Les vergetures

Qu’est ce que les vergetures ? Comment les éviter au cours d’une grossesse ? Voici toutes nos recommandations afin d’éviter ou d’atténuer ces marques disgracieuses sur la peau.

Qu’est-ce que les vergetures ?

Les vergetures apparaissent sur la peau lorsqu’il y a une présence trop importante de glucocorticoïdes (cortisone). On a alors une modification du réseau élastique qui se raréfie et se casse, ainsi qu’une atrophie des fibres de collagène. Ces composants de la peau dans les couches profondes de la peau ne répondent plus assez rapidement à l’étirement et se rompent. Ces modifications aboutissent à un amincissement de l’épaisseur du derme. Il apparaît alors des sorte de petite fissures semblables à des cicatrices sur la peau.

Circonstances d’apparition

On peut voir l’apparition de vergetures lorsque la cortisone est fabriquée en trop grande quantité de façon physiologique, dans certaines périodes de la vie, ou de façon pathologique (c’est pourquoi des femmes maigres peuvent avoir des vergetures)mais aussi, lorsque la peau est soumise à une distension exagérée, trop rapide ou trop brutale.

Les exemples les plus courants sont les suivants :

  • Puberté (et plus particulièrement chez les filles) avec des localisations préférentielles différentes selon le sexe. Ainsi pour les femmes, elles se retrouveront d’avantage au niveau des hanches, des fesses, des cuisses, de l’abdomen ou bien sur les seins et les bras, tandis que pour les hommes, elles se situeront préférentiellement en bas du dos, sur les fesses et le ventre.
  • Pendant les premières grossesses (plus de 60 % des femmes en développent) car il y a une prise de poids importante et rapide. De plus, en période de grossesse, le corps sécrète plus de cortisone. Elles sont surtout localisées sur les seins, autour du nombril, sur les hanches ou bien sur le haut des cuisses.
  • La prise ou la perte de poids rapide peut favoriser l’augmentation de la taille ou du nombre de vergetures.
  • Certaines maladies métaboliques, endocriniennes ou infectieuses, ou l’application excessive de crèmes à la cortisone (ou sous formes injectables), peuvent être à l’origine de vergetures.
  • Les vergetures peuvent résulter d’une carence nutritionnelle.
  • Les peaux jeunes et lisses semblent y être plus sensibles. Mais il n’existe pas de de peaux dites à vergetures. C’est plus l’épaisseur de la peau qui va jouer un rôle. En effet, plus la peau est épaisse, moins elle souffrira de vergetures car elle contient d’avantage de fibres.

Comment les prévenir ?

Au cours d’une grossesse

Essayez de limiter la prise de poids dans la tranche conseillée par votre médecin (il ne s’agit pas non plus d’être sous-alimentée, ce qui serait dangereux pour le bébé).

Stimulez les zones à risque en pratiquant un massage quotidien à l’aide d’une crème anti-vergetures (attrapez la peau avec trois doigts et twistez-la légèrement). Il faut savoir que le massage en lui-même est bénéfique, car il stimule la circulation cutanée. Attention, veillez à utiliser un produit spécial femme enceinte, par exemple à base d’huile d’amande douce. Demandez conseil à votre pharmacien.

Autres conseils

Évitez les régimes yo-yo. Hors grossesse, la prescription d’un traitement à base de vitamine A acide guérit les vergetures, mais seulement lorsqu’elles viennent d’apparaître (lorsqu’elles ont l’aspect de petites cicatrices rouges-violacées). Attention, ce traitement curatif est contre-indiqué lors de la grossesse, il s’adresse donc principalement aux jeunes adolescentes. De plus lorsque la vergeture est mature, de couleur blanche, ce traitement n’est plus efficace, il sera plus difficile à les faire disparaître.

J’ai déjà des vergetures, y-a-t-il un moyen de les atténuer ?

Après la grossesse, on constate malheureusement que les vergetures ne disparaissent pas. Si on les exposent au soleil, elles ne bronzent pas, ce qui les rend encore plus visibles. Il est toutefois possible d’en modifier l’aspect par différentes techniques :

  • Micro dermabrasion et Peeling au TCA : ce traitement consiste tout d’abord à abraser la peau de façon mécanique (plus ou moins profondément suivant la profondeur des lésions), puis à appliquer une solution de peeling, suivie d’une crème post-peel spéciale. En fonction de l’ancienneté, de l’aspect, de la largeur des vergetures, il faudra plus ou moins de séances.
  • Photothérapie : c’est l’utilisation de lasers ou de lumières pulsées qui va restructurer les fibres de collagène ainsi que les fibres élastiques.
  • Carboxythérapie : cette technique emploie le gaz carbonique (CO2) qui améliore la circulation artériolaire, veineuse et lymphatique, et va stimuler la fabrication de collagène, de fibres élastiques. Ce mécanisme d’action fait qu’on recherchera le bénéfice de la carboxythérapie dans le traitement contre les vergetures, du relâchement cutané et pour perdre cellulite et centimètres.
  • Mesolift : c’est l’injection de produits dans le derme visant à stimuler la production de collagène et de fibres élastiques.

L’association des différentes techniques peut apporter un plus et stimuler de manière encore plus efficace les structures lésées en cas de vergetures. L’idéal reste d’obtenir des conseils d’un dermatologue ou d’un médecin esthétique.

Conseils hygiéno-diététiques pendant la grossesse

Femme enceinteLa grossesse implique des changements majeurs au niveau du corps. Pour un bon déroulement de la grossesse et du développement du bébé, certains conseils sur l’alimentation et l’hygiène de vie sont utiles à suivre, si ce n’est essentiels.

 

L’alimentation

Adopter une alimentation équilibrée et dépourvue d’alcool est essentiel pour votre santé ainsi que celle du bébé.

Les habitudes alimentaires à prendre sont :

  • Cinq fruits et légumes par jour (en prenant soin de bien les laver)
  • Des féculents (pains, céréales, pâtes, et autres sucres lents) à chaque repas
  • Des produits laitiers, trois fois par jour
  • Des protéines (viandes, poissons ou oeufs) une à deux fois par jour
  • Bien s’hydrater en buvant de l’eau à volonté
  • Limiter les apports d’aliments gras, sucrés ou salés

Lors de cette période particulière qu’est la grossesse, certains aliments sont à privilégier car ils apportent des nutriments indispensables :

  • L’acide folique (ou vitamine B9 ou folates) : La vitamine B9 est indispensable au développement du système nerveux de l’embryon. Elle se retrouve dans divers aliments tels que les légumes à feuilles vertes foncées (choux, épinards, mâche, cresson, blettes, brocolis …)  les légumes secs (pois chiches, haricots…) les oranges, le melon, les noix, les asperges, ou la levure. Cependant l’apport en acide folique est souvent insuffisant et des carences peuvent entraîner des anomalies de formation du système nerveux de l’embryon. Il est donc préférable de bénéficier d’une supplémentation en acide folique au moins 4 semaines avant la conception et 2 à 3 mois après.
  • Le calcium : Essentiel au développement du squelette du foetus, son apport est important. D’où l’intérêt de consommer trois produits laitiers par jour. Les eaux minérales riches en calcium peuvent également constituer un bon apport en calcium.
  • La vitamine D : Elle permet l’absorption du calcium dans l’intestin. Sa synthèse résulte de l’action des rayons du soleil. Cependant elle est également contenue dans certains aliments comme les poissons gras (maquereau, sardines…) ou les produits laitiers enrichis en vitamine D.
  • le fer : Une carence en fer peut provoquer une anémie, il est donc important d’avoir un bon apport en fer. Dans l’alimentation on retrouve le fer dans la viande rouge, la volaille, le poisson ou les légumes secs comme les lentilles par exemple.
  • Les glucides : Ils sont une source d’énergie pour le foetus. Privilégiez les sucres lents, à chaque repas. De plus les féculents “calent” l’appétit et évitent d’avoir des fringales au cours de la journée.

L’alcool est à bannir totalement lors de la grossesse car les substances alcoolisées traversent facilement la barrière placentaire. De plus, pour un passage dans le sang de la mère, l’alcool fait plusieurs passages dans le système sanguin du foetus. L’exposition de ce dernier à l’alcool peut entraîner des malformations ainsi que des troubles mentaux, c’est le syndrome d’alcoolisme foetal. L’alcool augmente également les risques de prématurité et de faible poids à la naissance.

Hygiène de vie

Arrêt du tabac : L’exposition au tabac comporte de nombreux risques tels que la diminution de la fertilité, l’augmentation des grossesses extra-utérines, des fausses couches, des morts fœtales in utero, de certaines complications placentaires, de prématurité et de retard de croissance intra-utérine. Il est possible de se faire aider pour arrêter de fumer, parlez-en à votre médecin et/ou à votre sage-femme qui vous accompagneront dans votre démarche.

Pas de prise de drogues : La consommation de drogues est à proscrire totalement, elle peut être à l’origine de nombreuses malformations, de fausse couche ou d’accouchement prématuré. Si vous êtes concernée, parlez-en à votre médecin et/ou votre sage-femme qui vous aideront à ne pas mettre la santé de votre bébé en danger.

Pas de médicaments sans avis médical : De nombreux médicaments sont tératogènes c’est-à-dire qu’ils provoquent des malformations chez le foetus. Ne prenez donc aucun médicament sans avis médical, y compris les médicaments sans ordonnance ! De même, ne prenez pas de compléments alimentaires sans l’avis de votre médecin.

Prévenir les infections : Lavez-vous souvent les mains, avec du savon, particulièrement après être aller aux toilettes, après avoir changé un enfant, manipulé de la terre ou du sable ou avoir touché un animal. Veillez à bien cuire vos aliments, particulièrement la viande et le poisson.

Pratiquer une activité physique raisonnable : Cela permet de conserver une musculature abdominale, et a des effets bénéfiques sur l’équilibre psychologique. Par ailleurs, le sport permet de diminuer d’éventuels sentiments d’anxiété et aide à la récupération fonctionnelle du périnée après l’accouchement.

Privilégiez la marche (minimum 30 minutes par jour), la natation ou la gymnastique d’entretien. Pour cette dernière, adaptez-la à l’avancement de votre grossesse, avec des séances courtes en débutant et en terminant en douceur. Évitez de commencer un sport intensif ou de pratiquer des sports de combat, des sports d’endurance, de la plongée sous-marine ainsi que des activités sportives qui comportent un risque de chute (ski, vélo, équitation…). Si vous attendez des jumeaux en revanche, il est contre-indiqué de pratiquer du sport, parlez-en avec votre médecin.

 

Sources: