Et vous, pour ou contre le don d’organes ?

a6c1460e89Ce 22 juin, c’est la 16ème Journée Nationale de réflexion sur le don d’organes qui est à l’honneur. Elle a été établie à partir d’un constat : La France est en pénurie de dons d’organes. Bien que les français soient favorables au don d’organes, ils oublient généralement de l’évoquer.

Grâce à ces campagnes de communication, le nombre de greffes a augmenté de 26% en 10 ans, mais reste encore insuffisant en France.

 

Qu’est ce que le don d’organes ?

Le don d’organes est un acte qui permet à une personne de faire don de l’un ou de plusieurs de ses organes. En France, la loi indique que toute personne est considérée comme donneur d’organes, sauf indication contraire de son vivant. C’est ce qu’on appelle le consentement présumé. Il n’y a pas de contre indication au don, tant au niveau de l’âge que de la santé, c’est la qualité des organes qui est prise en compte. Il faut que le donneur et le receveur soient compatibles pour la greffe.

Dans la majorité des cas le don d’organes peut être post mortem (après un décès) ou de son vivant. Il est important de parler de son choix auprès de ses proches car c’est vers eux que l’hôpital se tournera pour s’assurer de votre décision. Quant aux prélèvements du vivant ils se font majoritairement pour le rein, et dans un cadre familial pour la compatibilité.

Le prélèvement des organes se fait généralement en cas de mort dite encéphalique, c’est à dire suite à un arrêt brutal et définitif du fonctionnement du cerveau.

L’importance de communiquer en amont

Le refus de donner ses organes et tissus s’exprime en s’inscrivant sur le registre national des refus ou en témoignant simplement son opposition auprès de ses proches.

Si vous êtes pour le don de vos organes, aucun registre n’a été crée. Seul votre témoignage et celui de vos proches après votre mort comptent. Certaines personnes choisissent de remplir une carte de donneur d’organes et de tissus afin de laisser une trace écrite, mais elle est rarement retrouvée au moment du décès. Le témoignage reste alors le moyen le plus sûr.

Le rôle de cette Journée Nationale est donc d’aborder le sujet et de se prononcer face au don d’organes. Grâce au geste des donneurs, des milliers de vies peuvent être sauvées.

 

0ab7b754

 

Pharminfo.fr

Sources :

Comment bien préparer sa peau ?

Les tenues légères sont de sorties, le soleil est de plus en plus présent… Oui, l’été approche à grands pas ! Nous savons tous que l’exposition prolongée au soleil est certes très tentante, mais mauvaise pour notre peau. Voici donc nos conseils pour bien préparer sa peau au soleil.

Pourquoi préparer sa peau ?

Les rayons ultraviolets du soleil font des dégâts sur la peau. En effet, l’exposition à outrance augmente le risque de développer des cancers cutanés et fait vieillir la peau beaucoup plus rapidement. Le type de cancer, le plus souvent assimilé à l’exposition aux UV, se nomme : carcinomes. Si vous n’avez pas lu notre article concernant les cancers de la peau, vous pouvez le lire en cliquant ici : Journée Mondiale de dépistage contre le cancer de la peau.

Il faut également préparer sa peau pour éviter les coups de soleil.

 Avant l’exposition :

Dès maintenant, il est important de préparer sa peau avant l’exposition au soleil. Voici nos meilleurs conseils :

  • On adopte pour une alimentation saine et équilibrée, c’est à dire riche en bêta carotènes (carottes, abricots, légumes verts…) et en vitamines. Cela va aider la peau à se préparer de l’intérieur.
  • Réaliser des gommages doux, afin d’éliminer les peaux mortes et préparer sa peau à un bronzage uniforme. Attention, après des gommages trop intenses et répétés, la peau est d’avantage vulnérable face aux rayons UV.
  • Bien hydrater sa peau, surtout après un gommage qui a tendance à assécher la peau, évite justement les dessèchements et les agressions du soleil. L’hydratation de la peau ne passe pas que par les différents types de crèmes, elle passe aussi par le fait de boire beaucoup d’eau pour l’hydrater de l’intérieur.

Rien ne vous empêche d’opter pour des compléments alimentaires avec l’aide de votre pharmacien, autrement dit des gélules solaires, qui vont aider à l’hydratation de la peau et la protection face au soleil. Elles permettent également d’avoir un bronzage plus intense et durable.

Vous pouvez également préparer votre peau en vous exposant progressivement au soleil, quelques minutes tous les jours, pendant une courte période. Votre peau va donc en quelque sorte s’habituer aux rayons. Toutefois, ça ne protégera pas votre peau des dangers du soleil, il faut toujours avoir une haute protection solaire.

Pendant l’exposition :

Petit rappel des principaux messages de prévention concernant l’exposition aux UV :

  • Avoir une protection solaire efficace pour limiter la pénétration des rayons UV, et la renouveler fréquemment
  • Eviter de s’exposer au soleil entre 12h et 16h
  • Rechercher l’ombre et se couvrir

Rassurez vous, ce n’est pas parce que vous êtes à l’ombre ou sous les nuages que vous ne bronzez pas, surtout à la plage. Les rayons UV ne sont pas totalement filtrés par les arbres ni même par votre parasol, et ils se réfléchissent sur le sol pour vous atteindre. La protection solaire est donc fortement conseillée même à l’ombre.

Après l’exposition : 

L’hydratation ainsi que les gommages, sont toujours d’actualité même après l’exposition au soleil, et ils sont valables même pour le reste de l’année. Cela va permettre d’avoir un bronzage uniforme et de le faire durer.

Précautions :

Attention, les autobronzants ne protègent pas la peau des rayons du soleil, rien n’est plus utile qu’une crème solaire avec un indice de protection élevé. Il en est de même pour les expositions artificiels, qui augmentent les risques de problèmes cutanés. Et même si vous avez déjà la peau un peu bronzée, cela ne signifie pas que vous êtes protégé des rayons UV.

 

IMG_07533

Pharminfo.fr

Sources :