Les bienfaits de la musique sur la santé

Au travail, dans la voiture, dans les transports en commun ou à la maison, la musique nous accompagne au quotidien et dans toutes nos activités. Considérée comme un loisir ainsi qu’une source de plaisir indéniable, la musique a également des impacts bénéfiques sur notre santé, et ceci à plusieurs niveaux.

La musique au quotidien

 

  • La musique comme anti-stress

La musique agit de façon intéressante sur notre cerveau et sur notre corps puisqu’elle permet de détendre les muscles, et de réduire le stress. Selon certaines études scientifiques, la musique aurait parfois les mêmes effets que les anxiolytiques, des médicaments contre l’anxiété. Elle a, selon le rythme et la personne, la capacité de diminuer le rythme cardiaque élevé dû au stress.

  • La musique comme source de motivation et de plaisir

La musique que nous aimons agit directement sur notre taux de dopamine, l’hormone du plaisir. Considéré par notre cerveau comme une récompense, la musique devient une véritable source de bien-être, mais également de motivation puisque le plaisir pousse souvent à des poussées d’adrénaline qui boostent la détermination !

  • La musique pour booster la créativité

La musique stimule notre cerveau, et permet ainsi de décupler notre créativité. Au-delà de l’influence même du son sur notre organisme, le rythme, l’instrument de la chanson, ou les paroles peuvent également être une source d’inspiration importante propice à la créativité.

La musique et les maladies chroniques

 

  • La musicothérapie et l’Autisme

Des études récentes dans le domaine psychologique ont montré que l’usage de la musicothérapie auprès d’enfants autistes était bénéfique pour les aider à développer des émotions et des réactions. Pour certains enfants autistes, la musique agit comme un autre langage, plus abstrait, qui fait office de passerelle pour dialoguer avec d’autres individus. Auprès d’autres enfants, la musique devient un langage logique, de notes, de tons, de nuances sonores qu’ils appréhendent mieux et plus vite que le langage oral humain.

  • Apaiser les douleurs

Comme nous avons pu le constater, la musique agit sur notre cerveau et notre rythme cardiaque, en plus de réduire le stress. Dans certains cas, elle pourrait réduire certaines douleurs chroniques ou passagères, qui peuvent causer une hausse du stress. La musique, en détournant l’attention du cerveau sur autre chose, permettrait de réduire ces douleurs.

  • Déclin cognitif

Selon les études sur les bienfaits de la musique sur notre cerveau, il est confirmé que les personnes qui pratiquent de la musique de façon régulière et sur une période longue (plusieurs années), ont un déclin cognitif plus minimal que les non-musiciens. En effet, la pratique de la musique influence et entraîne certaines aires du cerveau spécialisées dans la mémorisation. Chez les musiciens, les pathologies du type maladie d’Alzheimer sont moins nombreuses.

La musique et le cerveau humain

 

  • Concentration

Ecouter de la musique lors d’une session de travail, de révisions, ou d’activités pratiques permet d’être plus productif, car elle nous aide à nous concentrer. En effet, la musique stimule le cerveau, mais elle permet également à celui-ci de se concentrer sur la mélodie. Cette dernière occulte les perturbations extérieures, et dispense une meilleure concentration sur l’objet de votre attention : un travail, un cours, une partition de musique, un livre etc.

  • Mémorisation

Comme nous avons pu le constater avec le déclin cognitif, la pratique de la musique entraîne certaines aires cérébrales, comme l’hippocampe, responsable de la mémorisation. La répétition régulière de morceaux de musique permet d’entraîner de façon rigoureuse l’aire cérébrale de la mémorisation. En plus de cela, la concentration qu’apporte la musique permet également de booster l’apprentissage d’un cours par exemple.

La musique nous accompagne tous les jours, presque partout. Il est plus sage d’adapter le style de musique à l’ambiance recherchée, et de l’écouter à volume modéré pour ne pas endommager les tympans.

 

Sources:

 

 

Comment lutter contre les moustiques et les piqûres ?

L’été et la chaleur reviennent, accompagné de l’habituel fléau que sont les moustiques. Nous ne sommes pas tous égaux face à ces insectes, car certaines personnes les attirent plus que d’autres ! Contrairement aux idées reçues, les moustiques ne nous repèrent pas grâce à la lumière, ou ne sont pas attirés vers nous selon le taux de sucre dans le sang, mais grâce à notre odeur corporelle, plus forte en été, et grâce à notre chaleur.

Échapper aux moustiques

Il existe quelques solutions pour vous protéger des moustiques et éviter les piqûres désagréables, voire les fortes réactions allergiques. Alors que le moustique tigre prospère de plus en plus en France, il devient de plus en plus important de se parer contre les piqûres !

  • Porter des vêtements amples : avec des vêtements amples, les moustiques auront davantage de mal à vous piquer.
  • Avoir une bonne hygiène corporelle : attirés par notre odeur corporelle, si vous souhaitez éviter les moustiques, il est sage de se doucher régulièrement !
  • Eviter les endroits où de l’eau stagne : c’est connu, l’eau attire les moustiques ! Il est de bon usage d’éviter de se tenir près des fontaines à oiseaux ou des étangs par exemple.
  • Utiliser des répulsifs :

> Huiles essentielles : certaines huiles essentielles comme la citronnelle sont très efficaces contre les moustiques. Vous pouvez la faire diffuser dans l’air, ou en appliquer sur vos poignets et chevilles.

> Sprays anti-moustiques : il existe de nombreux répulsifs en pharmacies qui sont également efficaces contre les moustiques, et parfois plus adaptés que les huiles essentielles. Il est conseillé de demander l’avis d’un pharmacien pour éviter les réactions allergiques à ces produits.

> Répulsifs anti-moustiques pour vêtements : des répulsifs spéciaux pour vêtements existent également, ils sont pratiques pour imbiber les vêtements d’une protection à toute épreuve !

> Moustiquaire : qu’elle soit imbibée d’insecticide ou non, la moustiquaire est une protection bienvenue la nuit pour laisser vos fenêtres ouvertes et avoir un peu d’air. Des moustiquaires spéciales pour les berceaux des bébés existent également et permettent de protéger les jeunes enfants.

> Ventilateur : provoquant de l’air, le ventilateur peut être une aide pour vous protéger des moustiques la nuit ou la journée. Ils auront davantage de mal à voler autour de vous. Placer face à une fenêtre, il peut également empêcher l’entrée de ces insectes redoutés.

Soulager les piqûres

Malgré vos tentatives vous êtes piqués ? Rien n’est plus désagréable que ces boutons qui grattent terriblement. Lorsque nous sommes piqués par un moustique, notre organisme se met en alerte contre la salive de celui-ci, et envoie de l’histamine pour se défendre, ce qui provoque des démangeaisons. Un gonflement rempli d’eau se forme, et donne les fameux boutons que l’on connaît. Comment les soulager ?

  • Ne pas percer le bouton : c’est une très mauvaise idée, car le bouton en question ne contient rien de nocif, ce n’est que votre corps qui se protége, et chercher à le percer pourrait au contraire provoquer une infection.
  • Appliquer du vinaigre de cidre : sur une compresse ou un coton, le vinaigre apaisera immédiatement les pires démangeaisons grâce à ses vertus antiseptiques.
  • Utiliser de l’huile essentielle de lavande : selon votre peau, l’huile essentielle de lavande peut être un moyen efficace d’apaiser les boutons.
  • Apaiser avec du bicarbonate de soude : dissout dans de l’eau et appliqué sur la peau, le bicarbonate a également des vertus apaisantes et antiseptiques qui sauront vous empêcher de gratter vos boutons.
  • Cueillir du plantain : si par chance vous possédez un plant dans votre jardin, n’hésitez pas à en cueillir quelques feuilles et à les frotter sur vos boutons. Cette plante est un antihistaminique naturel !
  • Prendre des antihistaminiques : ce médicament, disponible en pharmacie, réduit le taux d’histamine, responsable des démangeaisons. Il permettra de vous apaiser en cas de réactions allergiques plus importantes que d’habitude.
  • Ne pas gratter le bouton : il vaut mieux éviter de gratter vos boutons, car plus vous grattez, plus ça gratte. En plus de cela, vous risquez d’aider les bactéries à passer la barrière de la peau, et cela causera des infections !

En cas de réactions trop importantes, il est bon d’aller directement chez un médecin ou de demander conseil à votre pharmacien

 

Sources: