Les infections urinaires et cystites

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Une infection urinaire est une infection pouvant toucher différentes parties des voies urinaires: l’urètre (canal qui part de la vessie dans lequel s’écoule l’urine), la vessie (réservoir de l’urine), les reins.

La cystite est une infection touchant la vessie. Des bactéries intestinales, le plus souvent Escherichia coli, vont passer du colon à l’urètre, jusque dans la vessie où elles vont se multiplier. Elle s’accompagne toujours d’une infection de l’urètre, appelée urétrite. La cystite est beaucoup plus fréquente chez les femmes.
Si au moins quatre épisodes infectieux ont lieu dans l’année, on parle de cystite récidivante.

Les germes mis en cause sont le plus souvent les bactéries E. coli. Elles possèdent des pilis, ce sont de petites structures qui vont permettent aux bactéries d’adhérer sur les parois de la vessie.

Quels sont les symptômes d’une cystite ?

Si vous présentez de façon brutale :

  • une brûlure à la miction (c’est à dire à l’émission d’urine),
  • une envie fréquente d’uriner même parfois sans réel besoin,
  • des urines troubles, malodorantes, qui contiennent parfois du sang,
  • une sensibilité ou un poids dans le bas du ventre,

alors vous avez peut-être une cystite !

Situations et facteurs de risque :

  • La cystite, pas ou mal traitée, peut évoluer vers une inflammation plus grave des reins, appelée une pyélonéphrite. Les symptômes sont alors une fièvre, des frissons et une douleur dans le bas du dos.
  • Les cystites sont fréquentes chez les jeunes femmes, lors des premiers rapports sexuels, ou chez les femmes ayant une activité sexuelle intense et fréquente après une période d’abstinence (appelée aussi la cystite de la lune de miel)
  • Chez la femme enceinte, l’infection peut se propager plus vite au niveau des reins et entraîner un accouchement prématuré.
  • Les infections urinaires chez les enfants nécessitent un traitement immédiat. Les reins peuvent facilement être atteints, créant des lésions définitives. Une recherche d’éventuelles anomalies des voies urinaires (urines remontant dans le rein par exemple) doit être effectuée.
  • Chez l’homme, on rencontre des urétrites, souvent dus à une infection sexuellement transmissibles (IST).

Traitement général des infections urinaires bénignes : cystite, urétrite

Antibiotiques

Ces traitements nécessitent une prescription médicale. Lors d’une consultation, un test sur bandelette urinaire est effectué pour détecter la présence de leucocytes et de nitrites dans les urines. Si le test est positif, une antibiothérapie sera prescrite. On utilise un traitement minute (en une seule prise) ou de courte durée.
Habituellement, les symptômes disparaissent en 24 à 48h.

Il est important de ne pas négliger une infection urinaire et de la traiter rapidement. Une pyelonéphrite peut se développer nécessitant un traitement plus lourd voire en urgence.
Si vous ne voyez aucune amélioration même après un traitement antibiotique, consultez de nouveau votre médecin, il se peut que ce soit des bactéries résistantes.

Phytohérapie :

Le jus de canneberge, cranberry en anglais, peut être utilisé en traitement complémentaire, pour lutter contre les infections urinaires.La canneberge (vaccinium macrocarpon) contient des molécules capables d’inhiber les pilis d’E. Coli : ce sont les proanthocyanidines (ou PAC). Les bactéries ne peuvent donc plus adhérer aux parois de la vessie et sont éliminées avec les urines.

canneberge

L’Afssaps recommande une dose de 36mg de PAC/ jour à prendre en deux fois, matin et soir, car la canneberge s’élimine en 10 à 12 heures. Des cures sont proposées sous forme de gélules, de comprimés effervescents ou de sachets à mélanger dans un verre d’eau.La canneberge peut également être utilisée en prévention pour éviter les récidives.

Prévention

En règle général, il est important de boire suffisamment dans la journée et d’aller régulièrement aux toilettes afin d’éviter à l’urine de stagner dans la vessie et donc aux bactéries de se développer.Pendant la durée de traitement, éviter certaines boissons qui irritent la vessie comme la caféine, l’alcool, le jus d’orange ou de pamplemousse.Il est important de rétablir également la flore intestinale, puisque les infection urinaires y sont liées.

Chez l’homme :

  • toujours utiliser un préservatif lors d’un rapport anal
  • soigner une hypertrophie de la prostate ou prostatite ( inflammation de la prostate)

Chez la femme :

  • avoir un bonne hygiène intime avec des produits adaptés, se laver trop souvent peut entraîner une irritation
  • aux toilettes, s’essuyer d’avant en arrière, par tamponnement doux
  • éviter les tampons volumineux qui compriment l’urètre et empêchent l’élimination correcte de l’urine,
  • éviter les pantalons trop serrés et préférer des sous-vêtements en coton plutôt que des synthétiques
  • uriner après les rapports sexuels
  • lutter contre les constipations ou diarrhées
  • Les infections génitales, leucorrhées, infections à Chlamydia sont de possibles facteurs de risque

Sources:

  • Assurance Maladie www.ameli-sante.fr
  • www.passeportsante.net
  • www.pharmasite.fr
  • Photo by Andrew Yee sur Flickr http://www.flickr.com/photos/halfchinese/305095614/