Pour éviter que cet autome ne soit monotone

automne

Manger des fruits et légumes de saison :

Ce n’est pas parce que le temps s’est rafraîchit, qu’il ne faut plus penser fruits et légumes ! Les fruits de saison doivent rester à l’honneur dans tous vos plats. Ainsi ne boudez pas les pommes, poires, choux, figues, noix et bien d’autres encore !
Une alimentation de saison fera également du bien à votre porte-monnaie !

Gardez une alimentation équilibrée permet de conserver la ligne et éviter les effets yo-yo.

Gardez la forme :

Continuez de pratiquer une activité physique, même modérée. Cela vous aidera à vous sentir bien dans votre corps et vous permettra également de garder la ligne et de moins culpabiliser sur vos envies !
De plus le fait de pratiquer une activité physique va libérer des endorphines, substances agissant au niveau du cerveau pour une sensation de bien-être.

S’exposer à la lumière naturelle !

Profiter de la lumière extérieure au moins une heure par jour en faisant quelque chose que vous aimez comme le vélo, la course à pied ou tout simplement en vous baladant.
Profitez de la nature et de ces couleurs pour vous redonner le sourire.

Bien dormir

Un sommeil réparateur passe par un sommeil de bonne qualité : évitez de dormir pendant la journée et essayez de trouver votre propre rythme.
Les premières heures de la nuit sont les plus réparatrices, il faut donc se coucher tôt !

Profitez donc de cette période afin d’aborder l’hiver en toute sérénité.

Crédit Photo : bluepointcom sur http://www.flickr.com/photos/75681523@N00/80045338

C’est aujourd’hui la rentrée scolaire, votre pharmacien vous conseille !

A la rentrée des classes :

rentrée scolaire

  • Fixez une heure du coucher qui permet à votre enfant d’être bien reposé le lendemain.
  • Familiarisez votre enfant à la routine matinale dès la rentrée des classes afin d’être prêt à partir à l’heure :
    • Se coucher et se lever à une heure régulière,
    • S’habiller, déjeuner, se brosser les dents,
    • Préparer son sac d’école,
    • Mettre son manteau, etc.,
  • La veille, aidez votre enfant à préparer sa journée d’école
    • Aidez-le à choisir ses vêtements et à préparer son sac d’école et un goûter. Cela lui permet en même temps d’apprendre à s’organiser.
    • Surveillez les signes d’angoisse chez votre enfant et, le cas échéant, discutez de ses préoccupations.
    • Prenez le temps d’écouter votre enfant lorsqu’il veut parler.
    • Éviter d’ajouter inutilement d’autres stress au stress lié à l’école que vit votre enfant.
  • Tout au long de l’année scolaire
    • Participez aux évènements et activités parascolaires.
    • Assistez aux soirées d’information aux parents ainsi qu’aux évènements auxquels participe votre enfant (pièce de théâtre, activités sportives).
    • Félicitez votre enfant pour ses efforts, même si vous ne constatez pas encore de résultats.
  • Anticiper une urgence ou un danger
    • Donnez vos coordonnées à l’école pour qu’on puisse vous joindre en cas d’urgence ou remplissez le formulaire à cet effet, s’il y a lieu.
    • Mettez votre enfant en garde contre les dangers de la rue, notamment les risques de la circulation et des rencontres avec des inconnus.
    • Votre enfant est-il familier avec l’itinéraire de l’autobus ? Sait-il quoi faire lorsqu’il s’est perdu ?

Source : infodelta – bulletin trimestriel

Allergie : Les allergies alimentaires

Quels sont les symptômes ?

Il existe une grande variété de symptômes, dont les plus fréquents sont :

  • nez qui coule ou congestion nasale, éternuements
  • gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue, du visage et/ou de la gorge, éruptions ou rougeurs, eczéma
  • crampes abdominales, diarrhée, vomissement, ballonnement
  • pâleur, étourdissements, perte de conscience.
  • La forme la plus grave de l’allergie est le choc anaphylactique, qui est un choc sévère généralisé, potentiellement mortel, qui nécessite une prise en charge immédiate.

Les symptômes apparaissent le plus souvent dans les minutes après l’absorption de l’aliment.

Quelle est la différence entre une allergie et une intolérance ?

Une personne allergique à un aliment ne peut pas le consommer à nouveau sous peine de réaction, parfois grave (choc anaphylactique), alors qu’une personne intolérante au lactose par exemple pourra consommer du lactose en petite quantité sans pour autant déclarer de symptômes.

L’intolérance au lactose:

L’intolérance la plus connue est l’intolérance au lactose. Au niveau de l’intestin, il existe une enzyme appelée la lactase, capable de dégrader le lactose en d’autres sucres qui pourront passer dans le sang.Or les personnes intolérantes ont peu de lactase ou elle ne fonctionne pas très bien. Le lactose n’est donc pas dégradé.Les symptômes apparaissent après l’ingestion de lait et se manifeste par des douleurs abdominales, des diarrhées et des flatulences.

La maladie cœliaque ou intolérance au gluten :

C’est une maladie de l’intestin grêle. Lors de l’ingestion de gluten, les cellules de l’intestin vont être endommagées. Cela empêche l’absorption des autres autres nutriments essentiels apportés par l’alimentation. Le patient, en plus des diarrhées et des crampes abdominales, sera carencé dans certains nutriments, ce qui entraîne une faiblesse ou une irritabilité. Le seul traitement efficace est une régime sans gluten ! En quelques jours sous régime sans gluten, les cellules de l’estomac se reforment et les symptômes disparaissent.

Comment diagnostiquer une allergie alimentaire ?

Un interrogatoire minutieux aura lieu avec un allergologue, afin de déterminer s’il s’agit bien d’une manifestation allergique et quel est l’aliment en cause.Pour cela, l’allergologue utilise plusieurs méthodes :

  • des tests cutanés : ils consistent à mettre l’allergène en contact avec la peau et observer si une réaction a lieu.
  • des tests sanguins : avec détection des anticorps spécifiques dirigés contre l’allergène suspecté
  • un test de provocation oral : le patient va ingérer l’aliment suspecté et on observe si une réaction allergique a lieu. Ce test peut être dangereux mais indispensable pour connaître avec certitude l’aliment responsable. Il est réalisé en milieu hospitalier uniquement.

D’autres allergènes peuvent être recherchés en même temps car il existe des réactions croisées aliments et pollens par exemple.

Comment traiter une allergie alimentaire ?

Le traitement le plus efficace est l’éviction totale de l’aliment. Mais cela peut être difficile surtout quand il s’agit de l’œuf ou de protéines de lait. En effet, il existe beaucoup de préparation contenant ces aliments. Mieux vaut donc privilégier les repas simples, ‘faits maison’, où tous les aliments sont connus.

Lors d’un antécédent d’allergie grave ou de choc anaphylactique, et si l’aliment est ingéré par accident, la réaction peut être encore plus rapide.

Dès l’ingestion ou dès les premiers signes d’allergie sévère, composer dans les plus brefs délais le numéro d’urgence du SAMU, le ’15’.

Les personnes allergiques ont parfois sur eux un stylo-injecteur d’adrénaline, qui vous permettra de prodiguer les premiers secours.

Sources:

  1. www.e-sante.fr
  2. Ministère de la santé www.sante.gouv.fr