maxresdefault (1)

Journée européenne de la dépression 2016

Ce vendredi 21 octobre 2016 marque la 13ème édition de la Journée Européenne de la Dépression.

En France, l’association France-Dépression souhaite sensibiliser, comme chaque année, à cette maladie qui touche environ 3 millions de personnes. Une maladie qui empêche de parler, de rire, de manger, provoquant des troubles du sommeil chez le patient, une baisse de l’appétit, de libido voire un début d’addiction à certaines drogues. Cette maladie, c’est la dépression.

Déprime ou dépression ?

DEPRESSION

Selon France-Dépression, Association Française contre la dépression et les troubles bipolaires, plus de 300 millions de personnes dans le monde souffrent de ce trouble grave de l’humeur. La France compte près de 3 millions de patients dépressifs. Les psychologues estiment que 9 millions de patients en France ont vécu ou vivront ce syndrôme dépressif à un moment ou l’autre de leur vie, ce qui représente 19% de la population.

Sabrina-Philippe-psychologue-Post-attentats-comment-continuer-de-vivre-sans-avoir-peur
Sabrina Philippe, psychologue et enseignante

Sabrina PHILIPPE, psychologue, enseignante à la Faculté Catholique de Paris et chroniqueuse pour Le Grand Direct de la Santé sur Europe 1, nous apporte des éléments de réponse sur cette maladie lors de son interview sur la chaîne radio : « la déprime reflète un moment passager suite à un coup dur, communément appelé “coup de blues”.

La dépression concerne quant à elle une situation plus complexe qui nécessite une prise en charge rapide par les professionnels de santé : elle se manifeste différemment d’un individu à l’autre, et les symptômes sont très souvent plus violents que la déprime. Le patient malade interprète négativement son environnement externe : il perçoit le conseil comme un reproche, les résultats négatifs, bien que minimes, comme plus importants que la réussite (déni du propre potentiel). La perte de confiance en soi et en l’avenir est significative, et ce, malgré les nouvelles positives qui peuvent lui être annoncées. Cette anxiété permanente pourra, dans certains cas, entraîner un début d’addiction (alcool, cigarette etc).

La journée européenne de la dépression, qui existe depuis 2003, concerne aussi bien le grand public que les professionnels de santé. Son but est de sensibiliser le grand public à cette cause, en fournissant des informations indispensables pour permettre la compréhension des symptômes de la maladie. Le Ministère de la Santé insiste sur l’importance de la reconnaissance de ce problème social et de sa prise en charge.

L’Association France-Dépression intervient aussi bien auprès des professionnels de santé que des patients. Elle met à disposition du grand public un site Internet (www.france-depression.org) avec toutes les informations utiles et une plateforme d’écoute téléphonique. Elle organise 3 fois par mois des groupes de parole entre patients. Des entretiens individuels sont également envisageables sur rendez-vous dans plusieurs départements de France.

Les facteurs qui provoquent la dépression

Plusieurs facteurs peuvent précipiter un individu dans la dépression : la perte d’un proche, un accident traumatisant, une enfance difficile, etc.

L’association a identifié de son côté trois périodes de la vie où des fragilités peuvent apparaître.

CHEZ LES ADOLESCENTS ET JEUNES ADULTES :

Jean-Pierre Olié, Professeur de psychiatrie à la faculté Paris-Descartes et membre de l’Académie de Médecine, souligne que le diagnostic de dépression chez l’adolescent est particulièrement difficile à effectuer du fait de la part des troubles du comportement dans les symptômes de l’épisode dépressif. De plus, l’adolescent est moins enclin à consulter et à se soigner que l’adulte : on ne tombe pas malade à cet âge de la vie !

CHEZ LES JEUNES MAMANS

Mal dépistée et par conséquent sous-estimée en France, la dépression, qu’il faut savoir différencier du baby blues, surviendrait pourtant chez 10 à 15% des femmes après l’accouchement, rappelle le Professeur Catherine Massoubre pour France-Dépression.

CHEZ LES SENIORS

« On n’a plus vraiment le goût de vivre. On vit parce que c’est l’habitude » témoigne une dame atteinte de dépression.

Chez les seniors, la dépression représente un enjeu prioritaire de santé publique. Une attention particulière doit être également portée sur les réactions liées aux deuils face auxquels le sujet âgé peut se révéler particulièrement vulnérable.

Que faire en cas de dépression ?

Il existe aujourd’hui des traitements efficaces pour lutter contre la dépression. Les traitements sont à adapter au patient malade et selon l’intensité de sa maladie.

  • Psychothérapies : séances d’écoute active adaptées au patient malade
  • Médicaments anti-dépresseurs
  • Photothérapie : traitement proposé pour les épisodes dépressifs de type saisonniers dont on pense qu’elles sont liées au manque de lumière naturelle pendant l’hiver. Il consiste à exposer tôt le matin le patient à une certaine quantité et qualité de lumière. Ce traitement peut être effectué à l’hôpital et, dans certains cas, à domicile, à l’aide d’une lampe spéciale.

La dépression est une maladie qui se soigne, à condition que le malade soit pris en charge.

Diverses structures existent pour soutenir ces personnes afin de leur éviter l’exclusion, l’isolement et la solitude.

Etant donné qu’il est difficile de se battre seul, le patient ne doit pas hésiter à en parler : à sa famille, ses amis, à ses professionnels de santé, etc.

Vous souhaitez en savoir plus ou parler à des professionnels de manière anonyme :

http://www.france-depression.org/
http://www.filsantejeunes.com/


Source :

http://www.info-depression.fr/

http://www.france-depression.org/

http://www.info-depression.fr/

http://www.blog-psychologue.fr/