Les nombreuses vertus du miel !

Manger du miel est bon pour la santé !

Si le miel est un délice pour les papilles, ses vertus sont également reconnues depuis des milliers d’années ! Nombreux sont les peuples qui le considéraient comme « la substance des dieux » et qui voyaient en lui un véritable élixir de longue vie. Au fil du temps, le miel est devenu un aliment synonyme de bonne santé, et c’est encore le cas aujourd’hui !

Le saviez-vous ? Tous les miels sont différents ! Leur goût, leur couleur, leur parfum et leurs propriétés dépendent de nombreux facteurs : les plantes butinées, le type d’abeille productrice, l’origine géographique, le nectar (ou miellat), mais aussi la saison !

Aujourd’hui, il existe des dizaines de variétés de miel. Si les plus connus et plus vendus sont à base d’acacia, de lavande, de tilleul, de fleurs sauvages ou de sapin, d’autres commencent à connaître leur petit succès, dont le miel d’oranger, de ronce, de rhododendron, de tournesol, de romarin, de carotte ou encore de thym !

Quel que soit le type de miel, ils possèdent tous des propriétés tonifiantes, antiseptiques et cicatrisantes. Certains miels sont également préconisés dans le traitement d’affections particulières. Par exemple, le miel de sapin est conseillé aux personnes souffrant d’insuffisance rénale ou d’inflammation des voies respiratoires. Si vous souffrez d’insomnies, le miel de tilleul est particulièrement recommandé ! 

Quels sont les bienfaits du miel sur la santé ?

1. C’est un puissant antibactérien

Son PH acide, sa faible concentration en protéines, son fort taux de sucre et sa faible teneur en eau créent des conditions inadaptées à la prolifération des bactéries. C’est pourquoi le miel est également utilisé comme cicatrisant : en empêchant le développement des bactéries, il permet au tissu cutané de se régénérer et donc aux plaies de bien cicatriser.

2. Il possède des propriétés antioxydantes

Le miel contient une grande quantité de flavonoïdes, qui sont reconnus pour leur action antioxydante ! En neutralisant les radicaux libres, ils auraient un effet bénéfique pour prévenir certains cancers, mais aussi certaines maladies cardiovasculaires ou neurodégénératives. Le saviez-vous ? Plus le miel est foncé, plus il sera riche en antioxydants ! 

3. Il renforce le système immunitaire

Riche en minéraux et vitamines, le miel est un allié de choix pour renforcer vos défenses immunitaires et lutter contre certaines infections microbiennes et virales ! 

4. C’est un anti-inflammatoire notable

Grâce à ses propriétés anti-microbiennes et anti-inflammatoires, le miel est très efficace pour soulager la toux et les maux de gorge. Quelques cuillères à café dans une tasse d’eau chaude ou dans une infusion apaiseront rapidement et durablement les irritations respiratoires !

5. Il possède des propriétés digestives

Grâce au fructose qu’il contient, le miel joue un rôle de laxatif naturel, faisant de lui l’ami de votre transit ! Il est très efficace pour traiter certaines infections de l’estomac et de l’intestin, notamment les inflammations ou les ulcères gastriques, mais aussi les constipations passagères.

En plus de toutes ses vertus pour notre santé, le miel peut se consommer sous une multitude de formes et se marie parfaitement avec de nombreux aliments : une cuillerée à café de miel dans votre tisane du soir, dans un yaourt, sur du pain grillé ou dans vos vinaigrettes, et le tour est joué ! 

Attention, si le miel est bon pour la santé et peut soulager de nombreux maux, il est conseillé d’en consommer avec modération ! Gardez en tête que même naturel, le miel reste un sucre. Assurez-vous également de choisir un miel de qualité pour profiter de toutes ses propriétés nutritionnelles et médicinales !

Le miel peut se manger avec de nombreux aliments !

Sources : 

https://bit.ly/2NdWjcS

https://bit.ly/2M2v6sO

https://bit.ly/2NJOBH1

https://bit.ly/2Zy0Ucl

https://bit.ly/2Ztvjbw

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La schizophrénie, une maladie encore méconnue !

Parlons de la schizophrénie

En France, la schizophrénie touche environ 600 000 personnes, soit 0,7 % de la population. Des études démontrent que cette maladie touche surtout les jeunes, de toutes origines sociales. Les troubles psychiatriques débutent généralement entre 15 et 25 ans et évoluent jusqu’à la fin de leur vie.

Selon l’INSERM, 1 patient sur 2 fera au moins une tentative de suicide au cours de sa vie et 10 % en décéderont. C’est pourquoi une prise en charge et un traitement adaptés sont importants pour prévenir la sévérité de la maladie.

Alors, qu’est-ce que la schizophrénie ?

C’est en 1911 que le psychiatre suisse, Eugen Bleuler, a utilisé pour la première fois ce terme. Étymologiquement, le mot schizophrénie signifie « maladie de la scission de l’esprit ».

La schizophrénie est une maladie mentale chronique qui se caractérise par de nombreux troubles psychologiques qui peuvent varier d’une personne à l’autre : distorsions de la pensée, des perceptions, des émotions, du langage, du sentiment de soi ou encore du comportement.

Très complexe, cette maladie est décrite par de nombreux spécialistes comme étant l’une des plus mystérieuses de la psychiatrie, mais aussi l’une des plus sévères.

Quels sont les causes et les symptômes ?

Même si de nombreuses théories sont à l’étude dans les instituts de recherche, aucune d’entre elles n’a pu confirmer de manière certaine que la schizophrénie puisse être liée à des origines neurologiques, hormonales, génétiques ou cérébrales. Les causes de la maladie restent donc encore mal connues.

Les symptômes peuvent se caractériser par des troubles de la mémoire, une perte d’énergie, des idées délirantes, des hallucinations, des baisses de l’attention, des troubles du comportement alimentaire, de la bipolarité, de la dépression, de l’anxiété,…

Si les symptômes les plus impressionnants sont les délires et les hallucinations, les difficultés cognitives rencontrées par les malades sont les plus handicapantes, car elles entraînent souvent une exclusion sociale des personnes atteintes.

Les conséquences de la schizophrénie

Les conséquences de la schizophrénie sont chaotiques et très handicapantes pour les patients qui en souffrent.

Dans la majorité des formes de la schizophrénie, l’accumulation des différents symptômes conduit souvent les malades à l’isolement social, ce qui peut avoir des conséquences non négligeables sur leur vie.

Comme expliqué précédemment, un patient sur deux fera une tentative de suicide au cours de sa vie. C’est pourquoi l’espérance de vie des personnes atteintes par cette maladie est réduite de 10 ans par rapport au reste de la population.

Les schizophrènes sont souvent perçus comme des personnes pouvant être dangereuses pour les autres. C’est une idée reçue ! Si certains patients peuvent parfois faire preuve de violence lors d’une crise, elle est généralement dirigée vers eux-mêmes et non vers les autres.

Quelles sont les formes de schizophrénie ?

Comme de nombreuses maladies mentales, la schizophrénie peut prendre différentes formes. Les psychiatres en dénombrent quatre : la schizophrénie paranoïde, dysthymique, hébéphrénique et catatonique. Les troubles psychiatriques dus à la schizophrénie évoluent tout au long de la vie des personnes qui en souffrent, ce qui explique pourquoi ils peuvent passer d’une forme de la maladie à une autre selon les périodes.

Dans les formes de schizophrénie paranoïde et dysthymique, les malades ont des périodes délirantes, alors que dans les formes hébéphréniques, les troubles les plus fréquents sont le retrait social et le syndrome dissociatif.

La forme catatonique est reconnue comme étant la plus grave. Les symptômes corporels et le déficit cognitif (comme l’indifférence affective ou le mutisme) entraînent souvent l’exclusion sociale. Les traitements mis en place pour soigner cette forme de la maladie sont très longs et difficiles, car ils ont pour but d’aider les patients à maintenir une alimentation et à conserver une vie sociale.

Comment aider et soigner les patients atteints de schizophrénie ?

L’approche de la schizophrénie, de son diagnostic, de son traitement ainsi que l’accueil des malades se fonde essentiellement sur l’expérience qu’ont acquis les médecins et les soignants au fil des années.

Un des problèmes rencontrés par les patients est lié à un manque d’informations sur leur maladie. Le Dr Pierre de Maricourt, chef de service de psychiatrie au centre hospitalier Sainte-Anne, explique que « cette pathologie est tellement stigmatisante, que cela retarde parfois l’entrée en soin des patients (…) Souvent, c’est lors d’une première crise, extrêmement brutale, que le patient entre dans le parcours de soins. »

La première étape pour aider les personnes atteintes de schizophrénie consiste donc à diagnostiquer la maladie. La seconde étape concerne l’acceptation de la maladie par le patient. Si cette phase est souvent très difficile pour le malade, ce n’est qu’à partir de là qu’il pourra commencer un traitement qui combine généralement des médicaments (neuroleptiques par exemple), la psychothérapie et l’accompagnement social.

Aujourd’hui, une rémission durable est possible chez un tiers des patients si la prise en charge du malade est adaptée.

Les troubles cognitifs sont une des conséquences de la schizophrénie

 

Sources :

https://bit.ly/2MZmu73
https://bit.ly/3rTBG4f
https://bit.ly/2ZjGCmQ
https://bit.ly/3jPlRJ3
https://bit.ly/2NbhWdz