûlure causée par une exposition de la peau au rayonnement du soleil. On le distingue de l’allergie solaire.

La plupart du temps, les coups de soleil se soignent simplement avec des crèmes à application locale afin de réhydrater la peau et diminuer l’inflammation.

Ne vous exposez jamais si votre coup de soleil n’est pas guéri.

Enfin prenez l’habitude de surveiller votre peau régulièrement. Soyez attentifs aux grains de beauté dont la forme, la couleur, l’aspect, changent et à toute nouvelle tâche brune ou rougeâtre qui apparaît. Si tel est le cas, consultez votre médecin traitant qui vous orientera si besoin vers un dermatologue.

Les fortes chaleurs

Les fortes chaleurs arrivent et chacun de nous peut voir son corps mis à rude épreuve. Quels sont les risques pour la santé lorsque le température est au plus haut ? Comment se protéger durant l’épisode de canicule ?

canicule

On pourra observer un risque accru de problèmes de santé lorsque :

  • la température est très élevée et ne redescend pas la nuit en dessous de 18-20°C
  • la chaleur dure depuis plusieurs jours
  • les premières chaleurs se font sentir, car le corps n’est pas encore habitué aux températures élevées

Quels sont les risques liés aux fortes chaleurs ?

  • La chaleur entraîne une grande fatigue
  • Elle peut entraîner des accidents graves et même mortels, liés à la déshydratation ou aux coups de chaleur (l’insolation est une forme mineure de coup de chaleur)
  • La pollution de l’air et l’humidité aggravent les effets liés à la chaleur
  • La chaleur peut aggraver des maladies préexistantes
  • Les médicaments peuvent aggraver les effets de la chaleur. Veillez à demander conseil à votre pharmacien qui saura vous conseiller
  • Selon l’âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs. Lorsque l’on est âgé, le corps transpire peu et il a donc du mal à se maintenir à 37°C. C’est pourquoi la température du corps peut alors augmenter : on risque le coup de chaleur, l’hyperthermie (température supérieure à 40°C)
  • En ce qui concerne l’enfant et l’adulte, le corps transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température. Mais, en conséquence, on perd de l’eau et on risque la déshydratation

Que faire en cas de fortes chaleurs ?

Des gestes simples permettent d’éviter les accidents. Il faut se préparer AVANT les premiers signes de souffrance corporelle, même si ces signes paraissent insignifiants. Si vous êtes sensible lorsque le mercure monte, assurez-vous que vous disposez d’un brumisateur, d’un ventilateur et d’un thermomètre médical.

Si vous connaissez des personnes âgées, handicapées ou fragiles qui sont isolées, incitez les à s’inscrire sur la liste de la mairie afin de recevoir de l’aide de bénévoles pendant une vague de chaleur.

Durant la vague de chaleur, le but est d’essayer de maintenir le corps au frais afin d’éviter des problèmes de santé. Voici quelques conseils :

Rafraîchir son habitation

  • Fermez les volets et les rideaux des façades exposées au soleil et ne les ouvrez que lorsque la température extérieure est supérieure à la température intérieure
  • Ouvrez les fenêtres tôt le matin, tard le soir et la nuit
  • Provoquez des courants d’air dans tout l’habitat dès que le temps se rafraîchit

Se rafraîchir

  • Prenez régulièrement dans la journée des douches ou des bains frais, sans vous sécher
  • L’utilisation d’un ventilateur et d’un brumisateur simultanément est plus efficace : brumisez d’abord les parties découvertes puis ventilez les parties mouillées
  • Portez des habits amples, légers et clairs. Préférez le coton, qui laisse passer l’air et absorbe la transpiration
  • Restez à l’intérieur de votre habitat dans les pièces les plus fraîches et au mieux, dans un espace rafraîchi (réglez votre système de rafraîchissement 5 °C en dessous de la température ambiante)
  • En l’absence de système de rafraîchissement, passez au moins 2 ou 3 heures par jour dans un endroit frais : grands magasins, cinémas, lieux publics…

Se désaltérer

  • Buvez régulièrement et sans attendre d’avoir soif, au moins 1 litre et demi à 2 litres par jour
  • Attention aux boissons telles que l’alcool qui altèrent les capacités de lutte contre la chaleur et favorisent la déshydratation, ou bien les boissons à forte teneur en caféine (café, thé, colas) ou très sucrées (sodas) car ces liquides augmentent la sécrétion de l’urine
  • Sachez aussi que beaucoup de fruits (melons, pastèques, prunes, raisins, agrumes) et de crudités (concombres, tomates) contiennent une grande quantité d’eau
  • Limitez au maximum votre activité physique
Faites particulièrement attention si vous appartenez à la catégorie des personnes à risque, qui sont :
  • les personnes âgées de plus de 65 ans
  • les nourrissons et les enfants (notamment âgés de moins de 4 ans)
  • les travailleurs manuels (exerçant notamment à l’extérieur) et les personnes pratiquant une activité sportive en plein air
  • les personnes alitées ou sédentaires

Veillez à bien vous hydrater tout au long de la journée. En cas de grossesse, la protection contre la chaleur, une bonne hydratation et l’humidification/ventilation de la peau sont particulièrement importantes.

Quels sont les signaux d’alerte et que faire en cas d’apparition de ceux-ci ?

Si :

  • Vous avez des bouffées de chaleur et une transpiration excessive

  • Vous avez les urines foncées ou vous n’urinez plus depuis 5h

    ⇒ Boire immédiatement, même en l’absence de soif, et durant toute la journée. Maintenez une alimentation saine.

  • Vous avez des crampes

  • Vous ressentez fatigue, faiblesse et/ou insomnie inhabituelle

  • Vous avez des maux de tête et/ou nausées après une exposition directe au soleil

    ⇒ Cessez toute activité pendant plusieurs heures, reposez-vous dans un endroit frais, et buvez. Appelez un médecin si les symptômes s’aggravent ou persistent plus d’une heure.

  • Vous ressentez une fatigue extrême

  • Vous avez des vertiges ou maux de tête violents

  • La personne tient des propos incohérents

  • Il y a perte de connaissance

    ⇒ Appelez le 15 ou contactez votre médecin généraliste si vous ressentez l’un des symptômes ci-dessous.

Le vieillissement cutané

Le vieillissement de la peau est un processus naturel qui se produit chez tous les individus. Si ce phénomène naturel est génétiquement programmé, il est accéléré par certains facteurs environnementaux. Quels sont-ils ? Comment prévenir le vieillissement cutané ?

Signes et facteurs du vieillissement cutané

La peau est soumise au vieillissement et cela entraîne des changements notamment au niveau du visage où le vieillissement cutané se manifeste par :

  • Des rides qui apparaissent puis s’intensifient
  • Une perte d’élasticité et de fermeté
  • Un assèchement
  • L’apparition de petits vaisseaux dilatés et de taches brunes
  • Un teint plus pâle, moins éclatant.

Le vieillissement cutané est génétiquement déterminé, c’est un processus inévitable. Cependant, certains facteurs environnementaux accélèrent ce processus, et les identifier permet de mieux les éviter. Parmi les facteurs qui accélèrent le vieillissement de la peau on trouve :

  • Le soleil, ou plus précisément ses rayons UV (tout comme les rayons UV artificiels) qui fragilisent les cellules de la peau et accentuent ainsi les signes du vieillissement cutané.
  • Le tabac a une action nocive sur la peau en altérant notamment l’acide hyaluronique ou l’élastine par exemple, qui sont des molécules entrant dans la composition du derme (c’est le tissu de soutien de la peau, il s’agit de la couche de la peau se situant sous l’épiderme)
  • La pollution accélère également le vieillissement de la peau, notamment en baissant son hydratation
  • Le stress est également identifié comme un facteur de vieillissement cutané, en augmentant la production de radicaux libres (il s’agit de molécules oxygénées instables qui s’attaquent aux cellules et provoquent ainsi des dégâts au niveau des tissus)
  • La déshydratation est un facteur important dans l’apparition des rides, ces dernières seront plus marquées si la peau est déshydratée.

Prévenir le vieillissement de la peau

Certains conseils sont bons à suivre afin d’éviter les facteurs précédemment évoqués et ainsi atténuer les effets visibles du vieillissement :

  • Adoptez un mode de vie sain :
  • Ayez une alimentation variée et équilibrée, en consommant des fruits et légumes notamment
  • Buvez de l’eau en quantité suffisante (on recommande 1,5 litres par jour)
  • Évitez le tabac
  • Ne pas négligez votre sommeil
  • Pratiquez une activité physique, cela favorise la bonne oxygénation des tissus, de plus la pratique d’un sport a un effet bénéfique sur le stress (qui est, rappelons-le, un des facteurs du vieillissement)
  • Évitez de trop vous exposer au soleil, utilisez une crème solaire présentant une protection contre les UVA et UVB. En parallèle, il est préférable que la crème de jour que vous utilisez offre une protection solaire.
  • Prenez soin de votre peau en limitant les agressions extérieures (vent, froid, chaleur, changement de température…) et en utilisant des produits adaptés : gommages, soins hydratants, démaquillants, sérums, contour des yeux, masques. Demandez conseil à votre pharmacien.

Sources :