L’homéopathie

homéopathie Les tubes de granules et autres doses de globules sont spécifiques de l’homéopathie.
Mais, qu’est-ce que l’homéopathie ? Comment est-ce fabriqué et sous quelles formes ? Quels en sont les usages ?

Qu’est-ce que l’homéopathie ?

Le terme “homéopathie” vient des termes grecs “homios” qui signifie similaire, et “pathos” qui signifie maladie.

C’est l’allemand Samuel Hahnemann qui en est l’inventeur au XIXème siècle.

Il a observé que l’écorce de Quinquina, capable de provoquer une fièvre chez l’homme sain, fait baisser les accès de fièvre du paludisme. À partir de là, et après d’autres recherches il a fondé les théories qui ont donné naissance à l’homéopathie.

Cette dernière se base sur trois grands principes :

  • La loi de similitude qui repose sur l’utilisation de substances produisant des effets semblables aux symptômes de la maladie que l’on souhaite traiter.
  • Le principe des dilutions qui consiste à effectuer des étapes de dilutions successives entre lesquelles on procède à une forte agitation afin d’obtenir des quantités de principes actifs extrêmement faibles. Selon le principe de l’homéopathie, plus la dilution est élevée, plus l’effet du médicament homéopathique est activé.
  • Le principe de la globalité, selon lequel le médicament n’agit pas sur un organe spécifique mais sur l’individu dans son ensemble.

Comment sont fabriqués les médicaments homéopathiques ?

Les substances actives utilisées en homéopathie (appelées remèdes) peuvent être d’origine végétale, minérale ou animale.

Ces remèdes se présentent en général sous forme de dilutions au dixième, notées DH ou au centième, notées CH. Les substances sont mises en solution dans l’alcool ce qui permet d’obtenir une teinture-mère. Cette dernière sera la solution à partir de laquelle on réalisera les dilutions successives.

Par exemple : Arnica montana 9 CH correspond à une teinture-mère d’Arnica montana qui a fait l’objet de 9 dilutions au centième.

Quelles sont les différentes formes de médicaments homéopathiques ?

Il existe deux types de médicaments homéopathiques :

  • Les médicaments à nom commun (médicament à nom de souche) : ils ne possèdent ni indication thérapeutique, ni posologie, ni notice. En effet la cible du médicament étant un individu dans sa globalité, ils peuvent être utilisés pour traiter différentes maladies selon les personnes. De même, une affection particulière peut être traitée avec différents médicaments, d’où l’absence d’indication et de posologie.
  • Les spécialités homéopathiques (médicament à nom de marque) : Il s’agit le plus souvent d’une combinaison de plusieurs médicaments homéopathiques. Ce type de médicament homéopathique présente une notice, une posologie et une indication thérapeutique.

Ils existent sous des formes variées, identiques à celles des médicaments classiques : comprimés, solution, poudre, crème… Cependant les granules et globules sont les formes les plus utilisées et les plus connues. Les globules sont environ dix fois plus petits que les granules et sont contenus dans des doses. Ils peuvent, l’un comme l’autre, être dilué dans un peu d’eau, notamment pour les enfants en bas âge. Il est recommandé de prendre les médicaments homéopathiques à distance des repas dans une bouche vide et propre. Et ce, avant le brossage des dents (pour éviter que le sucre contenu dans ces médicaments n’entraîne la formation de caries).

L’utilisation de l’homéopathie

Les médicaments homéopathiques sont prescrits par des professionnels de santé (médecin généraliste, spécialiste, sage-femme…). Lors de la consultation le prescripteur prendra compte des signes de la maladie mais également des critères individuels tels que vos antécédents médicaux, l’historique de la maladie, votre comportement etc.

Les médicaments homéopathiques sont utilisés dans diverses pathologies courantes. On en retrouve aussi l’usage chez des patients atteints de cancer dans le but de mieux supporter les effets indésirables dus à leur traitement ou à la maladie.

Du fait des fortes dilutions auxquelles les substances sont soumises, ces médicaments ne présentent pas d’effets indésirables, et peuvent être associés à des médicaments classiques. Ils peuvent être utilisés chez l’enfant, les personnes âgées ainsi que les femmes enceintes. Veillez simplement à respecter la prescription, les précautions d’emploi et la notice quand il y en a une.

Notez que les médicaments homéopathiques ne peuvent pas se substituer à une intervention chirurgicale ou à des médicaments indispensables (tels que l’insuline, les antihypertenseurs, les anticoagulants ou les hormones thyroïdiennes par exemple).

 

Sources: