Votre pharmacien, un professionnel de santé à proximité !

Pharmacien-ecouteQue ce soit pour une ordonnance ou pour un conseil avant ou après avoir pris rendez vous avec un médecin, le pharmacien et son équipe sont là pour vous renseigner et vous accompagner dans votre parcours de santé. Sans rendez vous et disponible pendant la plage horaire d’ouverture de sa pharmacie, son accès est libre et gratuit.

Qui se trouve derrière le comptoir ?Professionnel de santé le plus consulté, votre pharmacien est soumis au secret professionnel ainsi que tous ses collaborateurs. Dans votre pharmacie, vous serez amené à rencontrer toute une équipe officinale à votre service avec des statuts différents : cela va du ou des pharmaciens titulaires (propriétaires de la pharmacie), des pharmaciens adjoints, des préparateurs en pharmacie à des étudiants en pharmacie.

Quelle est le rôle du pharmacien ?La dispensation correspond à la délivrance d’un produit ou médicament de santé. Spécialiste des médicaments et de leurs effets sur l’organisme, sa mission ne consiste pas seulement à délivrer ce qui est inscrit sur votre ordonnance. Il accompagne cet acte de conseils et d’un mode d’emploi adapté à chacun en fonction des autres traitements pris :

  • Explique la fréquence et le moment de la prise
  • Rappelle les conditions de conservation des médicaments
  • Alerte sur la survenue possible d’ effets indésirables
  • Vérifie les possibles incompatibilités avec vos autres traitements ou votre mode de vie
  • Accompagne le patient si besoin (utilisation de matériels tels des inhalateurs, perfuseurs, lecteurs de glycémie, …)

Il a aussi un devoir particulier de conseil lorsqu’il est amené à délivrer un médicament qui ne requiert pas une prescription médicale. Il s’agit des médicaments en vente libre en pharmacie.

Peut il refuser de délivrer un traitement ?Le pharmacien noue une relation de confiance avec son client au quotidien. C’est aussi en fonction de de l’ âge, du poids, de la taille, des allergies, et des divers traitements… qu’il peut décider de suspendre ou refuser de dispenser un médicament pour l’intérêt de votre santé.

Sources :

  • Ordre des pharmaciens

Ne pas être à bout de souffle pour les vacances !

InahalateurLa maladie étant parfois silencieuse et marquée par des crises plus ou moins fréquentes, le patient asthmatique a du mal à se résigner à prendre un traitement de fond au long cours. Et cette attitude s’accélère l’été car la période des pollens est terminée, le climat est chaud et sec, le stress moindre. Tous ces éléments concourrent à rendre l’asthmatique moins observant et à un subir un risque d’exacerbation de la maladie dès le début de l’automne. Dans le cas d’un asthme persistant, un traitement de fond doit être pris tous les jours, même en l’absence de symptômes, pour contrôler l’asthme et éviter ces crises.

Si vous ou votre entourage proche, êtes sujet à de l’asthme, pensez avant le départ en vacances :

  • à renouveller votre ordonnance,
  • à prendre une provision suffisante de médicaments,
  • à emmener votre plan d’action décisionnel établi avec votre pneumologue en cas de crise,
  • à se préserver des allergènes responsable dans 80 % des cas des crises d’asthme.

Demandez conseil à votre pharmacien et à votre médecin.

Sources :

  • Conférence de presse Asthme & Allergies – mai 2008
  • Recommandations asthme et allergies de la SPLF (Société de Pneumologie de Langue Française)

Plus d’infos:Association Asthme & Allergies

L’eau peut tuer ! Avez-vous les bons réflexes ?

Constat

En 2009, entre le 1er juin et le 30 septembre, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a recensé 1366 noyades accidentelles, dont 462 ont été suivies d’un décès, soit en moyenne près de 4 décès par jour.

Parmi ces 1366 cas, 782 ont eu lieu en mer (dont 188 décès), 239 en piscine (tous types confondus) dont 54 décès, 143 en plan d’eau, 151 en cours d’eau et 51 dans d’autres lieux (baignoires, bassins…). Au total, 98 jeunes de moins de 20 ans sont décédés. On déplore 39 décès d’enfants de moins de 6 ans, dont 17 en piscine privée familiale.

noyade

  • En piscine, les enfants de moins de 6 ans se sont noyés parce qu’ils ont échappé à la surveillance de l’adulte et qu’ils ne savaient pas nager.
  • En cours d’eau ou plan d’eau, les adultes se sont noyés à la suite d’un malaise, ou d’une chute en relation avec la consommation d’alcool, ou d’une activité dangereuse et/ou solitaire.
  • En mer, les victimes de noyades étaient souvent des touristes de plus de 45 ans ayant un problème de santé.

A l’eau ? J’y vais ou je n’y vais pas ?

Privilégiez les zones de baignade surveillées : en cas de problème, vous serez secouru plus rapidement. Et avant de vous baigner, pensez à vous renseigner sur la nature des vagues, des courants et des marées dans le secteur où vous vous trouvez. A la plage, respectez les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade : drapeau vert : baignade surveillée et absence de danger particulier ; drapeau jaune : baignade dangereuse mais surveillée ; drapeau rouge : interdiction de se baigner.

J’y vais, mais…

  • Avant de vous baigner, prenez en compte votre forme physique : dans la moitié des cas, les noyades sont dues à un épuisement ou un problème de santé.
  • Ne vous baignez pas si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, et ne surestimez pas votre niveau de natation : il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine.
  • La consommation d’alcool ou encore une exposition prolongée au soleil ne sont pas toujours compatibles avec une baignade en toute sécurité. Enfin, prévenez vos proches quand vous allez vous baigner.
  • Entrez progressivement dans l’eau et prenez garde aux vagues : leur zone d’impact et la zone qui suit (communément appelée « machine à laver ») sont dangereuses.
  • En cas de danger, ne cherchez pas à lutter contre le courant et les vagues, vous risqueriez de vous épuiser. Si vous êtes fatigué(e), allongez-vous sur le dos pour vous reposer. Cette position permet de dégager les voies aériennes et de respirer normalement pour pouvoir appeler de l’aide.

Avec les enfants : une surveillance de tous les instants

En piscine ou à la mer, restez toujours avec vos enfants quand ils jouent au bord de l’eau et baignez-vous en même temps qu’eux. S’ils ne savent pas nager, équipez-les de brassards adaptés à leur taille et portant la norme NF 1311138-1. Attention, rappelez-vous que les bouées et autres matelas pneumatiques sont des jouets : ils ne protègent pas de la noyade.

Les piscines privées en plein air doivent être équipées d’un dispositif de sécurité : barrière, couverture, abri de piscine ou alarme sonore. Ces dispositifs ne remplacent pas la surveillance active et permanente des enfants par un adulte.

Enfin, déposez à côté de la piscine une perche et une bouée pour pouvoir intervenir rapidement en cas de danger et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible en cas d’accident.

En complément :

Parce que la prévention reste le premier moyen de protection contre les noyades accidentelles et pour que petits et grands passent des vacances en toute sérénité, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) édite une nouvelle brochure sur les différentes précautions à adopter : « Mode d’emploi de la baignade, pour un été en toute sécurité ». Ces travaux ont été réalisés avec la collaboration de la Direction de la sécurité civile du ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales.

Source : InVS