On appuye sur quel bouton ? Mise au point !

Cet anti-acnéique a été particulièrement pointé du doigt lors de la polémique récente sur le risque de phlébite car diane® 35 a été considérée pendant près d’un quart de siècle, en France, comme une pilule de troisième génération et un médicament anti-acnéique. Bruxelles a imposé à la France d’autoriser à nouveau Diane® 35 et ses génériques. C’est chose faite depuis mi-janvier 2014.

Par contre, l’Agence du Médicament (ANSM) a estimé que l’utilisation de ces spécialités, en tant que contraceptifs, constituait un abus de prescription. Ils seront donc réservés au «traitement de seconde intention de l’acné modérée à sévère dans un contexte d’hyper-androgénie, après échec d’un traitement topique ou d’un traitement antibiotique systémique chez les femmes en âge de procréer». Diane 35 et ses génériques sont également indiqués dans l’hirsutisme’, détaille l’ANSM. Par ailleurs, l’Agence précise que les informations relatives au risque de thrombose associé à Diane 35 sont renforcées dans les notices et qu’un plan de gestion des risques est mis en place par les laboratoires concernés.Pour autant ces spécialités ne doivent pas être prescrites en même temps qu’un ‘autre’ contraceptif hormonal. En d’autres termes, Diane® 35 est un contraceptif qui ne doit pas être utilisé comme tel… Bonne nouvelle pour les patientes souffrant d’acné sévère et d’hirsutisme! Diane® 35 et ses génériques étaient prescrite à 315 000 femmes en France jusqu’à fin 2012.

Sources : ANSM