Pour un sourire éclatant, préservez vos dents !

Qu’est-ce qu’une carie ?

Une carie est une destruction progressive de la dent. Elle commence en surface en attaquant l’émail et la dentine. Non soignée, elle se propage en profondeur et atteint la pulpe (cœur de la dent), provoquant une rage de dent.Si l’infection progresse, elle peut provoquer un abcès. L’infection peut contaminer le sang et se disséminer dans l’organisme.dentLes facteurs favorisants sont :

  • la plaque dentaire : elle se dépose sur les dents. Elle est constituée de déchets alimentaires et de bactéries, dont certaines libèrent de l’acide, qui attaque les dents. Elle peut se minéraliser et devenir du tartre. Le brossage après chaque repas est essentiel, il permet d’éliminer la plaque dentaire.
  • Les sucres : ils favorisent la prolifération des bactéries. Il faut donc limiter ses apports en sucres et éviter de manger en dehors des repas.
  • un terrain favorable : certaines personnes ont des dents plus fragiles, plus sujettes à l’apparition de caries que d’autres.

Le brossage indispensable :

Se brosser les dents est essentiel, il permet d’éliminer la plaque dentaire qui s’est formée au cours d’un repas et permet donc de limiter le tartre.Il permet d’éliminer les débris alimentaires et le sucre qui se déposent entre les dents et permet ainsi de limiter la propagation des bactéries.Enrichit au fluor, le brossage aide à la prévention des caries et protège l’émail des dents.

Quelle soit électrique ou manuelle, il est important de changer de brosse à dent au minimum tous les trois mois.

Le brossage doit se faire le plus tôt possible pour préserver les dents. Il doit être réalisé par un adulte chez l’enfant entre un et trois ans, puis par l’enfant seul vers six ou sept ans.Il est important de soigner les caries même si elles sont sur les dents de lait.
Des sillons, plus ou moins profonds, se creusent sur les dents. Ils doivent être combler car il favorise la prolifération des bactéries et donc l’apparition de caries.

Il est recommandé de consulter au moins une fois par an un chirurgien-dentiste, même en l’absence de douleur dentaire.

L’Assurance Maladie propose des examens bucco-dentaires et des soins complémentaires gratuits pour les enfants de 6, 9, 12, 15 et 18 ans. Le but est de favoriser la prévention et le dépistage des soins dentaires.

Le fluor, un allié de choix

Les fluorures (ou les ions fluor) ont deux effets majoritaires sur les dents :

  • ils limitent la déminéralisation et favorisent la reminéralisation.
  • ils limitent la prolifération des bactéries responsables des caries.

Pour un effet maximal contre les caries, le fluor doit être administré à faible dose mais de façon régulière pour assurer une présence continue au niveau de l’émail dentaire.

On retrouve du fluor dans l’eau de boisson (eau de distribution ou l’eau en bouteille), dans l’alimentation, notamment dans le sel fluoré ainsi que dans des produits de santé : ce sont les gommes à mâcher, les dentifrices…

La mesure la plus efficace pour lutter contre l’apparition de caries dentaires est un brossage des dents au moins deux fois par jour avec un dentifrice au fluor adapté.

Du fluor, oui mais pas trop !

Le risque d’un apport trop riche en fluor, pendant plusieurs mois ou plusieurs années, est de développer une fluorose dentaire.La fluorose dentaire se manifeste par des tâches sur l’émail des dents. Il est important de contrôler l’apport de fluor surtout chez les enfants, de la naissance à 12 ans, car c’est la période de la minéralisation de l’émail.
Une supplémentation en fluor peut être prescrit par un chirurgien-dentiste, au cas par cas, sous forme de comprimés, de gouttes ou de vernis.

Sources :

  1. l’Assurance Maladie : www.ameli-sante.fr
  2. l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) : www.afssaps.fr
  3. l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : www.who.int/fr
  4. Photo par Sam Fentress: http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Section_de_dent.jpg?uselang=fr

La cigarette fait encore un tabac chez les femmes

Tabac et contraception :

L’association tabac et pilule contraceptive augmente le risque de maladies cardiovasculaires, comme la survenue :

  • d’un accident vasculaire cérébrale AVC
  • d’une phlébite (inflammation d’une veine de la jambe avec formation d’un caillot sanguin)
  • d’une embolie pulmonaire, complication d’une phlébite (le caillot sanguin migre et bouche une artère pulmonaire)

Tabac et fécondation

Les femmes fumeuses désirant concevoir un enfant ont souvent plus de difficultés que les non-fumeuses. En effet, la fécondité chez ces femmes est grandement ralenti et il faut en moyenne deux fois plus de temps pour concevoir un enfant que chez une femme non-fumeuse.

La ménopause apparaît souvent plus tôt chez ces femmes avec un risque plus élevé d’ostéoporose c’est-à-dire d’une diminution de la densité osseuse à l’origine de fractures.

Tabac et grossesse :

Une femme enceinte fumeuse induit un risque pour sa santé et pour celle de son futur bébé.

Des effets néfastes sur la grossesse :

Le tabagisme augmente le risque d’accouchement prématuré, de fausse couche et de grossesse extra-utérine.

Des effets néfastes sur le fœtus :

Si la mère fume pendant sa grossesse, le fœtus est exposé à un tabagisme passif. La fumée inhalée par le mère contient des produits toxiques, capables de passer dans le sang et d’aller jusqu’au fœtus.

  • le monoxyde de carbone (CO) passe dans le sang de la mère et prend la place de l’oxygène. Or c’est ce sang, moins bien oxygéné, qui alimente le fœtus. Le principal risque est donc un développement insuffisant du fœtus.
  • De plus, la nicotine présente dans le tabac, passe la barrière placentaire jusqu’au fœtus. Quand vous fumez, votre enfant fume aussi ! La nicotine passe également dans le lait maternel !

Tabac et minceur

Effectivement, la consommation d’une cigarette induit une dépense énergétique du métabolisme de base de 3% dans l’heure qui suit. La tabac a de plus un effet anorexigène, c’est-à-dire qu’il diminue l’appétit. Mais ces effets ne sont que transitoires.

La consommation de tabac provoque des modifications hormonales qui conduisent à une nouvelle répartition des graisses au long terme. Ces graisses ont plus tendance à s’accumuler au niveau du ventre. Or à ce niveau, elles sont très difficiles à éliminer et de plus, elles augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète et de cancer.La sensation de minceur due au tabac n’est donc que transitoire et entraîne à terme une silhouette typiquement masculine chez les fumeuses, qui prennent des kilos au niveau du ventre.

Tabac et cancer :

Aujourd’hui de plus en plus de femmes souffrent de cancers liés au tabagisme tels que des cancer de la gorge, de la bouche, du pancréas. C’est surtout l’évolution du cancer du poumon chez les femmes qui inquiètent le plus. Le cancer du poumon est un cancer dangereux car souvent diagnostiqué tard.Les fumeuses ont également un risque de cancer du sein augmenté de 5% par rapport aux non-fumeuses.

Le marketing du tabac s’oriente de plus en plus vers les femmes et surtout les jeunes femmes, en leur faisant croire que le tabac les rendra plus belle, plus mince et qu’ainsi elles seront à la mode. Il est important de protéger les adolescentes de ces idées, servant toujours plus les profits des grandes industries du tabac.

Sources :

  1. www.tabac-info-service.fr
  2. Le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT). Des risques spécifiques pour les femmes. sur www.cnct.fr
  3. La ligue contre le cancer www.ligue-cancer.net