Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA

Journée-mondiale-contre-le-sidaComme chaque année depuis 1988, ce 1er décembre c’est la Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA qui est mise à l’honneur. Avec près de 38 millions de personnes atteintes en 2015 et plus de 36 millions de décès, le VIH reste un véritable problème de santé publique. En 10 ans, le nombre de décès a certes diminué et les personnes traitées sont plus nombreuses, mais les nouvelles contaminations restent importantes et beaucoup ignorent qu’ils sont infectés.

Le SIDA 

Le SIDA soit le Syndrome d’Immunodéficience Acquise, est le stade le plus avancé de l’infection VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). Le virus atteint le système immunitaire et l’affaiblit, ce qui peut entraîner de graves maladies ou des complications de simples maladies comme une grippe. Le VIH peut se transmettre par le contact non protégé avec les liquides organiques c’est à dire le sang, le lait maternel, le sperme et les sécrétions vaginales.

Beaucoup de personnes ignorent qu’ils sont contaminés par le virus mais quelques symptômes peuvent survenir, ressemblant à ceux de la grippe (fièvre, migraines, rougeurs, irritation de la gorge…).

Pour dépister le VIH, les tests se font à partir du sang soit une simple prise de sang ou par le test de dépistage rapide ou TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) réalisés dans certains établissement anonymes et gratuits.

Le combat continue 

Grâce aux associations de lutte contre le sida comme le Sidaction et aux Journées Mondiales de la lutte contre le sida les campagnes de prévention se multiplient, dont les mesures préventives sont souvent rappelées : utiliser des préservatifs et ne pas échanger des objets susceptibles d’être au contact des liquides organiques (accessoires sexuels, brosse à dent, rasoir, seringues pour les utilisateurs de drogues injectables…).

C’est un combat en continue contre l’exclusion et la discrimination des personnes infectées, et contre l’inégalité de l’accès aux soins. En effet, les traitements ont un coût important et l’épidémie ne pourra s’arrêter si certains ne peuvent pas se les procurer.

2013-12-01-waidsd-fra

Pharminfo.fr

Sources :